Parfaite entrée en matière des Red Lions

Pour leur premier match de ces Jeux Olympiques, les Belges ont relativement facilement maîtrisé la Grande-Bretagne (4-1), qu’ils n’avaient pas réussi à battre lors de leurs trois précédents affrontements. Si Jackson&cie n’ont pas livré une prestation convaincante, les Red Lions ont quant à eux très bien géré l’ensemble de la rencontre, alternant temps forts et périodes plus calmes. Seul le deuxième quart-temps a été moins bon.

Les Britanniques étaient pourtant les premiers à surprendre nos internationaux d’un long flick dans le cercle. Mais après cinq minutes équilibrées, la Belgique prenait le dessus et déflorait logiquement la marque à la 6e. Gougnard récupérait à hauteur des 25 et décalait Truyens, qui trompait un Pinner pas très à son affaire (1-0). Le reste du 1er quart était à l’avantage de Red Lions entreprenants.

Le deuxième quart voyait le rythme de jeu descendre d’un cran et les Belges jouaient à un faux tempo qui convenait mieux à leur adversaire. Suite à une perte de balle de Charlier dans sa moitié, Jackson passait à gauche vers Catlin qui se retournait et tirait au fond du but à la 27e (1-1).

Lors de la reprise, la Belgique proposait un jeu à nouveau tourné vers l’avant et s’offrait un pc à la 33e. La deuxième phase de la partie était la bonne puisque Cosyns plaçait au ras du poteau. Imparable pour le gardien britannique (2-1). Deux minutes plus tard, Boccard débordait et offrait un superbe assist à Dockier. Mais l’attaquant était quelque peu surpris de voir la balle arriver dans son stick. La défense dégageait… presque dans le stick de Gougnard qui ne se faisait pas prier en fusillant Pinner (3-1). L’ouragan offensif belge venait de souffler sur la défense britannique. Les Red Lions se contentaient alors de maîtriser les débats et Van Doren était tout près du 4-1 en fin de 3e quart.

Avec deux buts d’avance, la Belgique poursuivait son travail de sape, mais ni le sleep de Luypaert ou le tir de Charlier ne trompaient la défense adverse. Il fallait attendre la 55e pour que Charlier ne pousse dans le but vide, après une récupération de Van Aubel (4-1). La messe était dite pour la Grande-Bretagne, qui avait tout de même un sursaut d’orgueil en fin de rencontre en s’offrant son seul pc de la partie, qui était repoussé. Briels avait une dernière occasion à la dernière minute mais Pinner s’interposait maladroitement.

Les Red Lions n’auraient certainement pas imaginé une si bonne entrée en matière contre des Britanniques qui n’ont pas presté à leur niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *