Le Racing et le Watducks se neutralisent après une fin de match folle

Racing-Watducks 3-3

Racing : Gucassoff, Harte, Lootens, Lambeau, Vanwetter, Meurmans, Boon, S.Gougnard, Truyens, Dalla Palma, Charlier puis Weyers, Vanneste, Rickli, Bertiau et Vermylen.

Watducks : Vanasch, Charlet, Boccard, De Saedeleer, Dumont, Dohmen, Kina, Cabuy, Ghislain, Van Lierde, Panchia puis Penelle, Van Marcke, Sidler, Masso et Hilton.

Les arbitres : N.Marchant et S.Michielssen.

Cartes vertes : 21’ Penelle, 37’ Harte, 39’ De Saedeleer, 47’ Vanneste.

Carte jaune : 44’ De Saedeleer.

Les buts : 8’ Kina (0-1), 27’ Van Lierde (0-2), 35’ Meurmans (1-2), 40’ Boon sur pc (2-2), 68’ Panchia (2-3), 69’ Boon sur pc (3-3).

L’affiche de ce weekend avait des airs de demi-finale, voire de finale au vu des deux équipes présentes sur le terrain. Le Racing accueillait le Watducks pour un duel au sommet dont l’enjeu était de se placer au mieux pour les playoffs. La rencontre mettait pourtant du temps à démarrer. Le Watducks, moins brouillon que son adversaire, était le premier à se créer une occasion franche, après sept minutes de jeu plutôt pauvres. Sidler reprenait en un temps un centre de Dumont mais sa tentative passait à côté. Une minute plus tard, Kina recevait la balle en bord de cercle, frappait fort vers le but et ouvrait le score pour le Watducks (0-1). Le reste du 1er quart temps n’était pas franchement emballant et les Waterlootois dominaient relativement sans réellement briller.

Le 2e acte n’était pas plus spectaculaire et le Watducks poursuivait sa domination en termes de possession de balle. Il fallait à nouveau attendre quelques minutes pour voir des occasions franches. A la 20e, Charlier tirait d’un angle difficile. Son envoi passait juste à côté du but.  Deux minutes plus tard, la tentative de Truyens était trop molle pour inquiéter Vanasch. On venait d’assister aux seules opportunités du 2e quart jusqu’en fin de mi-temps. Huit minutes avant la pause, Van Lierde trompait Gucassoff pour faire le 0-2. Le Racing réagissait, sans trop de réussite, jusqu’à quelques secondes de la mi-temps. Boon envoyait un centre puissant vers le point de stroke. Meurmans plongeait au bon moment pour dévier magnifiquement au fond (1-2). « On a clairement manqué de fighting-spirit en première mi-temps. Nous étions trop mous », regrettait Cédric Charlier.

Dès la reprise, le Racing montrait un tout autre visage et commençait enfin à prendre le jeu en main. Les déchets techniques se faisaient plus rares et les Rats n’allaient pas tarder à concrétiser leur domination au score. A la 40e, les Ucclois s’offraient leur premier pc. Boon voyait son premier sleep repoussé mais la balle revenait dans son stick et sa 2e tentative trouvait le chemin du but (2-2). Cinq minutes plus tard, Lootens partait seul et dribblait deux joueurs avant d’alerter Vanasch. Le gardien waterlootois repoussait sans problème. Le Watducks émergeait en fin de 3e quart. En deux minutes, les visiteurs auraient pu prendre l’avance mais le tir de Ghislain passait juste à côté avant que Sidler ne loupe la balle sur un centre de Panchia. La dernière action voyait Boon stopper sur la ligne le sleep de Charlet pour préserver le 2-2. « On a commencé à jouer comme eux. Ça s’est transformé en sorte de hockey ping pong alors que notre force est de garder la balle.», expliquait Dohmen.

Quelques minutes après avoir entamé le dernier quart, Dohmen pensait avoir donné l’avantage à son équipe, mais son but était justement annulé. Après une première déviation sur le poteau, il récupérait la balle et envoyait un flick puissant qui terminait sa course au fond des filets. Les arbitres accordaient d’abord le goal avant de changer leur décision. Un joueur était en effet couché sur Jérémy Gucassoff, l’empêchant de se relever. A dix minutes du terme, Dohmen centrait dangereusement mais personne n’était là pour reprendre. La situation allait se décanter en toute fin de rencontre. Il ne restait plus que deux minutes à jouer lorsque Panchia tirait du bord du cercle. Sa frappe n’était pas très puissante mais Gucassoff se loupait et la balle passait sous son sabot (2-3). La réaction du Racing était immédiate. Sur la remise en jeu, les Ucclois s’offraient un ultime pc. Le sleep de Boon était puissant et cadré et Vanasch ne pouvait pas empêcher l’égalisation (3-3). «  Ce match nul est logique selon moi. Ils ont eu pas mal d’occasions mais on a dominé lors de la seconde période. Il faudra garder la mentalité de la 2e mi-temps pour les semaines à venir et nous devons encore travailler sur notre fond de jeu. On manque encore de régularité », soulignait Charlier, tandis que Dohmen pestait contre certaines décisions arbitrales. « Il y a des décisions qui changent la rencontre. J’en ai marre de m’entraîner autant pour avoir un arbitrage pareil le dimanche… ».

Une mauvaise opération tant pour le Watducks que le Racing, qui voient l’Héraklès, vainqueur au Léopold,  les dépasser au classement et prendre la 2e place.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *