Leçon de réalisme de Terrassa qui élimine Louvain

Schoo Ians (5), Renaer (6), Santana (7), Moreno (6), Deront (6), Quemada (7), H.Genestet (6), T.Genestet (6), Pangrazio (6), Maraite (5), Garcia (6) puis Sevestre (5), L.Willems (4), Bourdeaud’hui (5), T.Willems (4) et Degroote (4).

« Ce n’est certainement pas la plus belle équipe qui a gagné aujourd’hui. C’est décevant « , résumait parfaitement Pilou Maraite à l’issue de la rencontre. Le moins que l’on puisse écrire, c’est que Terrassa n’aura pas offert un jeu séduisant et offensif et se sera contenté de défendre avant de contrer. La tactique s’est avérée payante pour les Espagnols qui éliminent une équipe de Louvain qui n’a pas su trouver la faille.

La physionomie du 1er quart annonçait ce qui allait se passer pendant toute la rencontre. Les Catalans imprimaient un faux rythme et bétonnaient derrière pendant que les Universitaires tournaient autour du bloc adverse. A la 4e, Garcia trouvait le pc mais la phase ne donnait rien. Sur ses rares actions offensives, Terrassa tentait de trouver la déviation en tirant fort dans le cercle mais Renaer était chaque fois au bon endroit. Juste avant la fin du 1er quart et dès le début du 2e, Pangrazio, puis Renaer, s’infiltraient dans le cercle mais leurs centres ne trouvaient personne..

A la 17e, un énième centre fleurtait avec le poteau de Schoo Ians. Pas du tout perturbé par cette grosse occasion espagnole, Louvain poursuivait son travail de sape et multipliait les incursions dans le cercle adverse jusqu’à a pause, sans succès. »On savait qu’ils allaient défendre très bas et on avait dit qu’il fallait faire tourner rapidement avant d’envoyer des balles bondissantes dans le cercle », expliquait Maraite.

Deux minutes seulement après la reprise, Terrrassa obtenait son premier pc que Salles transformait en plaçant son sleep dans le coin gauche (0-1). La réaction des Belges était immédiate puisque dans la minute suivante, Tom Genestet entrait dans le cercle et décochait un revers puissant. Pangrazio, très bien placé au 2e poteau, déviait au fond (1-1). L’égalisation était tout à fait logique au vu de la domination de Louvain jusque là.  Terrassa décidait alors de se porter vers l’avant. A la 35e, les arbitres accordaient un pc très généreux aux Espagnols qui faisaient 2 sur 2 grâce à Oliva, qui plaçait la balle quelques centimètres plus haut que le but de Salles (1-2).  » Ce genre de match, tu les gagnes sur pc. Eux marquent leurs deux pc, nous on fait 1 sur 5″, regrettait Moreno. Juste avant la fin du 3e quart, Quemada délivrait un centre puissant, que terminait sa course au fond, sans qu’un attaquant ne la dévie victorieusement au fond. Symbole de l’impuissance de Louvain, qui n’aura pas réussi à trouver ce fameux dernier geste.

Quemada trouvait pourtant le chemin des buts à la 45e sur pc et égalisait d’un sleep puissant dans le coin droit (2-2). La bataille de l’entre jeu faisait rage et les hommes de Joeri Beunen tournaient autour du cercle adverse, à la manière des handballeurs. Mais à quatre minutes du terme, Malbosa récupérait aux 25 et partait seul dans le cercle et armait un tir revers qui passait au-dessus de Schoo Ians (2-3). « Ils ont trois chances, ils marquent trois buts. On a dominé, on est rentré dans le cercle, nous avons eu des pc mais ça n’est pas rentré« , commentait Moreno.

« Il y a pleins de balles qui sont passées devant nous, qu’on ne touche pas. Pour le même prix, elles sont au fond. C’est désolant », soupirait Maraite, frustré d’être passé aussi près d’un nouveau Final 4 pour Louvain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *