Le match du jour: Leçon d'efficacité du Daring

Léopold-Daring 2-4

Les buts: 10e M.Plennevaux (1-0), 16e Elliot Van Strydonck (2-0), 19e T.Cosyns sur stroke (2-1), 27e T.Cosyns sur stroke (2-2), 39e G.Cosyns (2-3), 56e T.Cosyns sur pc (2-4)

Les Molenbeekois, en visite au Léopold, qu’ils n’avaient jamais battu sur le terrain ucclois, ont vaincu le signe indien en renversant une situation difficile. Les troupes de Kholopov ont fait preuve d’une mentalité exemplaire et de discipline pour finalement l’emporter 4-2.

Le début de la rencontre était pourtant totalement à l’avantage des locaux qui mettaient beaucoup d’intensité dans les premières minutes. Le Daring était souvent débordé par la vitesse d’exécution du Léopold. Après dix de minutes de jeu passées pour la plupart du temps dans le camp des Molenbeekois, John Verdussen envoyait un long flick dont il a le secret. La balle rebondissait à hauteur des 25 mètres et Max Plennevaux était bien placé pour chiper la balle derrière son adversaire et partait seul au duel contre Masset. Le gardien était peut-être sorti une fraction de seconde trop tard et l’attaquant ucclois poussait la balle à côté de lui pour ouvrir le score (1-0). Trois minutes plus tard, le Daring était à deux doigts de revenir au score via Woods, impressionnant ce dimanche. Le sleep du Néo-Zélandais s’écrasait malheureusement sur le poteau. La réaction du Léo était quasi immédiate. Juste après le quart d’heure, Van Strydonck recevait la balle près du point de stroke et tentait de placer son revers mais la balle était déviée par un défenseur du Daring… au fond de son propre but (2-0). Le premier temps de la saison était presque parfait pour les Ucclois.

Avec cette avance confortable, le jeu du Léo baissait en intensité et c’est ce qui allait permettre à son adversaire de revenir selon Cuvelier. « Je pense qu’on a trop joué la sécurité alors qu’on devait continuer à attaquer. On a reculé et nous les avons trop laissé développer leur jeu ». Surtout que le Daring n’avait pas paniqué jusque-là malgré ce retard de deux buts. « Après le premier quart, j’ai dit à tout le monde qu’un match pouvait se retourner en un claquement de doigts et qu’on devait bien garder la structure, ce qu’on a fait pendant tout le match », confirmait Tanguy Cosyns. Le récent médaillé d’argent allait d’ailleurs s’illustrer lors du 2e quart en marquant un doublé, deux fois sur stroke. A la 19e, l’arbitre sifflait la premier stroke suite à une action dirigée par Van Linthoudt. Cosyns s’occupait de la transformation et plaçait sa balle dans le coin droit du but. (2-1).  Le Léo réagissait via Verdussen et Eaton, mais leurs centres ne trouvaient personne. Trois minutes avant la demi-heure de jeu, les Molenbeekois obtenaient un nouveau stroke. Cosyns envoyait la balle dans la lucarne droite, ne laissant à nouveau aucune chance à Henet (2-2). En un quart temps, le Daring venait de renverser une situation compromise, sans pourtant avoir outrageusement dominé.

On pensait tout de même que le Léopold allait prendre l’ascendant mais c’est tout l’inverse qui se passait. Dès la reprise, Henet devait s’interposer sur un tir revers puissant de Van Linthoudt avant de repousser une déviation de Dykmans. Quatre minutes plus tard, le gardien ucclois devait sortir de son but pour stopper le solo de Saladino. Quelques instants après, Brunet centrait d’un tir puissant. Geoffroy Cosyns, esseulé en zone de conclusion, déviait la balle en un temps au fond du but (2-3). La fin du 3e quart voyait le jeu légèrement se débrider mais les attaquants butaient souvent sur des défenses bien regroupées.

Le dernier acte offrait à nouveau un bon rythme de jeu et le Léopold s’infiltrait plusieurs fois dans le cercle adverse, sans succès. A la 56e, le Daring obtenait son quatrième pc de la partie. Tanguy Cosyns, encore lui, était au bon endroit pour envoyer un sleep puissant côté gant, que Henet ne parvenait pas à stopper (2-4). Il restait alors un quart d’heure de jeu au Léo pour au moins arracher un nul. Malgré trois pc et des tentatives de Turner et Thiery, la balle ne voulait pas rentrer et le Daring l’emportait pour la première fois sur les terres des Ucclois. Une victoire qui rassure après une préparation un peu difficile. « On a pas mal galéré, c’est difficile d’intégrer plusieurs cultures de hockey dans une équipe. On sous-estime souvent le temps que ça prend. Cette victoire est de très bon augure pour la suite », souriait Tanguy Cosyns, tandis que Cuvelier ne s’inquiétait pas outre mesure de cette défaite. « Nous ne paniquons pas, nous devons continuer à travailler mais on a déjà montré de bonnes choses dans le jeu », concluait le médian ucclois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *