Le Dragons nouveau leader, le Beerschot presque sauvé

Le Watducks remporte le derby brabançon

Deux buts de Charlet ont permis au Watducks de conserver trois points d’avance indispensables sur le Braxgata.

Watducks-Pingouin 2-0

La situation est par contre de plus en plus difficile pour le Pingouin, qui reste englué à la dernière place, à désormais cinq points de la 10e place. De l’aveu même de Nicolas Vandiest, les Nivellois ont livré une bien meilleure prestation qu’à l’aller. Un discours que l’on entend souvent, le Pingouin joue bien, mais ne prend pas de points. « C’est vrai que c’est dommage mais le jeu était bien meilleur qu’à l’aller. C’est comme cela que nous devrons jouer les trois dernières rencontres », confiait l’attaquant nivellois. C’est vrai que n’encaisser que deux buts face au 4e du championnat est tout à fait honorable pour une lanterne rouge. Il fallait d’ailleurs attendre 25 minutes de jeu pour que Charlet, le sleeper attitré des Canards, ne déflore la marque sur pc (1-0). Une phase que ne parvenait pas à transformer le Pingouin, malgré quatre tentatives.

Avec un seul but d’avance, le Watducks n’était pas à l’abri d’un retour de son adversaire, mais la finition n’était pas au rendez-vous du côté nivellois. Un scénario qui se répète depuis la reprise pour le Pingouin… Si bien qu’à force de louper ses occasions, Charlet scellait le score à 2-0, à nouveau sur pc, à une minute du terme. « On espère toujours pouvoir se maintenir », soulignait Vandiest, « il reste trois matchs, rien n’est impossible ».

Le Braxgata fait le plein de confiance avant un match crucial

Les Boomois ont facilement pris la mesure de l’Antwerp en s’imposant avec cinq buts d’écart. De bonne augure avant une rencontre à six points contre le Watducks dimanche prochain.

Antwerp-Braxgata 1-6

Un match complet, une puissance offensive impressionnante et une défense solide, le Braxgata a récité ses gammes hier face à un Antwerp impuissant. Dès la 2e minute de jeu, Luypaert ouvrait la marque sur pc (0-1). Le début d’un long calvaire pour les joueurs de Sint-Job-in-‘t-Goor. Dekeyser d’un tir puissant et Dubois, bien servi par Lasso inscrivaient la moitié des buts du Brax avant la pause (0-3).
L’Antwerp, qui se sera certainement fait sonner les cloches à la pause, montrait un visage plus séduisant lors du 3e quart, mais n’arrivait pas à concrétiser ses rares occasions. Pire, Luypaert inscrivait le 0-4 sur pc juste avant la dernière courte interruption du match. Garriga sauvait tout de même l’honneur pour ses couleurs à la 55e (1-4). Mais ce but n’arrêtait pas les intentions offensives des visiteurs. Luypaert s’offrait un triplé sur pc à dix minutes du terme alors que Dekeyser réalisait le doublé grâce à son but sur stroke à la 68e. « Dès le début du match, on a pris les choses en main, meme si il nous manquait 3 joueurs de base. Cela fait du bien de gagner avec cinq buts de difference le weekend avant notre match clef contre le Watducks », expliquait le meilleur buteur du jour, Loick Luypaert, « on abordera le match contre le Watducks avec le couteau entre les dents. Ça sera notre dernière et unique chance pour atteindre le Top 4 ! ».

 

L’Héraklès fait plier la Gantoise

Les Lierrois sont aux portes du Top 6 grâce à leur victoire contre les Gantois, acquise en seconde mi-temps.

Héraklès-Gantoise 5-1

Malgré un jeu séduisant et une excellente première période, les troupes de Pascal Kina repartent bredouille du terrain bleu de l’Héraklès. C’est d’ailleurs l’avant dernier du championnat qui prenait l’avance via Diaz, après onze minutes de jeu (0-1), avant que Peñalba ne sauve quelques balles dangereuses des attaquants lierrois. Mais le portier espagnol devait s’avouer vaincu après presque 30 minutes d’assauts adverses. A la 42e, Marco Donck égalisait sur pc (1-1). C’était le début du déluge pour la Gantoise, qui allait encaisser quatre buts de plus en moins d’une demi-heure. « La première mi-temps nous jouons vraiment bien, très bien même. Mais en deuxième mi-temps on craque un peu parce qu’on a pris beaucoup de carte jaunes», regrettait Antoine Kina.  Deux cartes jaunes entre la 50e et la 60e, c’est trop pour espérer rivaliser face à un Héraklès, capable du meilleur comme du pire. Hulboj et Struyf offraient une avance de deux buts aux locaux avant la fin du 3e quart tandis que Victor Donck et Legrand scellaient le score à 5-1 dans les dix dernières minutes. Une nouvelle défaite pour la Gantoise, qui n’enterre pas ses espoirs de maintien selon Antoine Kina. «On y croit toujours et on continuera à y croire jusqu’à la fin ».

Le Beerschot en passe de sauver sa saison

Les Ours sont capables de battre tout le monde, et l’ont une nouvelle fois prouvé contre le Racing hier.

Beerschot-Racing 4-2

Même s’il fallait attendre le deuxième quart pour voir l’ouverture du score du jeune De Sloover sur pc (1-0), les occasions de buts s’étaient déjà multipliées de part et d’autre. Les Rats avaient alerté David Van Rysselberghe à plusieurs reprises alors que son homologue du Racing avait repoussé un stroke de Rossi. Et si les gardiens se mettaient en évidence lors du 1er quart, c’est le pc anversois qui faisait la différence lors du 2e. Perez doublait la mise juste avant la pause sur cette phase (2-0).

A la 48e, Boon relançait le suspense (2-1). De courte durée, puisque Michel Van Rysselberghe poursuivait l’excellente série du Beerschot sur pc, quatre minutes plus tard (3-1). Et si les pc rentraient facilement, les strokes n’étaient pas concrétisés puisque Boon loupait également sa tentative. Paton, à cinq minutes de la fin, tuait le match d’un tir revers (4-1), même si Beckers limitait les dégâts en fin de match (4-2).

Le Dragons reprend la place de leader

Les Anversois profitent de la défaite du Racing et du second tour catastrophique du Daring.

Daring-Dragons 2-4

La série noire ne s’arrête pas pour les Molenbeekois, défaits par le nouveau leader de la compétition. Après une prestation décevante en EHL la semaine passée, le Dragons avait à cœur de retrouver des couleurs. Et si les gardiens avaient beaucoup de travail en première période, seuls O’Donoghue et Geoffroy Cosyns parvenaient à trouver la faille sur pc dans les cinq dernières minutes (1-1). Jusque-là, les locaux avaient plutôt bien résisté et s’étaient même créés quelques occasions franches.

Mais la deuxième mi-temps allait voir le Dragons prendre son envol, au score du moins, puisque son adversaire se montrait dangereux à quelques reprises. Denayer, à la 52e, transformait un nouveau pc (1-2), avant que Thys n’alourdisse le score à la 60e (1-3). Rombouts faisait 1-4 à une minute du terme et Brunet scellait le marquoir à 2-4 dans les dernières secondes.

Louvain dans le Top 6 !

Sa victoire contre le Léopold lui permet de dépasser le Daring, grâce à un plus grand nombre de victoires.

Louvain-Léopold 6-4

Louvain est décidément l’une des équipes en forme de ce second tour. La meilleure équipe belge en EHL cette saison a poursuivi sur sa lancée de sa campagne européenne en surprenant le Léopold, qui n’avait besoin que d’un point pour assurer mathématiquement sa place dans les playoffs. C’est surtout en deuxième période que les Universitaires ont forgé leur succès, alors que le match était plutôt équilibré jusque-là. Chaque fois qu’une équipe prenait l’avance, l’autre répondait dans le même quart temps. C’est ainsi que Tom Genestet égalisait à la 16e (sur pc) après l’ouverture du score d’Arthur Verdussen à la 14e. Le scénario s’inversait dans le deuxième quart et c’était au tour de Louvain de prendre l’avance via Quemada, après 24 minutes de jeu (2-1). L’espagnol du Léopold, Dabanch, ripostait quatre minutes plus tard et égalisait pour sceller le score à 2-2 à la pause. Rien de plus logique.

La deuxième période allait offrir un festival de buts puisque six buts ont été inscrits en 35 minutes. « Nous avons laissé marquer Louvain beaucoup trop facilement. Ils ont pris l’avantage sur quelques occasions et c’était compliqué de revenir après », pestait Zimmer. Pangrazio et Bourdeaud’hui faisaient 4-2 à la 39e et la 43e face à un Léo impuissant et plutôt nerveux selon le Léoman. « Nous n’avons jamais su développer notre jeu et nous avons aussi commencé à nous énerver, ce qui n’aide pas pour revenir au score… ». De Cock apportait un peu du suspense  en revenant à un but, peu avant la fin du 3e quart (4-3). A huit minutes du coup de sifflet final, Degroote faisait 5-3, bien servi par Quemada. Plennevaux redonnait un peu d’espoir aux Ucclois à la 69e (5-4) mais il était trop tard pour le Léo, surtout que Degroote s’offrait un doublé sur la remise en jeu (6-4).

Louvain continue à jouer son rôle de trouble-fête et contrarie les plans de son adversaire du jour. « Nous savions que Louvain voulait tout donner jusqu’à la fin du championnat et qu’ils allaient sûrement pas nous laisser la victoire et cela s’est vu. A nous de rebondir la semaine prochaine pour retrouver la dynamique positive que l’on avait avant l’EHL », concluait Zimmer. Et une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, Arthur Verdussen a la main fracturée suite à un tir adverse. Il sera opéré jeudi et espère être de retour pour une éventuelle finale. «J’ai pris un shot dans la main hier.  Si je me rétablis bien, cela durera six semaines donc ma seule chance de rejouer serait la finale.Mais ça reste assez court donc on verra en fonction de la rééducation».

Classement 03.04

 

 

2 Comments on “Le Dragons nouveau leader, le Beerschot presque sauvé”

  1. Monty

    Petite faute dans votre article , c’était la Gantoise et non le Pingouin contre l’Herakles ÷)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *