Le maintien s'envole pour l'Antwerp, le Léopold, l'Héraklès et le Watducks se font surprendre

Dragons-Racing 2-1

Les buts : 29’ Hendrickx sur pc (1-0), 55’ van Aubel (2-0), 60’ Boon sur pc (2-1).

La rencontre au sommet entre les deux finalistes de la saison passée a penché en faveur du Dragons, qui s’est imposé à domicile contre l’équipe qu’ils affronteront dans deux semaines en EHL. De l’avis de tous, le niveau de la rencontre était élevé. « C’était assez serré et la rencontre était vraiment chouette à jouer », confirmait Van Aubel. Même si le Racing monopolisait la balle pendant les cinq premières minutes de la rencontre, le Dragons n’était pas pour autant inquiété et c’est d’ailleurs les Anversois qui ouvraient le score juste avant la demi-heure via Hendrickx, qui inscrivait son sleep hebdomadaire.

Et si dans le jeu c’était assez équilibré, les Ucclois ne parvenaient que rarement à alerter Loic Van Doren. Si bien que Van Aubel en profitait à un quart d’heure du terme pour doubler la mise (2-0). « Nous avons beaucoup d’occasions en 2e période », soulignait le buteur du Dragons. « Mais Gucassoff a fait de très bons arrêts ». A la 60e, Boon marquait également son but hebdomadaire pour redonner un peu d’espoir à ses couleurs (2-1). Mais malgré quelques escarmouches, les Ucclois devaient s’avouer vaincus face à un Dragons très solidaire selon Van Aubel. « Nous avons tous travaillé l’un pour l’autre et nous avons mis beaucoup d’énergie pendant toute la rencontre ». Trois points qui assurent mathématiquement la place des Anversois dans le Top 4, avec douze unités d’avance sur la cinquième place du Léopold.

Watducks-Daring 1-3

Les buts : 44’ Uher sur pc (0-1), 55’ G. Cosyns (0-2), 58’ Boccard sur pc (1-2), 66’ T. Cosyns (1-3).

A l’instar de Louvain, les Molenbeekois du Daring n’ont plus rien à jouer cette saison et cette pression en moins s’est visiblement traduite dans leur jeu puisqu’ils ont réussi l’exploit de battre le Watducks sur ses terres. « Je pense bien qu’on joue plus libéré en effet. Le Watducks est une équipe très forte et très maline et nous avons su répondre à cela en jouant intelligemment aussi », expliquait Geoffroy Cosyns.

Après un round d’observation d’un peu plus d’une mi-temps, Uher ouvrait le score sur pc à la 44e. Un peu plus de dix minutes plus tard, Geoffroy Cosyns inscrivait le 0-2, alors que le Daring n’avait eu que peu d’occasions jusque-là. Un modèle d’efficacité. « On a été très bon dans leur cercle mais également dans le nôtre, en concédant peu et c’est ça qui fait la différence aujourd’hui », poursuivait le capitaine molenbeekois. Malgré le but de Boccard lors du dernier quart, le Daring tenait bon et Tanguy Cosyns scellait même le score à 1-3 à quatre minutes du terme pour assurer une victoire convaincante du Dar. « Nous avons fait un match très complet aujourd’hui. On a une certaine frustration depuis plusieurs semaines et quand on voit ce résultat, on se dit qu’on aurait pu faire mieux contre beaucoup d’équipes. Je crois qu’on a gagné mais aussi perdu contre toutes les équipes. Une saison se joue sur la régularité et c’est ce qui nous a manqué », concluait Geoffroy Cosyns.

Héraklès-Louvain 2-5

Les buts : 3’ Pangrazio sur rebond de pc (0-1), 23’ Degroote (0-2), 29’ Smith (1-2), 37’ Lopez (1-3), 48’ Smith (2-3), 59’ Garcia (2-4), 61’ Maraite (2-5)

La rencontre entre l’Héraklès ne constituait certainement pas l’affiche du jour mais l’affrontement entre les Lierrois et les Universitaires promettait un jeu ouvert. Louvain n’a plus rien de spécial à jouer tandis que Keusters&cie doivent soigner leur fin de saison pour tout d’abord s’assurer d’une place en playoffs et ensuite de préparer leur éventuelle demi-finale. Le match aura tenu toutes ses promesses avec beaucoup de spectacle et la victoire surprise d’un excellent Louvain.

La rencontre débutait à un rythme élevé et les 22 acteurs ne tardaient pas à entrer dans la partie. Après quelques secondes de jeu, de Kerpel s’infiltrait dans le cercle adverse mais sa chevauchée n’était pas dangereuse. Louvain répliquait dans la foulée et s’offrait un premier pc après seulement trois minutes de jeu. La phase était mal donnée et Garcia tentait un shot puissant. Timmermans plongeait et repoussait du gant. Pangrazio était au bon endroit et envoyait directement la balle au fond du but (0-1). Les débats s’équilibraient ensuite et tant les locaux que les visiteurs parvenaient à créer le danger. Les défenses étaient néanmoins attentives et plus aucune occasion de but franche n’avait lieu lors d’un premier quart fort équilibré.

Le deuxième acte allait heureusement s’avérer bien plus riche en spectacle. Louvain voulait absolument enfoncer le clou tandis que l’Héraklès forçait pour revenir au score. Six minutes d’observation après la reprise, Louvain inscrivait un but collectif magnifique. Lopez, posté le long de la ligne envoyait un superbe shot qui traversait plus de la moitié du terrain pour arriver à Pangrazio. L’attaquant avait déjà vu Degroote partir et délivrait un centre parfait pour son coéquipier, qui plongeait parfaitement pour enfoncer le clou et porter l’avance de de son équipe à deux buts (0-2). Trois minutes plus tard, Smith était tout près du 1-2 lorsqu’il surgissait devant le gardien pour dévier un tir croqué de Keusters. La balle passait juste à côté. Sur l’action suivante, Degroote s’offrait un solo pour dribbler trois joueurs et placer la balle au-dessus du gardien d’un astucieux revers. La défense anversoise repoussait du stick. La balle passait d’un cercle à l’autre à toute vitesse et Smith en profitait à la 29e. Il recevait la balle en bord de cercle et tirait en revers. Son envoi puissant était touché par Schoo Ians mais finissait tout de même sa course au fond (1-2). A trois minutes de la pause, Timmermans sauvait son équipe de K.O. Garcia s’infiltrait parfaitement dans le cercle, armait un tir revers surpuissant qui prenait la direction du plafond du but. Le gardien lierrois sortait la balle d’un magnifique arrêt du stick pour préserver le score de 1-2 à la pause.

Le 3e quart allait confirmer les promesses de la fin de première mi-temps avec encore plus de spectacle et un jeu très ouvert. Seulement deux minutes après la reprise, Van Stratum envoyait un tir revers puissant, qui passait juste à côté du but. L’action suivante, Louvain profitait d’un marquage laxiste de la défense lierroise pour inscrire le 1-3. Lopez était seul au 2e poteau pour dévier au fond un centre de Tommy Willems. Pendant les cinq minutes suivant le but, les visiteurs avaient l’occasion de définitivement tuer le match mais les tentatives de Garcia puis Pangrazio passaient à côté. C’était ensuite au tour de l’Héraklès de se montrer dangereux. Keusters tentait un tir revers mais la balle s’envolait. A la 48e, De Kerpel était très inspiré et esseulait Smith en bord de cercle. L’attaquant, seul face au gardien, remportait son duel de bien belle manière, en achevant son opposant d’un tir revers (2-3). L’Héraklès, galvanisé par ce but, multipliait les occasions de but mais la balle ne voulait pas rentrer avant la fin du 3e quart. « On n’est pas arrivés à concrétiser toutes nos actions aujourd’hui et je pense que ça a beaucoup joué sur le résultat final. Mais nous n’avons surtout pas réussi à garder la balle assez longtemps et Louvain a très bien joué le coup en contre », regrettait Reckinger.

Le dernier acte allait voir les supporters lierrois assister au naufrage de leur équipe. Incapables de garder la balle en équipe, les troupes de Bisley commettaient également des erreurs de marquages qui allaient s’avérer fatales. A onze minutes de la fin, Garcia était totalement seul au 2e poteau et n’avait littéralement plus qu’à poser son stick au sol pour dévier au fond un centre précis de Degroote (2-4). Deux minutes plus tard, Maraite poussait la balle sous Timmermans pour porter le score à 2-5. L’Héraklès n’avait plus que de minces chances d’arracher un match nul. Surtout que Schoo Ians restait bien attentif lors des dix dernières minutes de la rencontre pour repousser les tentatives de Smith et de Child. Louvain pouvait célébrer une victoire acquise avec la manière, produisant un jeu très convaincant. « On s’est tous super bien motivés pour ce match et je crois que nous avons fait notre meilleur match depuis la reprise », souriait Garcia. « On veut absolument bien finir la saison, même si on a plus rien à jouer ». La mine de Reckinger n’était clairement pas aussi radieuse que celle de son homologue de Louvain, même si le défenseur ne s’inquiétait pour outre-mesure de cette défaite. « Nous avons un day-off aujourd’hui. Mais nous allons continuer à travailler, essayer de travailler sur ce qui n’a pas fonctionné pour progresser ».

Braxgata-Léopold 2-1

Les buts : 10’ M. Plennevaux sur (0-1), 16’ Inglis (1-1), 32’ Lupyaert sur pc (2-1).

Le Braxgata a créé la surprise en prenant trois points à domicile contre le Léopold, pourtant favori sur papier. Menés après dix minutes de jeu par un but de Max Plennevaux, les Anversois ont parfaitement réagi dès le premier quart puisque Inglis égalisait à la 16e. « Nous avons été très bons sur les contres en première mi-temps », souriait Luypaert. Surtout que trois minutes avant la fin de la première période, Luypaert inscrivait le 2-1 sur pc et mettait son équipe devant, à la surprise générale.

Dès la reprise, le Léopold prenait le jeu en main mais ne parvenait pas à revenir au score, malgré de nombreux pc. Une victoire surprise des Anversois qui sauve presque le Braxgata, même si ce n’est pas encore mathématiquement assuré. « Pour être honnête, nous préparons déjà la saison suivante. A moins d’une catastrophe, on se maintient. C’était une année de transition cette saison, on a eu pas mal de malchance, il fallait intégrer les jeunes mais je suis confiant pour l’année prochaine », confiait le Red Lions. Pour le Léopold, les chances de se qualifier pour le Top 4 s’amenuisent mais cette défaite n’est néanmoins pas catastrophique puisque l’Héraklès a également perdu ce dimanche.

Antwerp-Beerschot 1-3

Les buts : 6’ Mortelmans (0-1); 26’ Russell c.s.c. (0-2); 36’ Delàs (1-2); 66’ Perez (1-3).

Pour l’Antwerp, cette rencontre face au Beerschot avait des airs de match de la dernière chance pour le maintien en division d’honneur. « Nous avons été très nerveux dès le début et ils nous ont très bien pressés », soulignait Gryspeerdt. Les locaux étaient directement menés. D’abord dans le jeu, puis rapidement au score. Après six minutes, Mortelmans rendait une victoire de l’Antwerp difficile lorsqu’il ouvrait le score pour le Beerschot. Vingt minutes plus tard, le scénario s’empirait. Russel marquait malencontreusement contre son camp. Le score n’allait plus changer jusqu’à la pause. Il restait 35 minutes à l’Antwerp pour relever la tête et l’emporter.

Pendant près de trente minutes, les supporters locaux croyaient au miracle. Delàs remettait son équipe sur les bons rails, une minute seulement après être remonté sur le terrain. « Nous sommes remontés gonflés à bloc sur le terrain et notre 3e quart temps était très bon », confirmait le gardien de l’Antwerp. Deux petits buts et l’Antwerp pouvait encore espérer se maintenir. Mais Perez en décidait autrement en crucifiant tout un club à la 66e. L’attaquant du Beerschot inscrivait le 1-3 et offrait le maintien mathématique à ses couleurs. Il enterrait celui de son adversaire par la même occasion. « On a tenté le tout pour le tout et on a laissé des espaces derrière », expliquait Gryspeerdt.  . « Le problème cette saison, c’est que certains joueurs ont eu la tâche de tirer l’équipe vers le haut alors que ce n’est pas leur rôle à la base. Sander Baart était censé assumer ce rôle mais on l’a perdu rapidement. Et dès la reprise, nous avons aussi perdu Shay Neal », regrettait le dernier rempart de l’Antwerp.  «Ce n’est pas que nous n’avons pas de bons joueurs, mais il nous a manqué l’un ou l’autre leader qui aurait pu tirer tout le monde vers le haut ».   Avec neuf points de retard,  il faudrait un miracle pour que les Anversois se maintiennent. L’Antwerp a certainement dit au revoir à la Division d’Honneur ce dimanche.

Orée-Wellington 7-3

Les buts : 1’Callioni (1-0), 25’ Masson (2-0), 29’ Bergner sur pc (3-0), 34’de Paeuw (4-0), 35’ Kotulski sur pc (4-1), 50’ Moretto (5-1), 55’ Baudoncq sur suite de pc (5-2), 57’ Dekeyser sur stroke (6-2), 60’ Callioni (7-2), 68’ Gillardin sur pc (7-3).

Le Wellington, en déplacement à l’Orée, l’autre promu, aura réussi à inscrire trois buts. Ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Malheureusement pour les Ucclois, ils ont également encaissé beaucoup de goals. Sept au total. Trop pour espérer prendre des points. Surtout que l’Orée avait déjà fait le plus difficile avant la pause. Un score de 4-1 pour se mettre quasi définitivement à l’abri. La suite ? Trois buts des Woluwéens et deux goals des Ucclois pour ravir les supporters qui auront vu dix buts et surtout l’Orée définitivement assurer son maintien en division d’honneur.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *