Le Léopold et le Dragons se neutralisent au terme d'un match fou

Léopold-Dragons 5-5

Leopold : Henet, Poncelet, J.Verdussen, Van Strydonck, Zimmer, Thiéry, Cuvelier, Turner, Lemaire, M.Plennevaux, A.Verdussen puis J.Plennevaux, Dupont, Eaton, De Trez et de Kepper.

Dragons : L.Van Doren, Hendrickx, A.Van Doren, Van Bockrijck, Thys, Celis, Rubens, Denayer, Van Aubel, Briels, Raes puis Vander Putten et Verheijen.

Les arbitres : M.Dutrieux et S.Duterme

Cartes vertes : 5’ A.Van Doren, 27’ Celis, 40’ M.Plennevaux.

Carte jaune : 28’ Thys, 40’ Hendrickx.

Les buts : 4’ M.Plennevaux (1-0), 7’ Cuvelier(2-0), 32’ Briels (2-1), 35’ Turner (3-1), 38’ Rubens (3-2), 43’ Raes (3-3), 48’ A.Verdussen (4-3), 59’ Thys (4-4), 63’ Hendrickx sur pc (4-5), 66’ M.Plennevaux sur pc (5-5).

La rencontre opposant le Léopold et le Dragons pouvait soit enterrer, soit raviver les espoirs de Top 4 des Ucclois. Les Léomen l’avaient d’ailleurs bien compris et abordaient le match le couteau entre les dents. Après seulement sept minutes de jeu, les locaux menaient de deux buts après une excellente entame de match. Le premier but était signé Max Plennevaux. L’attaquant, esseulé en bord de cercle, trompait Loic Van Doren. Le stick d’or espoir avait anticipé une frappe à plat mais Plennevaux croquait son tir qui finissait sa course dans le plafond du but (1-0). Deux minutes plus tard, un centre-tir de John Verdussen était repoussé par la défense anversoise. Cuvelier surgissait en bord de cercle et armait directement son tir, qui filait tout droit au fond du but (2-0). A la 9e, Turner se retrouvait seul face à Loic Van Doren mais son envoi était beaucoup trop mou pour inquiéter le gardien du Dragons. En dix minutes de jeu, le Léopold venait d’étouffer le Dragons qui n’avait rien pu montrer jusque-là. Mais les Anversois prenaient ensuite le jeu en main pour se créer quelques occasions franches, sans succès.

Le Léopold se reprenait directement dès la reprise et Arthur Verdussen était tout près du 3-0 mais son envoi passait juste à côté. Les occasions franches étaient néanmoins rares de part et d’autre et les deux équipes procédaient surtout par centres en retrait. Les défenses étaient attentives et parvenaient à repousser les offensives adverses. A la 30’, Max Plennevaux se jetait sur un centre de Van Strydonck et reprenait la balle en un temps. Le but aurait pu être magnifique mais la balle passait de peu à côté du but. Deux minutes plus tard, le Dragons trouvait enfin le chemin des filets via Van Aubel. Briels s’était faufilé dans le cercle avant de pousser la balle sous Henet. Van Aubel poussait dans le but vide (2-1). A trois minutes de la pause on pensait le score fixé mais sur le seul pc de la mi-temps, Turner plongeait pour dévier le sleep de Lemaire. Sa déviation allait se loger dans la lucarne (3-1) et le Léopold pouvait retourner au vestiaire avec un  bel avantage de deux buts.

Le 3e quart allait s’avérer le plus animé avec un Dragons qui voulait absolument rapidement revenir au score. Et comme souvent, lorsque les champions en titre se mettent sérieusement en route, peu d’équipes peuvent leur résister. A la 38e, Rubens recevait la balle en bord de cercle, un peu décalé sur la gauche. Il armait un tir puissant à plat que Henet ne pouvait stopper (3-2). Le Dragons continuait à pousser et s’offrait son premier pc à la 42e. La phase était mal stoppée mais quelques instants plus tard, la balle arrivait à Raes. Juste en face du gardien ucclois, l’attaquant ne se faisait pas prier et fixait Henet d’un tir revers bien placé (3-3). En moins de dix minutes après la reprise, les Anversois venaient de retourner une situation compromise. «C’est frustrant de mener de deux buts puis de le voir revenir. Ce n’est pas un problème d’inconstance aujourd’hui mais le Dragons est très efficace devant», analysait Arthur Verdussen. Le Léopold allait rapidement se relever et assiéger le cercle des visiteurs pendant plusieurs minutes. Une tactique qui s’avérait payante après un énième centre du Léo. La passe était mal stoppée par la défense et la balle flottait à hauteur de torse. Arthur Verdussen, en mouvement près du point de stroke, avait un magnifique réflexe et déviait la balle au fond en tombant (4-3). Tout le public ucclois explosait de joie ! La fin de quart temps était ensuite décousue jusqu’au coup de sifflet des arbitres.

Le dernier acte allait confirmer toutes les promesses du quart temps précédent avec beaucoup de spectacle. A onze minutes du terme, Verheijen envoyait une passe flottante en direction de Briels. L’international belge loupait son contrôle et Henet repoussait la balle. Thys récupérait bord cercle et tirait à bout portant pour revenir à 4-4. Quatre minutes plus tard, le Dragons, toujours excellent en fin de match, prenait même l’avance grâce à un sleep puissant à mi-hauteur de Hendrickx. Le Léo ne s’avouait pas pour autant vaincu et puisait dans ses dernières ressources pour au moins arracher le nul, ce que les hommes de John Bessel allaient réaliser lors de son quatrième pc de la rencontre. La phase était mal donnée mais Max Plennevaux reprenait la balle et envoyait une fusée en pleine lucarne (5-5). Après avoir menés toute la rencontre, les Ucclois parvenaient à prendre un point frustrant à domicile. « Si on nous avait dit qu’on prendrait un point contre le Dragons il y a deux semaines, on aurait signé mais là, vu la situation, c’est sûr qu’on voulait plus », avouait Arthur Verdussen. « On faisait certainement notre meilleur match de la saison et on développe un excellent jeu. Au final, on se retrouve un peu plus loin du Top 4 mais si toutes les semaines comme aujourd’hui, on peut accrocher les playoffs, j’en suis certain ». On ne se contentait pas non plus de ce match nul du côté du Dragons et de Felix Denayer. « Nous avons eu plus de déchets techniques que d’habitude aujourd’hui. On joue toujours pour la victoire et c’est donc certainement frustrant de ne faire qu’un match nul », affirmait le Red Lion. « Ils ont joué en zone et nous ont bien bloqué avec leur press. Je pense que si on joue à notre meilleur niveau, on peut gagner la rencontre. Mais c’était vraiment un chouette match à jouer, avec beaucoup de buts et d’actions », concluait Felix Denayer.

 

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *