Un protège-dents sur mesure

Depuis janvier, le port du protège-dents est devenu obligatoire en Belgique. Enfin, diront certains, alors que d’autres se plaignent encore du manque de confort des protège-dents actuels. Difficile de parler, de respirer, le protège-dents qui tombe. Bref, nombreuses sont les raisons qui ont poussé, dans le temps, un grand nombre de joueurs et joueuses à délaisser cette protection.

Mais depuis le début de l’année, on a pu remarquer que la plupart des Red Lions ainsi que plusieurs pensionnaires des divisions d’honneur hommes et dames portent un protège-dents qui semble plus léger et confortable. Il s’agit de la marque Cleverbite, qui s’est récemment installée en Belgique.

Cleverbite, créé en 2011, a vu le jour dans le cabinet d’un dentiste espagnol, horrifié par la qualité des protège-dents existants et alerté par la dangerosité des accidents chez les jeunes dans certains sports. « Je recevais souvent des enfants qui avaient subi un gros choc parce qu’ils n’avaient pas de protection adéquate », témoigne son fondateur.  Et si le protège-dents n’est pas obligatoire en Espagne, 95% des hockeyeurs en portent un, les parents ayant bien compris que les coûts et les conséquences d’un accident sont plus dramatiques que le prix d’une bonne protection. C’est ainsi que Cleverbite a développé des protège-dents sur mesure. Les avantages ? « Grâce à notre système de prise d’empreintes, nous pouvons reproduire des protège-dents entièrement adaptés à la personne, ce qui les rend très confortable et réduit les risques que l’enfant ou l’adulte ne retire sa protection de temps à autre parce qu’il est gêné ».

Malgré des débuts difficiles, liés entre autres aux prix des protège-dents, plus élevés que ceux dits classiques, Cleverbite est maintenant présent dans plusieurs sports comme la boxe, le rugby et le hockey et offre la protection la plus résistante du marché. Et la société espagnole ne compte pas en rester là puisqu’elle aimerait également équiper les joueurs du hockey hollandais et explorer d’autres marchés pour protéger les jeunes comme les moins jeunes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *