Le White Star remporte le titre en Dames!

Le White Star, invaincu pendant la saison régulière et facile vainqueur de la Gantoise en demi-finale voyait le Watducks, surprise de cette finale, se barrer sur sa route vers le titre. Largement favorites de la rencontre, les Everoises n’ont pas failli à leur rang et se sont imposées sans trop de difficultés pour remporter leur premier trophée depuis 2012.

L’entame de partie était idéale pour les finalistes de la saison passée. Après quatre minutes de jeu, Delforge profitait d’une mauvaise relance de Comerma pour déflorer la marque (0-1). Deux minutes plus tard, Delforge se mettait à nouveau en avant. Après un joli solo repoussé par la gardienne, Vouche était bien placée au rebond pour doubler la mise à la 6e (0-2). Deux minutes plus tard, c’était au tour de Masso de marquer pour assommer son adversaire. Le score était déjà de 0-3 après dix minutes de jeu et restait figé jusqu’à la pause. « Les dix premières minutes sont hyper importantes en salle. Elles n’avaient rien à perdre et nous avions une certaine pression sur les épaules mais on a réussi à bien gérer cela » souriait Wagemans.

Cinq minutes après la reprise, Stappaerts redonnait un peu d’espoir aux Watducks mais c’était de courte durée puisque le White Star allait définitivement enfoncer le clou dans les dix dernières minutes du match. Vorushlyo sur stroke, Delforge puis Vouche scellaient le score à 6-1. Une défaite toujours difficile à digérer quand il s’agit d’une finale, même si la qualification du Watducks était en soi déjà une belle réussite.  » On veut toujours gagner une finale mais le White était la meilleure équipe. Elles méritent le titre même si on aurait pu marquer deux ou trois goals de plus« , expliquait Comerma.

« On est restées bien concentrées pendant toute la rencontre et ça a été l’une des clés du match. Nous étions en confiance mais on a clairement eu du mal aujourd’hui. Le Watducks a pas mal de bonnes individualités« , soulignait Wagemans. « Cela fait des années que le White Star est en finale et cette fois-ci on l’a. On a fait une saison extraordinaire et je pense qu’on mérite ce titre« , souriait une Caroline Wagemans encore essoufflée par une rencontre intense.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *