Les Red Lions prennent leur revanche sur l'Argentine

Les Red Lions, sous le regard de près de 10.000 spectateurs, étaient accueillis comme il se devait sous les hourras du public et des animations dignes des gros concerts de rock. Après un hymne entonné à cappella, en cœur avec le public, les Red Lions pouvaient entamer ce qui pourrait constituer leur revanche par rapport à la finale perdue à Rio.

Belgique-Argentine 4-3

Les arbitres : L.Delforge et S.Michielssen.

Les buts : 17’ Luypaert sur pc (1-0), 22’ Boon sur pc (2-0), 23’ Briels (3-0), 35’ Van Aubel (4-0), 51’ Peillat sur pc (4-1), 54’ Callionni (4-2), 64′ Gilardi sur stroke (4-3).

Dès le début du match, c’était pourtant les visiteurs qui se montraient dangereux. Une première incursion de Lucas Vila était bien sortie par la défense belge à la 4e. Trois minutes plus tard, l’attaque argentine pénétrait à nouveau dans le cercle des Red Lions mais le tir revers n’était pas cadré. Une alerte qui réveillait les ardeurs de nos internationaux qui allaient ensuite dominer dans le jeu. Plusieurs fois, les Belges apportaient le danger dans la zone de conclusion mais les tentatives de Charlier puis Briels ne trouvaient pas le chemin du but. Il fallait attendre la 17e minute et un débordement de Gougnard et une reprise de Cosyns pour assister au 1er pc de la partie.

En cinq minutes, les Red Lions allaient réaliser un sans-faute à l’exercice. Le premier sleep de Luypaert était placé côté gant et Vivaldi déviait la balle au fond du but (1-0). Tous les supporters pouvaient sauter de joie, accompagnés par quelques flammes projetées aux quatre coins du terrain. Boon doublait la mise à la 22’. Son sleep était parfaitement placé côté stick juste en dessous de la lucarne (2-0).
Quelques instants après la remise en jeu, Briels récupérait la balle en bord cercle. Le gardien argentin se jetait sur lui et l’attaquant du Dragons lobait astucieusement le gardien couché (3-0). En six minutes, les Red Lions venaient d’assommer les Leones !
Le reste de la première période s’équilibrait, les Belges n’ayant plus à forcer vers l’avant tandis que les Argentins ne trouvaient pas la solution dans les 25 adverses. Les occasions franches se faisaient bien plus rares que lors des vingt premières minutes de jeu. Après une ultime chevauchée de Gougnard conclue par une passe mal calibrée, les Red Lions rentraient au vestiaire avec une superbe avance !

De retour sur le terrain, les Red Lions enflammaient le public 30 secondes après le coup de sifflet annonçant la reprise du match. Van Aubel recevait une longue passe de Boon, débordait et se retrouvait le long de la ligne de fond. L’artiste qu’il est trompait Vivaldi d’un superbe revers qui rentrait dans le but, à quelques millimètres du poteau (4-0).  « Mener comme cela contre les Argentins, ça rajoute pas mal de regrets par rapport à ce qu’on a pu produire en finale olympique« , confiait Tanguy Cosyns tandis que Cédric Charlier soulignait les conditions de jeu totalement différentes. « Il faut replacer tout cela dans son contexte mais c’est vrai qu’on a aussi eu cette réflexion sur le banc à 4-0« .

A la 41’, Vanasch s’interposait brillamment sur une double tentative de Vila. La rencontre s’équilibrait à nouveau et l’Argentine procédait par centres tirs, ce qui ne se révélait pas concluant. A vingt minutes du terme, Peillat trouvait la lucarne sur le 2e pc argentin pour sauver l’honneur de son équipe (4-1). Trois minutes plus tard, Mazzilli débordait comme Van Aubel un quart d’heure plus tôt et lobait Vanasch. Callionni smashait rageusement dans le but vide (4-2). Sans moins bien jouer, les Red Lions avaient quelque peu baissé leur garde tandis que les Leones étaient plus inspirés. Le dernier quart d’heure voyait la Belgique se réveiller. Dockier ne parvenait pas à terminer un beau mouvement collectif à la 55e, avant un pc manqué à la 61e.

Entre temps, Mimi Gucassoff était monté à la place de Vanasch à treize minutes du terme. Les Red Lions s’offraient un nouveau pc à la 64’. Le sleep d’Hendrickx prenait la direction du coin droit du but mais Vivaldi sortait un beau réflexe du stick. Quelques instants plus tard, la défense belge stoppait fautivement une balle qui prenait le chemin du but. Michielssen sifflait stroke. Gilardi transformait sans difficulté (4-3).

Malgré la remontée des Argentins, les Red Lions tenaient bon. Le contre de Charlier passait juste à côté avant que Boon ne trouve le poteau en toute fin de rencontre. Nos internationaux pouvaient célébrer avec les nombreux supporters présents à Uccle Sport. Et même s’il ne s’agissait que d’un match de gala, le public aura pu assister à un beau spectacle et nos internationaux pourront légèrement se consoler avec cette victoire. « Ça ne nettoie pas la plaie mais c’est clair que ça fait du bien et j’espère qu’on pourra avoir d’autres événements comme cela dans le futur« , affirmait Tanguy Cosyns. « Ce qui m’a fait mal aujourd’hui, c’était de revoir les images de la finale au briefing. De se rendre compte une fois de plus que ça venait de nulle part« , regrettait Charlier.  » Mais le but ici était de faire une belle fête du hockey, d’offrir un beau spectacle et d’afficher les valeurs qu’on a défendu à Rio, c’est-à-dire de solidarité, de combativité. Aujourd’hui je pense que tout le monde peut être content!« , souriait l’attaquant du Racing.

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Suivez-nous également sur les réseaux sociaux:

facebook_logo-7 logo-insta twitter-logo-square

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *