L'Héraklès se qualifie pour la finale au terme d'un suspense insoutenable!

Héraklès-Racing 3-2

Héraklès : A.Timmermans, Reckinger, Hens, Le Clef,   Child, M.Donck, Struyf, N.de Kerpel, Keusters, Legrand, Smith puis  V.Donck, Van Stratum, Perez Vazquez, Huybrechs et Hottlet.

Racing : Gucassoff, Harte, Lootens, Van Wetter, Rickli, Truyens, Dalla Palma, Gougnard, Boon, Vanneste, Charlier puis B.Gougnard, Versluys, Meurmans, Lambeau et Denayer.

Les arbitres : F.Deneumostier et N.Marchant.

Cartes vertes : 32’ Charlier, 54’ Reckinger, 68′ Gougnard.

Les buts : 2’ Dalla Palma sur pc (0-1), 18’ Gougnard (0-2), 26′ Leclef sur pc (1-2), 67′ Struyf (2-2), 69′ Keusters (3-2).

Mené de deux buts à l’issue du match aller, la solution était simple pour le Racing, marquer rapidement pour déstabiliser un adversaire d’habitude très discipliné en défense. Les Rats allaient parfaitement appliquer le plan de jeu puisqu’après deux minutes de jeu, ils s’offraient un premier pc. Boon sleepait en direction de Dalla Palma qui déviait parfaitement au fond pour mettre le Racing déjà devant au score (1-0). A la 7e, les Ucclois remettaient le couvert en provoquant un nouveau pc, mais le sleep d’Harte passait à côté du but. Pendant les dix premières minutes de jeu, l’Héraklès semblait totalement dans les cordes, étouffé par un Racing en feu.  « Je crois qu’on a entamé le match de la meilleure des manières, tout en gardant le contrôle. On ne pouvait pas faire mieux« , soulignait Simon Gougnard. Le reste du premier quart temps s’équilibrait quelque peu mais les Lierrois semblaient fébriles et clairement en panne d’inspiration. « Nous n’avons pas bien commencé, je pense que c’était à cause du stress. Je n’ai jamais vu autant de monde à l’Héraklès« , avouait Keusters.

Les choses n’allaient clairement pas s’arranger pour l’Héraklès puisque Gougnard inscrivait le 0-2 dès le début du 2e quart. Sa première tentative de passe était repoussée mais l’international belge récupérait la balle et d’un angle fermé, plaçait magnifiquement dans la lucarne (0-2). En moins de vingt minutes, le Racing avait fait son retard. L’Héraklès tentait alors de reprendre les choses en main en ralentissant quelque peu le jeu et tentant de conserver la balle. Une tactique qui s’avérait payante malgré les incursions de Charlier et un nouveau pc, bien stoppé par Timmermans. A la 26’, l’Héraklès s’offrait son premier pc sur l’une des premières incursions de l’équipe. Comme la semaine passée, les Lierrois étaient diablement efficaces puisque Le Clef plaçait son sleep puissant dans le coin gauche du goal pour ramener son équipe à un but (1-2). La suite de la première mi-temps était fort équilibrée et aucune des deux équipes ne parvenait à inscrire un nouveau but avant la pause. « Après un premier quart difficile, on a essayé de reprendre un peu le cours du jeu et de calmer. Et une fois de plus, on a été très efficaces« , analysait Keusters.

Malheureusement pour les spectateurs venus en nombre, la 2e période ne débutait pas sur le même tempo que le début de match et les deux équipes jouaient plus en contrôle. Après dix minutes fort équilibrées et les occasions de Truyens et Van Stratum, qui tiraient à côté, le Racing prenait l’ascendant alors que l’Héraklès reculait de plus en plus. A la 46’, le Racing s’offrait trois pc consécutifs mais les Rats ne parvenaient pas à trouver le chemin des buts. Trois minutes plus tard, le pc lierrois connaissait le même sort et le score ne bougeait plus jusqu’à la fin du 3e quart, malgré la pression des Ucclois, qui faisaient face à un bloc très bien regroupé dans ses 25.

Le dernier quart temps accouchait du même scénario avec une équipe du Racing qui monopolisait la balle et tournait autour de la forteresse Héraklès. Les Lierrois partaient en contre dès qu’ils le pouvaient. A la 55’, le Racing provoquait son 6e pc de la partie, mais le sleep de Boon était repoussé par Timmermans. Deux minutes plus tard, l’attaquant envoyait un centre puissant mais aucun de ses coéquipiers ne pouvait dévier vers le but. Les supporters des deux camps faisaient leur travail en soutenant bruyamment leur équipe. La fin de match était palpitante. A la 62’, Boon plaçait juste à côté. L’Héraklès avait du mal à conserver la balle. Gougnard, partout sur le terrain ce dimanche, tentait de trouver la faille mais la défense locale ne laissait rien passer. Même sur pc, rien ne voulait passer. Marco Donck sortait héroïquement sur le sleep de Boon à cinq minutes du terme.  A la 67′, le pc était cette fois-ci mal donné et Charlier la touchait du pied. Sur le contre, Struyf tuait tout espoir de retour ucclois en plantant le 2-2. Deux minutes plus tard, Keusters marquait dans le but vide pour offrir la victoire à son équipe (3-2). Le dernier pc du Racing, alors que le temps réglementaire était écoulé,  ne changeait rien.  Tout un club exultait et célébrait sa magnifique qualification pour la finale. Le Racing aura tout tenté mais la forteresse défensive de l’Héraklès était quasi imprenable aujourd’hui.

« Cela s’est clairement joué sur des petits détails aujourd’hui. Nous n’avons pas réussi à être assez efficaces, au contraire d’eux. On a eu plein de pc et ils les ont très bien sortis alors qu’on avait bien travaillé nos phases. C’est vraiment les détails qui ont fait la différence« , confiait un Gougnard résigné. La mine de Keusters était autrement plus ravie, les Lierrois créant une fois de plus la surprise. « C’est incroyable de vivre ça ici, à domicile, avec tout le public qui est venu ce dimanche. Je pense qu’on mérite d’aller en finale et on donnera vraiment tout pour remporter le titre« , souriait l’international belge.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *