Résumés des rencontres du 6 mars

Le Racing a retrouvé sa puissance offensive

Grâce à leur victoire, les Ucclois prennent la tête de la division d’honneur.

Racing-Watducks 6-3

Le deuxième affrontait le quatrième hier. Les spectateurs présents dans la tribune du Racing allaient soit assister à un match fermé, soit à un festival de buts. Fort heureusement pour eux, neufs buts ont été inscrits et les Rats ont retrouvé leur efficacité dans le cercle. «Nous travaillons beaucoup sur les contre-attaques cette année. Cela fait partie de nos grandes forces même si ces dernières semaines, nous avions du mal à concrétiser nos très nombreuses occasions», confirmait Cédric Charlier. L’autre attaquant vedette du Racing, Boon marquait à la 5e minute (1-0) avant que le gardien des Rats ne dévie un centre dans son propre but (1-1). Très actif dans ce premier quart, le Racing reprenait l’avance via Charlier après presque dix minutes de jeu (2-1). A la 23e, Gougnard donnait une avance de deux buts à son équipe (3-1). Une avance rapide qui permettait aux Rats de jouer sur sa force selon Charlier. « Nous avons été très entreprenants dans le 1er quart, ce qui nous a permis de jouer plus en contre pour le reste de la rencontre ».

Dans les cordes à la pause, le Watducks allait se réveiller à la reprise, bien aidé par le début de seconde période peu appliqué de son adversaire. De Saedeleer sur stroke permettait au Watducks de revenir à un but d’écart, cinq minutes après la pause (3-2). Boccard égalisait à un quart d’heure du terme sur pc (3-3). D’un coup, le Racing retrouvait des couleurs et trois beaux buts collectifs signés Boon à la 59e, Cargo à la 61e et Vanneste à la 67e (6-3), offraient la victoire au Racing. Un succès prestigieux qui offre la première place aux Ucclois. «C’était une très bonne rencontre pour nous. Nous manquions de réalisme et nous avons corrigé le tir face au Watducks» expliquait Charlier avant de rester prudent sur la 1ère place du Racing, « Être premier pour le moment ne veut pas dire grand-chose. Nous avons un objectif qui est d’atteindre notre meilleur niveau pour les playoffs. Nous sommes donc plus concentrés sur le processus que sur les résultats en ce moment. Bien sûr, terminer à la première place serait la cerise sur le gâteau mais il reste encore 6 rencontres à disputer ».

Le Léopold confirme ses ambitions

Son match nul contre le Dragons le qualifie presque pour les playoffs et confirme la bonne forme des Léomen.

Dragons-Léopold 1-1

La tendance se confirme depuis la reprise, le Dragons ne semble plus l’épouvantail qu’il était depuis le début de la saison. Hier, la rencontre fut très disputée entre les deux membres du Top 4. Il aura fallu attendre la fin de la première mi-temps pour voir le premier but de Max Plennevaux à la 31e (0-1). Un goal qui donne de l’énergie aux Ucclois qui font le forcing devant le cercle adverse dans les cinq dernières minutes du premier round. Le Léo s’offrait deux pc. « Ce goal nous donne confiance  et on s’offre deux pc. Un est mal bloqué et l’autre est sauvé par le Dragons. Ils n’ont pas eu beaucoup d’occasions en première période mais dans le 3e quart, ils rentrent très bien dans la rencontre », expliquait Dimitri Cuvelier. Conséquence: à la 41e, les Anversois obtiennent un stroke sévère pour le Léopold. Thys égalise (1-1). Le reste du match voyait les deux équipes se créer beaucoup d’occasions, sans pouvoir marquer.

Une belle rencontre pour les supporters et un test réussi selon Cuvelier. « Ça a été un match avec beaucoup d’intensité. On est bien parti pour le top 4 surtout au vu des autres résultats. Le Dragons a un coup de moins bien, mais leur jeu reste bien huilé ça reste une grosse machine. Personnellement, je suis content de la façon dont nous avons évolué ces derniers mois! Aujourd’hui c’était un vrai test pour nous et nous avons répondu présent. C’est de bon augure à deux grosses semaines de l EHL ».

Le Beerschot surprend le Braxgata

Les Ours ont une fois de plus confirmé leur 2ème partie de saison de feu en l’emportant contre les Boomois.

Braxgata-Beerschot 3-4

Le sourire était sur tous les visages des joueurs du Beerschot hier à l’issue du match. Et on peut les comprendre puisqu’ils venaient de battre un autre prétendant au playoff. «La balle allait d’un cercle à l’autre et le match était très physique. La confiance était là pendant tout le match», déclarait Saeys. Le Beerschot était pourtant pris à froid par Adriaensen dès la 1e minute (1-0). Mais les visiteurs ripostaient rapidement via Paton à la 7e (1-1). Le Braxgata obtenait un stroke pour prendre l’avance mais Van Rysselberghe sauvait du stick. Juste avant la fin du 1er quart, Lasso faisait 2-1 pour les locaux. « Après ce but, le Beerschot s’est remis dans le match et ils menaient à la mi-temps » avouait Luypaert. Doherty et Paton remettaient les Ours en tête à la pause (2-3).

Le troisième quart était à l’avantage du Beerschot même si Arana égalisait à la 38e (3-3). Doherty répondait du tac au tac sur pc (3-4). La fin de match était serrée et le Braxgata était repoussé par une défense très compacte de son adversaire qui résistait jusqu’au coup de sifflet final. « Cela s’est joué sur les pc. On a mal géré nos cinq pc et eux en ont mis deux sur trois. On a de la chance que les autres candidats au playoff perdent mais il faudra qu’on gagne contre nos concurrents directs », soulignait Luypaert, tandis que Saeys se félicitait de la gestion du match de son équipe. « C’était un match spécial avec beaucoup de buts et cela aurait pu tourner très vite pour le Braxgata. On a joué en confiance pendant tout le match et on a très bien géré ça ».

Louvain se donne de l’air

Le triplé de Quemada a permis aux Louvanistes de gagner contre le Pingouin

Pingouin-Louvain 2-4

Louvain a pu de nouveau compter un Quemada des grands jours. La rencontre partait dans tous les sens avec beaucoup d’approches des 25 mais sans voir de réelles occasions de but. Le tir revers de Garcia terminait au fond à la 8e mais il était en dehors du cercle et son goal était annulé. A la 14e, Quemada donnait l’avance à Louvain sur un sleep puissant (0-1).

Il fallait alors attendre la 40e minute pour assister à un nouveau but. Quemada sautait le stick en l’air pour arrêter une balle en hauteur et dribblait le gardien et tirait en déséquilibre (0-2). Le Pingouin se réveillait alors et partait à l’attaque. Alexis Lemaire marquait sur stroke à la 48e (1-2) puis Swiatek égalisait sur pc à un quart d’heure du coup de sifflet final (2-2). Les Nivellois étaient récompensés de leurs efforts offensifs. Mais Quemada détruisait leurs espoirs en envoyant un sleep très bien placé dans la lucarne (2-3). Maraite scellait le score, bien attentif au rebond (2-4). Cette victoire place Louvain à 8e place tandis que le Pingouin est 11e, avec seulement un point d’avance sur la Gantoise, le dernier.

Le Daring n’y arrive plus

Les Molenbeekois ont été battus par l’Héraklès, une semaine après leur match nul contre le Beerschot.

Héraklès-Daring 5-3

« Un match fou », c’était l’expression qui était sur toutes les lèvres à Lierre. Beaucoup de buts et des retournements de situation, les spectateurs ont certainement été ravis dimanche. Corrigé par le Watducks la semaine passée, l’Héraklès avait à cœur de se reprendre selon Schuermans. «C’était surtout la manière dont on a perdu. Il n’y avait pas d’envie. On s’est réunis avant l’entrainement mardi et nous avons discuté de cela», confiait-t-il. Bien leur en a pris puisque les Lierrois entamaient idéalement le match avec des buts de Huybrechs à la 9e puis de Struyf à la 20e (2-0). Mais la réaction du Daring n’allait pas tarder et en huit minutes, le doublé de Tanguy Cosyns et le goal de Brunet permettaient aux visiteurs de mener à la pause. « Nous avions mis un plan spécifique en place. Nous l’avons très bien appliqué au 1er quart mais pas au 2e. Leurs buts nous ont remis les pieds sur terre et on a remis le plan en marche en 2e mi-temps » expliquait Schuermans.

Le troisième quart était à l’avantage de l’Héraklès qui se mettait l’abri sur un habituel pc de Schuermans à la 40e et un tir revers de l’international polonais Hulboj à la 49e (4-3). En fin de rencontre, le Daring sortait son gardien. Keusters en profitait pour terminer le match sur un but (5-3). Une victoire qui fait beaucoup de bien à l’Héraklès qui est aux portes du top 6. « Je suis heureux d’être là où nous sommes mais on doit se méfier parce que le Beerschot et le Pingouin peuvent très bien faire ce qu’on fait en ce moment », concluait Schuermans.

Un point et aucun satisfait

L’Antwerp et la Gantoise se sont quittés sur un match nul décevant pour les deux équipes, à la recherche de précieux points.

La Gantoise-Antwerp 2-2

La lanterne rouge a prouvé sa combativité en revenant d’un retard de deux buts mais ce n’est pas suffisant pour sortir de sa dernière place. L’Antwerp a profité de la mauvaise entame de son adversaire pour prendre le large. Clerckx ouvrait le score à la 7e (0-1) puis Garriga déviait un tir de Jim Briels pour faire 0-2 après vingt minutes de jeu. Trois minutes plus tard, Diaz répondait en déviant un centre au fond des filets (1-2). Juste avant la pause, Esquelin égalisait à la 34e (2-2).

« Cela a été un match très serré en général. Notre première mi-temps était très mauvaise et l’Antwerp mérite son avance de deux buts.  Nous nous sommes repris en deuxième mi-temps. Le 2-2 est mérité au final et on aurait même pu gagner en fin de match », soulignait Antoine Kina. Les deux équipes ont eu beaucoup d’occasions mais les défenses de l’Antwerp et de la Gantoise tenaient bon et chacun ramenait un triste point au coup de sifflet final. « Prendre un point contre l’Antwerp, ce n’est pas assez. Tout reste possible pour le maintien et on y croit mais ça va être difficile », regrettait le jeune Kina.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *