Le match du jour: Le Daring à nouveau terriblement efficace

A l’aube de la saison, peu auraient parié sur un 6/6 du Daring, qui avait hérité d’un calendrier difficile avec un déplacement au Léopold et un seconde match contre le Racing. Les Molenbeekois ont pourtant réalisé un sans-faute, en grande partie grâce à une redoutable efficacité dans le cercle. « C’est en effet la grande force du Daring cette saison, et les renforts, belges et étrangers, jouent vraiment très bien », confirmait Wegnez. Alors qu’Enrique faisait son retour sur le terrain, les Oleastro, Saladino ou encore Woods ont tous pesé dans la rencontre pour faire pencher la balance en faveur du Daring.

Daring-Racing 6-4

Cartes vertes : 33e Gougnard, 64e Woods.

Les buts :  4’ Uher sur pc (1-0), 10’ Charlier (1-1), 29’ Dyckmans (2-1), 38Boon sur pc (2-2), 40’ Saladino (3-2), 49’ Van Linthoudt (4-2), 51’ Boon sur pc (4-3), 53’ Woods sur rebond de pc (5-3), 58’ Hermans (6-3), 64’ Boon sur pc (6-4).

Dès les premières minutes de jeu, les troupes de Kholopov annonçaient la couleur avec un but sur sleep d’Uher, la nouvelle recrue autrichienne (1-0). Quelques minutes plus tard, Charlier recevait un long flick venu du milieu de terrain et armait instantanément un tir revers haut toujours compliqué à réaliser. Mais l’international est très habile à l’exercice et ne laissait aucune chance à Masset en plaçant la balle au ras du poteau (1-1). Le reste du quart temps était dominé par un Racing patient et qui ne s’octroyait que peu d’occasions franches. Le Daring s’offrait deux pc mais la phase n’était pas concluante.

Le 2e quart voyait le scénario du premier acte se répéter avec un Racing dominateur en possession de balle tandis que le Daring procédait par des contres rapides. Une tactique qui allait permettre aux Molenbeekois de passer devant. La défense se dégageait très rapidement pour arriver à Brunet de l’autre côté du terrain. L’Argentin se débarrassait de deux défenseurs avant de pousser la balle sous le gardien. Dyckmans était au bon endroit pour terminer l’action en mettant la balle dans le but vide (2-1). Malgré quelques bonnes offensives et des tirs de Boon et de Charlier, le Racing ne parvenait pas à revenir avant la pause.

Les Rats allaient retrouver leur efficacité dès le début du 3e quart. A la 38e, Charlier s’offrait un solo pour provoquer le pc. Boon envoyait un sleep puissant dans le plafond du but (2-2). Le Daring n’allait pas baisser les bras. Que du contraire, les hommes de Kholopov repartaient directement à l’attaque et deux minutes après l’égalisation, Saladino passait en revue la défense avant de tirer dans le coin du but (3-2). Après être enfin revenu au score, le Racing devenait à nouveau courir après celui-ci. Peut-être bien le tournant du match. «  C’est un coup sur la tête de chaque fois revenir puis de prendre un but et de devoir faire le travail à nouveau », concédait Meurmans, tandis que Wegnez se félicitait de la force mentale de son équipe. « Ce genre de scénario nous arrivait tout le temps l’année passée alors que c’est nous qui marquons directement après avoir encaissé maintenant. On est aussi bien plus calmes sur le terrain», souriait-il.  Peu avant la fin du 3e quart, Geoffroy Cosyns débordait et plaçait la balle sous Gucassoff, mais la défense uccloise était à l’affût et dégageait la balle dans le stick de… Van Linthoudt, qui ne se faisait pas prier et poussait au fond (4-2). Boon faisait le 4-3 à quelques instants de la dernière pause, mais on sentait que le Racing n’y était plus vraiment. Woods imitait Boon sur rebond de pc en envoyant un flat puissant dans le coin du but (5-3).

Charlier &cie attaquaient de toutes parts lors du dernier quart et laissaient donc de plus grands espaces derrière. A douze minutes du terme, Hermans recevait la balle près du point de stroke et tirait directement. Son envoi était dévié par un défenseur du Racing et Gucassoff ne pouvait plus réagir (6-3). Boon s’offrait un triplé sur pc à la 64e mais son but était anecdotique (6-4), le Racing devait s’incliner contre une équipe du Daring solide dans tous les compartiments du jeu et diablement efficace. « Notre préparation n’a pas été idéale avec tous nos internationaux qui sont arrivés tardivement et il faut avouer que notre équipe est encore jeune », confiait Meurmans. Wegnez, son compère en U21 nationale, ne pouvait que se réjouir du niveau de jeu affiché par son équipe « On mérite à nouveau les trois points selon moi. Nous envoyons un message fort aux autres candidats au titre ».

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *