Le Top 4 s'éloigne pour le Léopold, le maintien assuré pour le Beerschot

Léopold-Dragons 5-5

Les buts : 4’ M.Plennevaux (1-0), 7’ Cuvelier(2-0), 32’ Briels (2-1), 35’ Turner (3-1), 38’ Rubens (3-2), 43’ Raes (3-3), 48’ A.Verdussen (4-3), 59’ Thys (4-4), 63’ Hendrickx sur pc (4-5), 66’ M.Plennevaux sur pc (5-5).

La rencontre opposant le Léopold et le Dragons pouvait soit enterrer, soit raviver les espoirs de Top 4 des Ucclois. Les Léomen l’avaient d’ailleurs bien compris et abordaient le match le couteau entre les dents. Après seulement sept minutes de jeu, les locaux menaient de deux buts après une excellente entame de match. Le premier but était signé Max Plennevaux. L’attaquant, esseulé en bord de cercle, trompait Loic Van Doren. Le stick d’or espoir avait anticipé une frappe à plat mais Plennevaux croquait son tir qui finissait sa course dans le plafond du but (1-0). Deux minutes plus tard, un centre-tir de John Verdussen était repoussé par la défense anversoise. Cuvelier surgissait en bord de cercle et armait directement son tir, qui filait tout droit au fond du but (2-0). A la 9e, Turner se retrouvait seul face à Loic Van Doren mais son envoi était beaucoup trop mou pour inquiéter le gardien du Dragons. En dix minutes de jeu, le Léopold venait d’étouffer le Dragons qui n’avait rien pu montrer jusque-là. Mais les Anversois prenaient ensuite le jeu en main pour se créer quelques occasions franches, sans succès.

Le Léopold se reprenait directement dès la reprise et Arthur Verdussen était tout près du 3-0 mais son envoi passait juste à côté. Les occasions franches étaient néanmoins rares de part et d’autre et les deux équipes procédaient surtout par centres en retrait. Les défenses étaient attentives et parvenaient à repousser les offensives adverses. A la 30’, Max Plennevaux se jetait sur un centre de Van Strydonck et reprenait la balle en un temps. Le but aurait pu être magnifique mais la balle passait de peu à côté du but. Deux minutes plus tard, le Dragons trouvait enfin le chemin des filets via Van Aubel. Briels s’était faufilé dans le cercle avant de pousser la balle sous Henet. Van Aubel poussait dans le but vide (2-1). A trois minutes de la pause on pensait le score fixé mais sur le seul pc de la mi-temps, Turner plongeait pour dévier le sleep de Lemaire. Sa déviation allait se loger dans la lucarne (3-1) et le Léopold pouvait retourner au vestiaire avec un  bel avantage de deux buts.

Le 3e quart allait s’avérer le plus animé avec un Dragons qui voulait absolument rapidement revenir au score. Et comme souvent, lorsque les champions en titre se mettent sérieusement en route, peu d’équipes peuvent leur résister. A la 38e, Rubens recevait la balle en bord de cercle, un peu décalé sur la gauche. Il armait un tir puissant à plat que Henet ne pouvait stopper (3-2). Le Dragons continuait à pousser et s’offrait son premier pc à la 42e. La phase était mal stoppée mais quelques instants plus tard, la balle arrivait à Raes. Juste en face du gardien ucclois, l’attaquant ne se faisait pas prier et fixait Henet d’un tir revers bien placé (3-3). En moins de dix minutes après la reprise, les Anversois venaient de retourner une situation compromise. «C’est frustrant de mener de deux buts puis de le voir revenir. Ce n’est pas un problème d’inconstance aujourd’hui mais le Dragons est très efficace devant», analysait Arthur Verdussen. Le Léopold allait rapidement se relever et assiéger le cercle des visiteurs pendant plusieurs minutes. Une tactique qui s’avérait payante après un énième centre du Léo. La passe était mal stoppée par la défense et la balle flottait à hauteur de torse. Arthur Verdussen, en mouvement près du point de stroke, avait un magnifique réflexe et déviait la balle au fond en tombant (4-3). Tout le public ucclois explosait de joie ! La fin de quart temps était ensuite décousue jusqu’au coup de sifflet des arbitres.

Le dernier acte allait confirmer toutes les promesses du quart temps précédent avec beaucoup de spectacle. A onze minutes du terme, Verheijen envoyait une passe flottante en direction de Briels. L’international belge loupait son contrôle et Henet repoussait la balle. Thys récupérait bord cercle et tirait à bout portant pour revenir à 4-4. Quatre minutes plus tard, le Dragons, toujours excellent en fin de match, prenait même l’avance grâce à un sleep puissant à mi-hauteur de Hendrickx. Le Léo ne s’avouait pas pour autant vaincu et puisait dans ses dernières ressources pour au moins arracher le nul, ce que les hommes de John Bessel allaient réaliser lors de son quatrième pc de la rencontre. La phase était mal donnée mais Max Plennevaux reprenait la balle et envoyait une fusée en pleine lucarne (5-5). Après avoir menés toute la rencontre, les Ucclois parvenaient à prendre un point frustrant à domicile. « Si on nous avait dit qu’on prendrait un point contre le Dragons il y a deux semaines, on aurait signé mais là, vu la situation, c’est sûr qu’on voulait plus », avouait Arthur Verdussen. « On faisait certainement notre meilleur match de la saison et on développe un excellent jeu. Au final, on se retrouve un peu plus loin du Top 4 mais si toutes les semaines comme aujourd’hui, on peut accrocher les playoffs, j’en suis certain ». On ne se contentait pas non plus de ce match nul du côté du Dragons et de Felix Denayer. « Nous avons eu plus de déchets techniques que d’habitude aujourd’hui. On joue toujours pour la victoire et c’est donc certainement frustrant de ne faire qu’un match nul », affirmait le Red Lion. « Ils ont joué en zone et nous ont bien bloqué avec leur press. Je pense que si on joue à notre meilleur niveau, on peut gagner la rencontre. Mais c’était vraiment un chouette match à jouer, avec beaucoup de buts et d’actions », concluait Felix Denayer.

Héraklès-Watducks 4-3

Les buts : 13’ Charlet sur pc (0-1), 17’ Smith (1-1), 50’ Leclef sur pc (2-1), 52’ Struyf (3-1) 61’ Van Lierde sur pc (3-2), 67’ Leclef sur pc (4-2), 68’ Masso (4-3).

Une première victoire contre un membre du Top 3, six points d’avance sur la cinquième place du Léopold et trois préservés en fin de match grâce à une bonne gestion, l’Héraklès a prouvé, si certains en doutaient encore, qu’ils méritent de figurer à la 4e place et qu’il faudra plus que probablement compter sur eux pour les playoffs. Mené au score peu avant le quart d’heure après un but de Charlet sur pc, les Lierrois ont d’abord égalisé via Smith quelques minutes plus tard. Le score était d’ailleurs de un partout à la pause. Les hommes de Bisley allaient ensuite creuser l’écart dans le 3e quart temps, grâce à des buts de Leclef (sur pc) et de Struyf pour mener 3-1 avant le dernier acte. « Le Watducks a plus eu la balle que nous mais ils n’ont pas eu beaucoup d’occasions. Et contrairement aux semaines précédentes, nous sommes parvenus à concrétiser la plupart de nos occasions », souriait Alexis Leclef. Le défenseur allait même marquer un but très important pour son équipe en fin de match. Quentin Van Lierde avait en effet permis au Watducks de revenir à un but , à neuf minutes du terme. Mais une fois de plus, la réaction de l’Héraklès n’allait pas tarder et Leclef s’offrait le doublé en inscrivant son deuxième but sur pc à la 67e. Masso inscrivait le 4-3 peu après, mais le Watducks ne parvenait pas à égaliser et les Lierrois pouvaient célébrer une victoire très importante. « On était toujours en train de regarder derrière nous  et pour la première fois, on commence à regarder vers le haut. Nous avons clairement notre place dans ce Top 4. Si on n’atteint pas les demi-finales, on sera clairement déçus », confiait Leclef, qui ne s’inquiète pas trop de la pression qui pourrait peser sur ses épaules et celles de ses coéquipiers. « Ca fait quelques semaines qu’on nous attend. Même si nous n’avons pas beaucoup d’expérience à ce niveau-là, nous avons des joueurs expérimentés qui font très bien leur travail et qui nous permettent de bien gérer tout cela ».

Racing-Orée 6-3

Les buts : 23’ Charlier (1-0), 33’ Simar (1-1), 34’ Brinacki (1-2), 36’ Simar (1-3), 52’ Truyens (2-3), 57’ Truyens (3-3), 58’ Charlier (4-3), 60’ Charlier (5-3), 69’ Boon (6-3).

Le Racing a joué à se faire peur ce dimanche contre l’Orée puisque les Ucclois étaient menés 1-3 une minute après la reprise. S’ils avaient ouvert le score via Charlier lors du 2e quart, ils ont ensuite vu l’Orée être ultra-réaliste devant le but pour mener 1-3 à la 36e. « Nous n’avons vraiment pas bien joué lors des trois premiers quarts. Je crois qu’ils marquent leurs trois goals sur leurs trois premières occasions. On manquait clairement de rythme et on ne jouait pas bien », expliquait Cédric Charlier. Les visiteurs ont même eu les occasions pour tuer le match. Des occasions franches qui ont eu le don de réveiller le Racing, qui s’est ensuite mis en marche pour forger sa victoire dans le dernier quart. « Sincèrement, on s’est fait peur et on a donc vraiment décidé de s’y mettre et à ce moment-là, on a retrouvé notre jeu pour aller marquer des goals », avouait l’attaquant ucclois, auteur d’un triplé aujourd’hui.

Beerschot-Braxgata 2-1

Les buts : 38’ Perez (1-0); 57’ Perez (2-0); 70’ Luypaert sur pc (2-1).

Avec dix points d’avance sur la 11e place de l’Antwerp, le maintien semble bien définitivement assuré pour les Anversois du Beerschot, qui ont remporté un match crucial ce dimanche. La rencontre aura été très serrée et les occasions de buts n’auront pas été nombreuses. « C’était un match très serré mais chouette à jouer. Nous avons vraiment très bien défendu pour ensuite pouvoir jouer le coup en contre », se félicitait Arthur de Sloover. Un doublé de Perez en deuxième période permettait aux Ours de se mettre à l’abri d’un retour du Braxgata, qui sauvait l’honneur sur pc alors que la fin du temps règlementaire avait été sifflée. « Nous sommes vraiment très contents de cette victoire. On peut dire que le maintien est assuré mais il faudra encore aller battre l’Antwerp la semaine prochaine. On peut jouer plus libéré et si on gagne la semaine prochaine, on peut être 7e et alors pourquoi pas viser le Top 6. Notre saison n’est pas encore finie et on va tout donner jusqu’au bout », soulignait le défenseur anversois.

Daring-Antwerp 4-2

Les buts : 7’ Saladino (1-0), 33’ van Valburg sur pc (1-1), 42’ Brunet (2-1), 49’ Nelis (2-2), 56’ Uher sur pc (3-2), 59’ Uher sur pc (4-2).

Le déplacement de l’Antwerp au Daring s’annonçait comme une finale pour les Anversois, qui devaient absolument prendre des points pour encore espérer se maintenir en division d’honneur. Malheureusement pour eux, le Daring a mieux joué que les semaines précédentes et bénéficié du retour de Dominic Uher pour s’offrir sa 2e victoire depuis la reprise. «On a dominé dans l’ensemble et on a su tuer le match dans le dernier quart sur pc», se félicitait Tanguy Cosyns. L’Antwerp était en effet resté dans la rencontre jusque-là en revenant systématiquement au score jusqu’à un quart d’heure du terme et s’est battu jusqu’au bout. « C’était un très gros match pour eux et ils n’ont rien lâché, ce qui ne nous a pas facilité la tâche », confirmait le cadet des frères Cosyns.

La sentence est pourtant tombée et l’Antwerp aura beaucoup de mal à se sauver tandis que le Daring préparera déjà sa prochaine saison, sous les ordres de John Bessel, lors des semaines à venir. « Il y aura beaucoup de mouvement et nous voulons nous développer à plus long terme, faire évoluer des joueurs et leur donner plus de temps de jeu », ajoutait Tanguy Cosyns.

Wellington-Louvain 0-5

Les buts : 25’ De Groote (0-1), 27’ Romeu sur pc (0-2), 37’ Garcia (0-3), 38’ Pangrazio (0-4), 64’ Garcia (0-5).

Louvain n’a pas dû forcer son talent pour venir à bout du Wellington, qui accueillait une équipe qui n’a plus grand-chose à jouer et qui joue donc sans pression. Deux fois trois minutes, en première puis en deuxième mi-temps, ont permis aux Universitaires de mener 0-4 peu après la reprise. Garcia s’occupait de terminer le travail en s’offrant le doublé à la 64e.

 

Bertrand Lodewyckx

One Comment on “Le Top 4 s'éloigne pour le Léopold, le maintien assuré pour le Beerschot”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *