Le Léo s'offre quelques frayeurs mais assure l'essentiel

Le Léopold a empoché sa première victoire, non sans quelques frayeurs en fin de match, contre un adversaire coriace. Mais qui a dû s’incliner face à l’efficacité des Ucclois, qui l’emportent logiquement pour leur retour en EHL.

Après une brève incursion dans le cercle adverse, Le Léopold concédait déjà un pc après trois minutes de jeu. Heureusement pour les Ucclois, la phase n’était pas concluante. Après huit minutes de jeu, Dorian Thiéry décalait Arthur Verdussen qui frappait fort vers Turner. L’attaquant australien n’avait plus qu’à pousser dans le but vide (1-0). En toute fin de quart temps, Arthur Verdussen était au bon endroit sur un centre de Cuvelier pour dévier au fond (2-0). Malgré un quart temps où ils n’ont pas été ridicules, St-Germain était déjà mené de deux buts face à un Léopold très efficace en zone de conclusion.

Le deuxième acte était tout aussi équilibré même si le Léopold prenait petit à petit l’ascendant. Sans se précipiter, les Ucclois se rapprochaient dangereusement d’un nouveau but. A cinq minutes de la mi-temps, les Belges parvenaient à forcer un pc. Le sleep de Lemaire était joliment sorti par le portier français mais quelques minutes plus tard, le gardien parisien devait s’avouer vaincu sur le stroke de Max Plennevaux, bien placé dans le coin droit (3-0). Le scénario était jusque-là idéal puisque le Léopold retournait au vestiaire avec une avance de trois buts et beaucoup de sang-froid devant le but.
Dans le 3e quart, Hugo Genestet, l’ancien milieu de Louvain, répondait à Plennevaux sur stroke et ouvrait la marque pour Saint-Germain. Henet n’était pas loin de repousser mais l’envoi de l’international français était bien ajusté, côté stick (3-1). Deux minutes plus tard, Arthur Verdussen prouvait que la compétition européenne lui réussit toujours bien et s’offrait un doublé en plaçant sa balle sous la guêtre du gardien français (4-1).
A un peu plus de dix minutes du terme, le Léopold s’octroyait une belle occasion mais le gardien sortait bien pour repousser la tentative uccloise. Cent vingt secondes plus tard, les Belges concédaient un pc, qu’Hugo Genestet transformait, en envoyant un sleep puissant dans le coin gauche du but (4-2). Il amorçait là près de dix minutes d’assauts français. Henet devait s’interposer deux fois en deux minutes avant que Lemaire ne soit un peu trop rugueux dans sa défense et ne concède un pc à cinq minutes du terme. Deux phases manquées et une minute plus tard, Martin Genestet se jetait au 2e poteau pour dévier victorieusement un centre venu de la droite (4-3). Le Léo décidait alors de conserver la balle dans le camp adverse et Arthur Verdussen était proche du triplé à la dernière minute. Son tir était stoppé fautivement par un défenseur. Le tir de Max Plennevaux était sorti du stick par le gardien. La dernière chance de marquer venait de passer et malgré une fin de match difficile, le Léopold repartait avec les trois points. Ce qui, après tout, est bien l’essentiel.

 

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *