Le Watducks assure l'essentiel contre le Bee, l'Héraklès surprend le Daring

Retrouvez à l’issue de chaque journée de championnat, le compte-rendu de tous les matchs de la division d’honneur messieurs, avec réactions, buts et analyses des rencontres.

Antwerp-Léopold 2-6

Les buts : 9’ M. Plennevaux (0-1), 11’ Poncelet sur pc (0-2), 30’ M. Plennevaux sur stroke (0-3), 35’ A. Verdussen sur rebond de pc (0-4), 50’ Turner sur stroke (0-5), 61’ Peremiquel sur suite de pc (1-5), 63’ Sior (1-6), 67’ Briels (2-6).

On le dit, l’écrit et le répète souvent, un déplacement à l’Antwerp n’est jamais facile. Le Daring peut en témoigner. Le Léopold, prévnu et bien conscient du danger, s’est rapidement mis à l’abri pour éviter toute mauvaise surprise. « Je trouve sincèrement qu’on a fait une de nos meilleures premières mi-temps depuis un petit temps », souriait Van Strydonck. Une bonne entame de match qui se traduisait rapidement en buts, puisque les visiteurs menaient 0-2 après dix minutes de jeu via Max Plennevaux puis Poncelet. Max Plennevaux s’offrait un doublé sur stroke avant qu’Arthur Verdussen  n’offre une avance de quatre buts à son équipe avant la pause. Un premier acte quasi sans-faute pour les Ucclois. « On a très bien fait circuler la balle en jouant simplement sur nos forces. Nous n’avons, en plus, joué qu’à douze, treize parce qu’on avait beaucoup de blessés », poursuivait le capitaine des Léomen.

Turner faisait le 0-5 à vingt minutes du terme avant que l’Antwerp ne sauve l’honneur à la 61e via Peremiquel (1-5). Sior ripostait deux minutes plus tard et Briels scellait le score à 2-6 en fin de partie. « Nous avons mis la manière et c’était très important de prendre les trois points avant trois gros matchs avant la trêve contre le Daring, le Watducks puis le Braxgata », concluait le défenseur international, dont l’équipe remonte à la 2e place, à quatre unités du Dragons, solide leader de la compétition.

Dragons-Wellington 11-1

Les buts : 1’ Cayphas (1-0), 13’ Hendrickx sur PC (1-1), 20’ van Aubel (2-1), 34’ Hendrickx sur pc (3-1), 36’ Van Bockrijck (4-1), 43’ Denayer (5-1), 44’ Thys (6-1), 57’ Briels (7-1), 59’ Briels (8-1), 65’ Briels (9-1), 67’ Thys (10-1), 69’ Thys (11-1).

Les leaders de la compétition n’ont pas dû forcer leur talent pour s’imposer contre les Ucclois du Well et du pauvre Trenchs, qui s’est retourné à onze reprises… Bien que mené d’un but signé Cayphas dès la 1e minute, le Dragons, à domicile, déroulait ensuite pour écraser son adversaire…en 2e mi-temps. En effet, les Anversois ne menaient (que) de deux buts à la pause, grâce à Hendrickx (doublé sur pc) et Van Aubel.

Mais les champions en titre allaient ensuite totalement dominer leur adversaire. A l’issue du 3e quart, le score était déjà de 6-1 avec des goals signés Van Bockrijck, Denayer (shot en lucarne) et Thys. Le dernier acte était à nouveau à sens unique et les attaquants vedettes du Dragons allaient faire le spectacle dans le dernier quart d’heure. Briels réalisait un magnifique triplé en moins de dix minutes (9-1) avant que Thys ne s’offre lui aussi un hat-trick en crucifiant le Wellington dans les trois dernières minutes (11-1). Si les Ucclois ne pensaient pas repartir du Dragons avec les trois points, ils ne s’attendaient certainement pas à une telle déculottée contre les leaders du classement, qui envoient un message fort à tous leurs adversaires !

Watducks-Beerschot 2-0

Les buts : 40’ Boccard sur pc (1-0), 61′ Van Marcke (2-0).

C’est un peu le défaut du Watducks depuis le début de la saison, l’entame de match est rarement parfaite. Les Waterlootois l’ont à nouveau appris à leurs dépens ce dimanche. Après seulement deux minutes de jeu, ils concédaient un premier pc. Le sleep de Doherty était tout juste sauvé sur la ligne par Boccard, posté côté stick de Vanasch. Une piqûre de reveil pour les Canards qui ripostaient via Max Capelle, qui alertait deux fois le gardien visiteur, sans réussite. A la 5e, le Watducks trouvait également un pc, mais le sleep de Boccard passait à côté de la cible. Le défenseur international trouvait ensuite le poteau sur un long centre avant que Michel Van Rysselberghe ne sorte sereinement la balle de la défense. Le premier quart était généralement équilibré, le Watducks dominant dans le jeu tandis que le Beerschot laissait très peu d’espace dans ses 25. “Nous avons pas mal d’occasions franches dans le 1er quart. Pour le même prix, on se met rapidement à l’abri“, ajoutait Dohmen.

Peu après le début du 2e quart, le centre d’Ibarra ne trouvait personne et il s’agissait de l’une des seules occasions des Ours avant la pause. La rencontre était surtout marquée par une belle bataille de l’entrejeu mais certainement pas par le nombre d’occasions franches. Un double débordement de Van Marcke avant la demi-heure n’était pas concluant. Quelques instants plus tard, Harrison Peeters récupérait aux 25 et envoyait tout droit vers le but. Verhoeven déviait juste devant Vanasch. Le gardien des Red Lions avait le bon réflexe. Entre temps, le Beerschot s’était offert un 2e pc, facilement sorti par Vinchou.  Les deux équipes repartaient au vestiaire sur un score vierge et les supporters étaient impatients d’assister à un peu plus de spectacle.

Le 3e acte démarrait fort avec un centre de Cabuy sur le stick de Masso, 50 secondes après la reprise. La déviation du médaillé d’or passait néanmoins bien au-dessus du goal du Beerschot. Cinq minutes plus tard, Paton recevait à trente mètres du but sur un contre rapide. Kina bloquait bien l’offensive adverse. Une minute plus tard, le Watducks obtenait son 2e pc de la partie. Le sleep de Boccard partait à droite du but mais De Sloover déviait malheureusement dans son but pour déflorer la marque (1-0). Le Watducks concrétisait enfin sa domination en terme de possession de balle. A la 45e, Max Capelle perdait son duel contre David Van Rysselberghe avant que Rossi ne décoche un tir puissant, en plein sur la guêtre de Vanasch. Il  ne restait plus que vingt minutes de jeu lorsque Sidler touchait le poteau, suite à une perte de balle de De Sloover. La fin du 3e quart avait beau être dominée par le Beerschot, le dernier acte recommençait sur le score de 1-0.

Le Bee poursuivait sur sa lancée et trouvait un pc dès le début du 4e quart. La phase n’était pas concluante. Coup sur coup, les Ours prenaient d’abord une carte verte (Mortelmans) puis une jaune (Ibarra) juste avant le dernier quart d’heure. En infériorité numérique, les visiteurs subissaient le jeu, même si Perez avait le 1-1 au bout du stick à la 59e. L’attaquant recevait la balle seul au point de stroke, mais son envoi passait au-dessus du but défendu par Vanasch. Le jeu s’ouvrait enfin dans les dix dernières minutes et à ce petit jeu-là, c’était le Watducks qui allait en profiter. Les Canards remontaient rapidement le terrain à neuf minutes du terme. De Saedeleer décalait Van Marcke qui voulait centrer et son envoi passait tout juste en-dessous du gardien anversois (2-0). Le Beerschot ne baissait pas les bras et Perez était à nouveau tout près de marquer, mais il lui manquait deux centimètres pour la pousser au fond. A quatre minutes du terme, le sleep d’Ibarra était sorti par Vanasch qui se fendait d’un très bel arrêt du stick.

Le Watducks ressortait finalement victorieux d’un match piège, contre un Beerschot qui a été très loin du ridicule. « Nous avons souvent des problèmes contre le Beerschot. Ils défendaient très bas mais nous avons bien dominé dans le jeu et nous n’avons pas fait les mêmes erreurs que contre l’Héraklès, il y a deux semaines. Nous sommes restés patients et cela a finalement payé », confiait Dohmen. Du côté du Beerschot, cela fait plusieurs semaines que l’équipe perd de justesse. A la fois une frustration et une source de confiance selon Marin Peeters. « Nous avons eu des occasions, et notre jeu n’était pas mauvais. Il nous manque encore un peu de chance mais je pense qu’une fois que ça va tourner pour nous, notre saison sera lancée. Nous avons maintenant des matchs importants contre des adversaires moins forts et il faudra prendre des points avant la fin du premier tour », soulignait le défenseur anversois.

 

Héraklès-Daring 3-2

Les buts : 13’ Huybrechs (1-0), 27’ Uher sur pc (1-1), 44’ Uher sur pc (1-2), 51’ De Kerpel (2-2), 68’ Smith (3-2).

Deuxième faux-pas de suite pour les ex-leaders au classement, après la défaite contre l’Antwerp il y a deux semaines. Le scénario a presque été le même pour le Daring, privé de Geoffroy Cosyns et Fredy Mesa et qui a manqué d’efficacité en zone de conclusion. Surtout que l’Héraklès est en forme depuis quelques semaines. Nicolas de Kerpel avait prévenu avant la trêve ; « On va continuer à travailler dur pendant les deux semaines de pause ». Visiblement, le travail paie puisqu’après avoir accroché le nul contre le Watducks, les Lierrois s’offrent le scalp du Daring, qui a pourtant mené 1-2 en seconde période. Mais l’Héraklès a alors renversé la vapeur via Keusters puis Smith en fin de rencontre pour arracher la victoire.

Tout roule donc pour l’Héraklès, qui remonte à la 7e place, mais surtout à un point de la 4e place des Molenbeekois, encore premiers au classement il n’y pas si longtemps. Le Daring est néanmoins loin de paniquer selon Tanguy Cosyns. « On a dominé tout le match et on gaspille pas mal, comme contre l’Antwerp. Mais pour le même prix, on peut gagner sans que personne n’ait rien à redire. On reste positif parce qu’on a bien joué. C’est un petit creux. L’efficacité, qui était notre force, n’est pas constante. On reste confiant dans l’équipe », confiait le Red Lion.

Braxgata-Racing 1-1

Les buts : 35’ Truyens sur pc (0-1); 38’ Luypaert sur stroke (1-1).

Le Braxgata, après avoir pris ses trois premiers points contre le Beerschot il y a deux semaines, attendait de pouvoir confirmer. Mission réussie pour les troupes de Philippe Goldberg qui sont parvenus à prendre un point contre le Racing, candidat au Top 4. Et si le score ne donne pas l’impression d’un match ouvert avec plusieurs occasions de but, la réalité du terrain est différente puisque tant le Racing que le Braxgata auraient pu marquer plus de goals. Truyens était le seul à trouver la faille sur pc juste avant la pause, mais l’avance des visiteurs allait rapidement fondre lorsque Luypaert faisait le 1-1 sur stroke peu après la reprise.

La deuxième mi-temps n’accouchait pas d’énormément d’occasions franches mais de deux opportunités en or. Clément sauvait une  balle sur la ligne pour le Braxgata tandis que Gucassoff déviait un tir d’Inglis sur le montant de son but pour préserver un score nul qui ne fait les affaires de pas grand monde. Le Braxgata confirme qu’il n’est pas à sa place en bas de classement alors que le Racing se montre toujours inconstant depuis le début de saison.

 

Louvain-Orée 1-0

Le but : 41’ Garcia (1-0).

« L’Orée méritait mieux », reconnaissait humblement Garcia à l’issue de la rencontre. « Ils ont eu cinq pc mais notre gardien fait un match extraordinaire et Romeu sort une balle sur la ligne également ». A domicile, les Universitaires n’ont pas réussi à produire le même jeu que lors des semaines précédentes mais sont parvenus à repousser toutes les offensives adverses pour finalement empocher trois précieux points. « Nous encaissons beaucoup moins que la saison passée. C’est une sécurité en plus de savoir que nous pouvons garder le zéro derrière, même sans bien jouer », soulignait l’attaquant espagnol, seul buteur de cette rencontre et qui inscrivait son goal à la 41e, en revers évidemment.

Une bonne opération pour Louvain, 2e meilleure défense du championnat et qui ne doit sa 6e place qu’à une moins bonne différence de buts que le Daring et le Racing, respectivement 4e et 5e.

Le classement général:

classement-01-11

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *