Le Léopold dit adieu aux playoffs, le Dragons assure sa place en EHL la saison prochaine

Une défaite pour le Léopold était synonyme d’adieu au Top 4. Malgré une belle résistance, les Ucclois auront craqué en fin de match pour perdre 2-4. Le Dragons, grâce à sa large victoire contre Louvain, s’est assuré de la première place à l’issue du championnat et par la même occasion de leur ticket en EHL pour la saison prochaine. Même si ce n’est pas mathématiquement assuré, seul l’Héraklès pourrait leur ravir la première place. Il faudrait pour cela qu’ils inscrivent énormément de buts, fassent un 6/6 couplé à un 0/6 du Dragons. Très improbable!

Léopold-Héraklès 2-4

Les buts : 6’ M. Plennevaux (1-0), 23’ De Kerpel sur pc (1-1), 30’ Keusters (1-2), 39’ Turner sur pc (2-2), 67’ Legrand (2-3),69’ Smith sur pc (2-4).

Les Lierrois ont fait une excellente opération ce dimanche en s’imposant en fin de match contre les Ucclois du Léopold. Une 2e place au classement et le Léo en dehors de la course au Top 4, l’Héraklès a fait le plein de bonnes nouvelles avant une semaine de trêve due à l’EHL. Le score était pourtant de deux partout jusque dans les dernières minutes du match. De Kerpel avait répondu à l’ouverture du score de Max Plennevaux avant que Keusters ne donne l’avance à ses couleurs avant la pause. Turner remettait les deux équipes à égalité peu de temps après la reprise. La rencontre était très serrée et cela pouvait tomber d’un côté comme de l’autre. En deux minutes, les Lierrois allaient faire pencher la décision en leur faveur, Legrand puis Smith assuraient une magnifique victoire contre le Léopold. « C’était un match assez serré mais nous avons très bien géré la rencontre. Comme souvent contre les grosses équipes, on défend très bien et on mise sur notre efficacité en contre », expliquait Keusters. « Nous sommes restés très calmes et sereins. On a clairement gagné en maturité et ça explique notre deuxième place. On la mérite  et on va tout faire pour être le mieux classé avant les demi-finales».

Racing-Watducks 3-3

Les buts : 8’ Kina (0-1), 27’ Van Lierde (0-2), 35’ Meurmans (1-2), 40’ Boon sur pc (2-2), 68’ Panchia (2-3), 69’ Boon sur pc (3-3).

L’affiche de ce weekend avait des airs de demi-finale, voire de finale au vu des deux équipes présentes sur le terrain. Le Racing accueillait le Watducks pour un duel au sommet dont l’enjeu était de se placer au mieux pour les playoffs. La rencontre mettait pourtant du temps à démarrer. Le Watducks, moins brouillon que son adversaire, était le premier à se créer une occasion franche, après sept minutes de jeu plutôt pauvre. Sidler reprenait en un temps un centre de Dumont mais sa tentative passait à côté. Une minute plus tard, Kina recevait la balle en bord de cercle, frappait fort vers le but et ouvrait le score pour le Watducks (0-1). Le reste du 1er quart temps n’était pas franchement emballant et les Waterlootois dominaient relativement sans réellement briller.

Le 2e acte n’était pas plus spectaculaire et le Watducks poursuivait sa domination en termes de possession de balle. Il fallait à nouveau attendre quelques minutes pour voir des occasions franches. A la 20e, Charlier tirait d’un angle difficile. Son envoi passait juste à côté du but.  Deux minutes plus tard, la tentative de Truyens était trop molle pour inquiéter Vanasch. On venait d’assister aux seules opportunités du 2e quart jusqu’en fin de mi-temps. Huit minutes avant la pause, Van Lierde trompait Gucassoff pour faire le 0-2. Le Racing réagissait, sans trop de réussite, jusqu’à quelques secondes de la mi-temps. Boon envoyait un centre puissant vers le point de stroke. Meurmans plongeait au bon moment pour dévier magnifiquement au fond (1-2). « On a clairement manqué de fighting-spirit en première mi-temps. Nous étions trop mous », regrettait Cédric Charlier.

Dès la reprise, le Racing montrait un tout autre visage et commençait enfin à prendre le jeu en main. Les déchets techniques se faisaient plus rares et les Rats n’allaient pas tarder à concrétiser leur domination au score. A la 40e, les Ucclois s’offraient leur premier pc. Boon voyait son premier sleep repoussé mais la balle revenait dans son stick et sa 2e tentative trouvait le chemin du but (2-2). Cinq minutes plus tard, Lootens partait seul et dribblait deux joueurs avant d’alerter Vanasch. Le gardien waterlootois repoussait sans problème. Le Watducks émergeait en fin de 3e quart. En deux minutes, les visiteurs auraient pu prendre l’avance mais le tir de Ghislain passait juste à côté avant que Sidler ne loupe la balle sur un centre de Panchia. La dernière action voyait Boon stopper sur la ligne le sleep de Charlet pour préserver le 2-2. « On a commencé à jouer comme eux. Ça s’est transformé en sorte de hockey ping pong alors que notre force est de garder la balle.», expliquait Dohmen.

Quelques minutes après avoir entamé le dernier quart, Dohmen pensait avoir donné l’avantage à son équipe, mais son but était justement annulé. Après une première déviation sur le poteau, il récupérait la balle et envoyait un flick puissant qui terminait sa course au fond des filets. Les arbitres accordaient d’abord le goal avant de changer leur décision. Un joueur était en effet couché sur Jérémy Gucassoff, l’empêchant de se relever. A dix minutes du terme, Dohmen centrait dangereusement mais personne n’était là pour reprendre. La situation allait se décanter en toute fin de rencontre. Il ne restait plus que deux minutes à jouer lorsque Panchia tirait du bord du cercle. Sa frappe n’était pas très puissante mais Gucassoff se loupait et la balle passait sous son sabot (2-3). La réaction du Racing était immédiate. Sur la remise en jeu, les Ucclois s’offraient un ultime pc. Le sleep de Boon était puissant et cadré et Vanasch ne pouvait pas empêcher l’égalisation (3-3). «  Ce match nul est logique selon moi. Ils ont eu pas mal d’occasions mais on a dominé la seconde période. Il faudra garder la mentalité de la 2e mi-temps pour les semaines à venir et nous devons encore travailler sur notre fond de jeu. On manque encore de régularité », soulignait Charlier, tandis que Dohmen pestait contre certaines décisions arbitrales. « Il y a des décisions qui changent la rencontre. J’en ai marre de m’entraîner autant pour avoir un arbitrage pareil le dimanche… ».

Une mauvaise opération tant pour le Watducks que le Racing, qui voient l’Héraklès, vainqueur au Léopold,  les dépasser au classement et prendre la 2e place.

Dragons-Louvain 6-1

Les buts : 3’ Pangrazio (0-1); 7’ Thys (1-1); 26’ Raes (2-1); 40’ Thys (3-1); 43’ Rubens (4-1); 58’ Verheijen (5-1); 67’ Thys (6-1).

Le Dragons n’a pas dû forcer son talent pour venir à bout d’un Louvain qui n’a pas su rivaliser ce dimanche avec les champions en titre. Même si au bout de trois minutes, Pangrazio déflorait le score face à son ancienne équipe, le Dragons ne paniquait pas et déroulait calmement son jeu. Au final, le rouleau compresseur anversois aura proposé un niveau de jeu à la hauteur de sa place de leader pour s’imposer 6-1. « Louvain n’était pas mauvais mais nous avons très bien joué et tout a bien fonctionné aujourd’hui », confiait Felix Denayer. « C’était une excellente répétition pour l’EHL de la semaine prochaine. Cela fait plusieurs semaines qu’on la prépare et nous sommes aussi très heureux de notre première place qui est assurée », concluait l’Anversois.

Wellington-Antwerp 2-1

Les buts : 16’ Russell sur pc (0-1), 24’ Diederichs sur pc (1-1), 39’ Bull sur pc (2-1).

Les Ucclois du Wellington ont fait mentir nos pronostics et ont été arracher leur première victoire de la saison face à l’Antwerp. La rencontre n’avait pourtant pas idéalement commencé pour le Well, qui était mené après un quart de jeu. « Même si c’était 0-1, on a continué à y croire parce qu’on sentait qu’il y avait la place pour aller chercher les trois points », confirmait Lacourt. Diederichs s’occupait d’abord de remettre les deux équipes à égalité sur pc, à la 24e. Le score ne changeait plus jusqu’à la pause. Seulement quatre minutes après être remonté sur le terrain, Andy Bull mettait le Wellington devant grâce à un but sur pc. Sans le savoir, il venait d’inscrire le dernier goal du match et le but de la victoire. « On a été la chercher avec les tripes. Ce n’est pas spécialement notre meilleur match mais tout le monde était motivé, c’était plus ou moins notre dernière chance de l’emporter. On a tout donné, il y avait beaucoup de supporters, du soleil. Tout était réuni pour qu’on remporte notre première victoire de la saison », souriait Lacourt.

 

Orée-Braxgata 2-4

Les buts : 21’ Inglis (0-1), 26’ Inglis (2-0), 40’ Dekeyser sur pc (1-2), 48’ Dekeyser sur pc (2-2), 51’ Brouwer (2-3), 64’ Inglis (2-4).

Le Braxgata et l’Orée, qui n’ont plus rien à jouer, s’affrontaient ce dimanche lors d’une rencontre qui s’annonçait équilibrée. Inglis était l’animateur de la première mi-temps puisqu’il inscrivait un doublé en cinq minutes pour donner une avance respectable aux Anversois. Dekeyser ripostait lors du 3e quart. Il mettait trois minutes de plus que son homologue Néo-Zélandais pour lui aussi inscrire un doublé, sur pc. Mais la réaction des visiteurs n’allait pas tarder et Brouwer remettait son équipe devant au score trois minutes après l’égalisation de l’Orée. Inglis finissait le travail et marquant son 3e goal personnel à six minutes du coup de sifflet final. Une bonne opération pour le Braxgata qui remonte à la 9e place, tandis que l’Orée redescend au 10e rang.

Beerschot-Daring 3-2

Les buts : 20’ Mortelmans (1-0), 39’ Doherty sur pc (2-0), 42’ Paton (3-0), 53’ T. Cosyns (1-3), 55’ G. Cosyns (3-2).

Les Molenbeekois alternent le très bon et le moins bon depuis plusieurs semaines. Pourtant favori face au Beerschot, le Daring n’a pas su ramener le moindre point de son déplacement à Anvers. Menés seulement 1-0 à la pause, Cosyns&cie connaissaient un 3e quart fatal puisque Doherty puis Paton portaient le score à 3-0. Malgré les buts de Tanguy puis de Geoffroy Cosyns en début de 4e quart, le Daring ne parvenait pas à revenir au score et c’est le Beerschot qui prenait les trois points. Encore proche de la zone rouge il y a quelques semaines, les Ours sont maintenant septièmes, à un seul point de leur adversaire du jour, le Daring.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *