Leçon d'efficacité des Argentins qui s'offrent l'or

Difficile de cacher sa déception au moment d’écrire cet article. Même si les Red Lions repartent de ces Jeux avec une médaille d’argent, les regrets resteront longtemps dans les esprits, tant les Belges ont eu les occasions pour l’emporter. Mais les Argentins avaient tout pour eux ce soir et ont fait preuve d’un sang-froid glaçant devant le but.

Si les Argentins étaient les premiers à faire entrer la balle dans le cercle, les Red Lions menaient ensuite lors des cinq premières minutes. Après seulement deux minutes, Luypaert envoyait une passe dont il a le secret et Cosyns, qui s’était brillament démarqué, déviait la balle au fond (1-0). On n’aurait pas pu imaginer meilleur départ. Pendant les minutes qui suivaient, les Belges ne se précipitaient pas et faisaient calmement tourner la balle. Rapidement, les Argentins parvenaient à rééquilibrer la possession de balle et se montraient plus entreprenants. Une tactique récompensée après 11 minutes de jeu. Sur leur premier pc, Peillat recevait la balle mais au lieu de sleeper, il passait à Ibarra qui l’envoyait tout droit sur Florent Van Aubel, placé sur la ligne. L’attaquant ne pouvait que la dévier dans son but (1-1). Les Leones ne se contentaient pas de cette égalité et poursuivaient leurs offensives, principalement par des centres puissants. Les contrôles étaient hésitants et ce qui devait arriver, arriva. Après un contrôle manqué d’un défenseur, Ortiz récupérait une balle bondissante près du point de stroke et fixait Vanasch d’un envoi puissant dans le coin droit du but à la dernière minute du 1er quart (1-2). La réaction belge était aussi jolie que tardive, le tir de Gougnard était dévié à côté.

Les Red Lions remontaient sur le terrain avec de meilleures intentions. Malheureusement, la domination belge était stérile, face à un bloc argentin très bien en place. Après quelques incursions dans le cercle, la Belgique s’offrait son premier pc à la 16e. Le sleep de Luypaert passait à côté. Trois minutes plus tard, Charlier débordait avant de centrer et de trouver le pc. Boon cherchait la déviation mais aucun Belge ne parvenait à toucher la balle. A la 21e, une mauvaise sortie de défense poussait Dohmen à dégager la balle rapidement, son geste était considéré comme volontaire et l’arbitre sifflait un pc. Peillat était fidèle à sa réputation et marquait sous le sabot de Vanasch et réalisait un 4/4 sur l’exercice depuis les demi-finales (1-3). Un but qui faisait l’effet de coup de massue. Les Red Lions étaient K.O debout. Boccard, à la récéption d’un long flick de Luypaert dans le cercle tirait à côté alors que de ses partenaires attendaient un centre. Sur le contre, les Argentins remontaient le terrain très rapidement et Saladino se retrouvait devant Vanasch. Le gardien belge sortait et repoussait joliment sa tentative. Les deux équipes calmaient ensuite le jeu et les Leones se montraient à nouveau dangereux sur des centres tirs. A deux minutes de la pause, Charlier recevait une verte alors que l’arbitre avait oublié de siffler un coup d’épaule volontaire de Rossi sur Van Strydonck. Luypaert tentait une dernière longue passe dans la dernière minute mais la déviation de Dohmen passait à côté.

Le 3e quart était à nouveau dominé par la Belgique en terme de possession de balle, mais le piège argentin se refermait très rapidement sur les Red Lions qui n’avaient quasi pas d’espace dès qu’ils dépassaient les 25 adverses. Le scénario du 3e acte proposait un jeu fermé. La Belgique procédait également par des centres tirs mais tout réussissait aux Argentins qui ne laissaient aucune liberté aux attaquants dans le cercle. A la 42e, Mazzilli prenait une verte méritée sur une belle percée de Stockbroekx. Et alors que l’on se dirigeait vers la fin du quart, Boccard se fendait d’un magnifique solo. Il démarrait à cinq mètres du cercle et levait astucieusement la balle et passait trois joueurs avant de tirer instantanément pour fusiller Vivaldi (2-3). Imparable ! L’espoir et l’envie dévorante d’aller arracher la médaille d’or venait de changer de camp.

Le dernier quart était un peu plus brouillon et si les Red Lions récupéraient beaucoup de balles dans la moitié adverse, les relances n’étaient pas assez construites que pour inquiéter les Argentins. Les flicks systématiques des troupes de Retegui gênaient la défense belge et Van Doren tentait la même passe, pour personne. Symbole de l’impuissance des Red Lions, qui se procuraient pourtant un pc à 5 minutes du terme. Luypaert sleepait sur Van Aubel qui déviait en revers… loin à côté du but. Van Aubel avait l’occasion de se rattraper en recevant la balle dans le cercle mais presqu’aucun attaquant ne se trouvait dans le cercle pour aider l’attaquant. Boon s’infiltrait dans le cercle et trouvait le pc, après un appel vidéo réussi. Le joueur du Racing manquait son envoi et faisait ensuite la faute dans le cercle. Après quatre pc, la Belgique n’avait toujours pas trouvé l’ouverture.

Les Red Lions sortaient leur gardien, alors qu’il ne restait que trois minutes à jouer. Une tactique qui amenait directement du danger dans le cercle argentin. Stockbroekx centrait, Dockier recevait au point de stroke et l’envoyait sur Vivaldi. La défense argentine se jetait pour repousser en dehors du cercle. Dans les dernières secondes, Luypaert tentait une passe dangereuse. Mazzilli l’interceptait et partait seul dans le goal pour crucifier la Belgique.

La médaille d’argent est clairement une déception, surtout que les Belges ont eu les occasions pour revenir au score. Une médaille d’argent qui sera difficile à digérer. Après quelques jours, les Red Lions pourront peut-être s’en contenter.

Malgré la déception, on ne peut que féliciter nos internationaux, qui ont fait vibrer toute une nation pendant près de quinze jours.

Bertrand Lodewyckx

One Comment on “Leçon d'efficacité des Argentins qui s'offrent l'or”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *