L'Héraklès conserve sa 2e place, le Dragons, le Watducks et le Racing surpris!

Wellington-Dragons 2-2

Les buts : 31’ Thys sur rebond pc (0-1), 43’ Thys (0-2), 60’ Cayphas (1-2), 63’ Pierrard (2-2).

Deux semaines après avoir accroché sa première victoire de la saison, voilà que le Wellington réalise l’exploit de prendre un point contre les champions en titre, pourtant largement favoris de la rencontre. Malgré un doublé de Thys, les Ucclois ne s’avouaient pas vaincus et continuaient à y croire. Un but de Cayphas à dix minutes de retard avait déjà relancé le suspense. Mais lorsque Pierrard égalisait trois minutes plus tard, ce devrait être la folie au Wellington, qui vient de déjouer tous nos pronostics en deux semaines. Et si la joie était certainement au rendez-vous du côté du Well, ce n’était pas la colère qui habitait les joueurs du Dragons. « Ils ont bien joué le coup. Ils ont très bien défendu et ont bien joué le coup en contre. Le mérite leur revient. De notre côté, personne ne dramatise. Ca arrive et c’est certain que nous ne sommes pas contents du match. Mais notre force est de rester sereins quoiqu’il arrive et c’est ce que nous allons faire », confirmait Florent Van Aubel.

Daring-Héraklès 4-5

Les buts : 3’ Brunet (1-0), 9’ De Kerpel sur pc (1-1), 16’ Wegnez (2-1), 28’ Saladino (3-1), 32’ Huybrechs (3-2), 59’ T.Cosyns sur pc (4-2), 63’ Keusters sur rebond de pc (4-3), 65’ De Kerpel (4-4), 66’ Smith (5-4).

Malgré un écart de onze points et de quatre places au classement, l’affrontement entre le Daring et l’Héraklès pouvait promettre un beau niveau de jeu et du spectacle. Capables du meilleur comme du pire, les Molenbeekois étaient opposés ce dimanche à l’une des meilleures défenses du championnat et les 2e du classement. L’enjeu pour les Lierrois était simple, prendre les trois points pour conserver leur position en vue des demi-finales, tandis que le Daring avait à cœur de faire oublier sa saison décevante en l’emportant une dernière fois à domicile.

Les 22 acteurs allaient directement remplir leur rôle en offrant aux spectateurs un premier quart animé et engagé. Après plusieurs incursions de l’Héraklès, c’était pourtant le Daring qui ouvrait le score après seulement trois minutes de jeu. Brunet mettait fin à une phase confuse devant Timmermans pour donner l’avance à son équipe. Six minutes plus tard, les Lierrois ripostaient sur leur premier pc. Le sleep de De Kerpel ne semblait pas imparable mais passait tout de même entre les jambes du gardien (1-1). La suite des débats était fort équilibrée. Wegnez tirait sur Timmermans alors que Keusters cherchait le pc, sans succès. Il fallait attendre la fin du 1er acte pour voir le Daring à nouveau prendre l’avance. Wegnez déviait légèrement un centre d’Uher pour faire le 2-1. Quelques instants plus tard, de Kerpel pensait remettre les deux équipes à égalité mais son tir puissant ne trouvait pas le but.

Le 2e quart allait accoucher du même scénario, à la seule différence que les Molenbeekois allaient prendre l’ascendant sur leur adversaire. Proposant un jeu rapide fait de combinaisons rapides, le Daring créait plusieurs fois le danger dans le cercle adverse. Les nombreux débordements ne se transformaient pas en buts, jusqu’à la 28e. Timmermans avait une fois de plus repoussé une tentative adverse, mais Saladino était à l’affût juste devant le gardien, reculait et plaçait intelligemment la balle au-dessus de Timmermans (3-1). Un but qui aura visiblement vexé les Lierrois qui se réveillaient en fin de première mi-temps. A la 32e, De Kerpel trouvait magnifiquement Huybrechs en bord de cercle. L’attaquant tirait et son envoi bondissant surprenait toute la défense locale (3-2). Malgré une première mi-temps moyenne pour l’Héraklès, les joueurs de Bisley pouvaient retourner au vestiaire avec seulement un but de retard. « Défensivement, ce n’est clairement pas notre meilleur match », regrettait De Kerpel. « Nous n’arrivions pas à prendre le jeu en main, même si ça s’est mieux passé en 2e mi-temps ».

Dès la reprise, la rencontre allait changer de physionomie. L’Héraklès remettait un peu d’ordre dans son organisation et allait monopoliser la pendant presque tout le 3e acte. Un jeu plus organisé et en contrôle, à l’inverse du jeu très offensif du Daring. Plusieurs débordements et centres de part et d’autre plus tard, de Kerpel envoyait une magnifique passe à destination de Keusters. L’attaquant loupait son contrôle. A la 50e, le capitaine lierrois se mettait à nouveau en évidence. Il dribblait deux joueurs avant de pousser la balle vers le but. Son envoi passait juste à côté. Van Linthoudt était le dernier à animer le 3e quart. Il partait en revers avant de smasher la balle, sans néanmoins inquiéter Timmermans.

Le dernier quart était complètement fou avec quatre buts et un retournement de situation incroyable. A la 59e, Cosyns envoyait son sleep en pleine lucarne (4-2). Timmermans ne pouvait rien faire et on voyait très mal l’Héraklès prendre le moindre point de son déplacement à Molenbeek. A sept minutes du terme, Keusters relançait pourtant le suspense en étant présent au rebond pour réduire l’avance du Daring (4-3). Bisley décidait alors de sortir son gardien et seulement deux minutes plus tard, le capitaine lierrois, toujours aussi décisif, partait seul en débordement avant de marquer dans un trou de souris (4-4). Dans les cordes cinq minutes plus tôt, l’Héraklès était désormais aux portes d’un superbe exploit. A la 66e, Reckinger envoyait un long flick vers Smith, posté dans le cercle. Le Néo-Zélandais ratait son contrôle mais effleurait tout de même la balle qui rebondissait ensuite dans le but, surprenant le pauvre Masset, qui avait probablement cru que la balle n’avait pas été touchée. Mené de deux buts à dix minutes du terme, les Lierrois venaient de retourner une situation très compromise pour prendre les trois points et ainsi conserver leur 2e place au classement !

«Ce qui fait la différence aujourd’hui, c’est qu’ils ont plus de réussite que nous et qu’ils mettent leurs occasions. On a dix pc, on n’en met qu’un seul et on loupe plusieurs occasions. Sans parler du fait qu’on doit être capable de tenir le score dans les dix dernières minutes. C’est vraiment dommage parce qu’au vu du match, nous méritons de gagner je pense », regrettait Wegnez tandis que De Kerpel soulignait le sang-froid de son équipe dans les moments-clés. «Même si on l’emporte, ce n’est pas un très bon match de notre part  et il faudra rectifier le tir la semaine prochaine et lors des playoffs. Mais on parvient à toujours marquer quand il le faut depuis le début de la saison et c’est notre grosse force», souriait le héros du jour.

Beerschot-Watducks 5-5

Les buts : 16’ Mortelmans (1-0), 20’ Charlet sur pc (1-1), 24’ Van Lierde (1-2), 29’ Ibarra sur pc (2-2), 42’ Panchia (2-3), 47’ Van Marcke sur suite de pc (2-4), 58’ Doherty sur pc (3-4), 65e Rossi (4-4), 67’ Van Lierde (4-5), 69’ Rossi sur stroke (5-5).

Dix buts et un match qui partait dans tous les sens, tous les ingrédients étaient réunis pour les spectateurs neutres. Et si les supporters étaient ravis du spectacle offert, John-John Dohmen se montrait logiquement beaucoup moins heureux. « Quand on voit ce dernier mois, nous ne prenons clairement pas assez de points », soufflait le Waterlootois. La rencontre s’est résumée à un chassé-croisé entre les deux adversaires du jour. Le Watducks aura pourtant eu deux fois les trois points en main. A un peu plus de vingt minutes du terme, Van Marcke inscrivait le 4-2, censé mettre son équipe à l’abri d’un retour du Beerschot. Mais Doherty puis Rossi en décidaient autrement. A la 67e, Van Lierde pensait offrir la victoire à son équipe mais un nouveau but de Rossi, sur stroke à une minute du terme, remettait les deux équipes à égalité. « C’est une mauvaise opération pour nous. Il y a eu beaucoup d’occasions et nous n’avons pas su contrôler la rencontre », regrettait Dohmen. « Nous ne serons pas les favoris de ces playoffs. Mais c’est ce qui fait aussi leur charme, c’est que n’importe quelle équipe peut l’emporter sur un match ».

Racing-Braxgata 2-2

Les buts : 3’ Charlier (1-0), 46’ Luypaert sur pc (1-1), 53’ Brouwer (1-2), 64’ Gougnard sur pc (2-2).

Le Racing, pourtant favori de sa rencontre à domicile contre le Braxgata, s’est fait surprendre en concédant le match nul contre les hommes de Philippe Golderg. Sans l’égalisation de Gougnard à six minutes du coup de sifflet final, les Rats auraient pu même faire une très mauvaise opération. Heureusement pour les Ucclois, le Watducks n’a pris qu’un point de son déplacement au Beerschot et pointent toujours à la 3e place.

Tout avait pourtant bien commencé pour le Racing puisque Charlier avait ouvert le score après seulement trois minutes de jeu. Il fallait ensuite attendre le 3e quart pour voir des buts tomber. Luypaert égalisait d’abord sur pc avant que Brouwer ne donne l’avance au Braxgata. Un scénario catastrophe pour les Ucclois, qui revenaient au score en fin de partie pour arracher un point d’un match piège.

Léopold-Antwerp 8-3

Les buts : 4’ A. Verdussen (1-0), 5’ A. Verdussen (2-0), 11’ De Trez (3-0), 14’ Russel sur stroke (3-1), 42’ Lemaire sur pc (4-1), 47’ M. Plennevaux sur stroke (5-1), 52’ Sax (5-2), 52’ M. Plennevaux (6-2), 52’ Cuvelier (7-2), 57’ M. Plennevaux (8-2), 70’ Russel sur pc (8-3).

Le Léopold a satisfait ses supporters pour son dernier match à domicile puisque les Ucclois ont planté pas moins de huit goals aux malheureux anversois. Après onze minutes de jeu, le score était déjà de 3-0, des œuvres d’Arthur Verdussen (x2) et de Trez. Mais c’est surtout lors du 3e quart que les locaux enfonçaient le clou. Max Plennevaux inscrivait un doublé tandis que Cuvelier et Lemaire y allaient de leur but pour faire 7-2. Plennevaux et Russel scellaient le score à 8-3. Et si le Léopold est parvenu à beaucoup marquer, il a trop encaissé selon Alexis Lemaire. « Marquer n’a jamais été un réel problème pour nous. Nous n’avons pas fait notre meilleur match et ce n’est pas normal d’encaisser trois buts contre une équipe qui descend en D1 ».

Orée-Louvain 5-2

Les buts : 22’ Romeu sur pc (0-1), Dekeyser sur stroke (1-1), 46Branicki (2-1), 57’ Callioni (3-1), 58’ Callioni (4-1), 60’ Bergner sur pc (5-1), 67’ Degroote sur suite de pc (5-2).

Le doublé de Callioni a permis aux Oréens de remporter un match sans réel enjeu. Louvain et l’Orée n’ont plus rien à jouer en cette fin de saison et c’était donc  pour remercier les supporters que les Woluwéens avaient à cœur de l’emporter. Malgré l’ouverture du score de Romeu dans le 2e quart, les locaux renversaient la situation pour mener 5-1 à dix minutes du terme. Les goals étaient signés Dekeyser, Branicki, Callioni et Bergner. Degroote adoucissait quelque peu le score en fin de rencontre (5-2).

Le classement général:

 

Bertrand Lodewyckx

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *