Le Dragons impressionne, le Braxgata au plus mal

Dragons-Watducks 6-2

 

Les buts : 2’ Hendrickx sur pc (1-0), 24’ Hendrickx sur pc (2-0), 26’ Kina sur pc (2-1), 38’ Raes sur pc (3-1), 44’ Thys (4-1), 50’ Van Lierde (4-2), 66’ Thys sur stroke (5-2), 67’ Thys (6-2).

Le score est sévère pour le Watducks mais reflète bien la puissance offensive du Dragons, qui a étourdi son adversaire à coup d’attaques fulgurantes. L’inverse des Waterlootois qui avaient du mal à trouver le dernier geste.

Si on pouvait s’attendre à duel fermé, la réalité du terrain a été toute autre. Dès les premières secondes, les deux adversaires du jour se donnaient sans compter et évoluaient à un rythme très élevé, à l’image d’un Briels, intenable lors des dix premières minutes de jeu. Après deux minutes de jeu, le Dragons s’offrait déjà son premier pc et allait même directement prendre l’avance. Le sleep d’Hendrickx, parfaitement placé à mi-hauteur côté stick terminait sa course dans les filets (1-0). Les locaux concrétisaient déjà leur première occasion franche. Le Watducks ripostait deux minutes plus tard lorsque Boccard servait Ghislain. L’envoi du jeune attaquant passait de peu à côté. A la 7e, Hilton tirait sur Van Doren. Masso s’infilitrait dans le cercle quelques minutes plus tard mais son débordement ne donnait rien. Sans réellement dominer, le Watducks trouvait tout de même deux fois le pc. Mais les envois de Charlet étaient systématiquement bien repoussés par Loic Van Doren. Le Dragons verrouillait derrière mais ne parvenait pas à se porter vers l’avant jusqu’à la fin du 1er quart.

Les deux équipes, parties sur des bases très rapides, n’allaient certainement pas baisser le rythme de jeu. A la 20e, Boccard s’offrait un solo dans le cercle avant de buter sur le gardien. Soixante secondes plus tard, le Dragons obtenait un pc mais l’envoi de Hendrickx terminait fautivement sur le genou de Charlet. Hendrickx avait l’occasion de se rattraper deux minutes après cet échec et le défenseur anversois ne se trompait pas. Il plaçait sa balle dans le plafond du but, au-dessus de l’épaule de Vanasch (2-0). Imparable ! L’avance de deux buts allait être de courte durée puisque Kina ripostait sur pc. Son sleep était dévié par la défense locale et Loic Van Doren était battu (2-1). Le Watducks revenait au score et c’était largement mérité. Les hommes de Coche de Grève forçaient un nouveau pc à cinq minutes de la pause mais la phase n’était pas concluante. Le Dragons calmait alors le jeu et prenait le match en main. Les occasions se faisaient rare et à deux minutes de la mi-temps, Boccard frappait son stick par terre de rage. Tout ça à cause d’une petite passe manquée par un de ses coéquipiers. La preuve de la détermination sans faille des vingt-deux acteurs de la rencontre.

Le 3e quart voyait le Dragons prendre le jeu à son compte et évoluer à un rythme un peu plus calme. Van Doren&cie cherchaient patiemment la faille dans la défense adverse et procédaient également en contres rapides. Trois minutes après la reprise, Thys trouvait le pc grâce à un centre revers puissant. Raes la mettait au fond d’un flat puissant après une double passe qui lui laissait le temps d’ajuster sa frappe (3-1). « Cela devient difficile à ce moment-là. C’est un coup sur la tête », expliquait Antoine Kina.  A la 40e, Kina loupait sa passe dans les 25 du Dragons. Briels interceptait et remontait tout le terrain pour céder à Thys. Vanasch avait bien senti le coup. Cinq minutes plus tard, Arthur Van Doren débordait le long de la ligne mais son centre était repoussé. Thys était au bon endroit pour pousser au fond (4-1). Un but qui réveillait le Watducks mais les nombreux centres venus des 25 mètres ne trouvaient personne. « C’est vraiment la finition qui nous a manqué aujourd’hui », regrettait Kina. Van Lierde trouvait pourtant le chemin des filets à vingt minutes du terme. Le centre de François était dévié en l’air et lobait Loic Van Doren. Van Lierde se jetait sur la balle et smashait au fond (4-2). Le Watducks trouvait un pc à la fin du 3e quart, sans succès.

Le dernier acte était de moins bonne facture, la pluie avait fait son apparition et les déchets techniques et passes dans le stick de l’adversaire aussi. Les occasions se faisaient rare et Vanasch sortait bien sur des débordements de Raes et Van Aubel. A quatre minutes du terme, Verheijen débordait à nouveau. Sidler se jetait dans son dos et le stoppait fautivement. Dutrieux sifflait immédiatement le stroke. Thys le transformait sans aucun problème (5-2). Quelques instants plus tard, le Watducks laissait des boulevards dans sa défense et Briels en profitait pour accélérer  et  passer à Thys, qui fusillait Vanasch en revers (6-2). Thys était proche du quadruplé dans les dernières secondes mais son tir passait à côté.

Sans avoir été ridicules, Boccard&cie n’ont pas pu résister aux assauts parfois fulgurants de leur adversaire, qui commence à retrouver les automatismes qui ont fait sa force la saison passée. « Je ne pense pas qu’il faille continuer à parler du Dragons de l’année passée », argumentait Van Aubel. « Nous bâtissons une nouvelle équipe avec beaucoup de jeunes et cela fonctionne déjà bien pour le 3e match. Cela faisait fort longtemps que nous n’avions pas battu le Watducks. C’est très positif ».

Braxgata-Antwerp 1-2

Les buts: 8e Neal (0-1), 54e Laddyn (0-2) et 70e Luypaert sur pc (1-2).

Peu auraient parié sur une avant-dernière place du Braxgata après trois journées de championnat. La réalité est pourtant comme elle est et les Boomois n’ont pas encore pris le moindre point depuis le début de la saison. « Nous étions un peu la surprise du chef l’année passée. Nous sommes plus analysés cette saison, nous avons un nouveau coach qui a un autre système de jeu auquel on doit s’habituer et on a perdu Dekeyser et Reckinger qui ont fait un gros boulot ici », expliquait Luypaert, qui n’en a pas moins faim de victoire. « Malgré tout cela, il faut absolument prendre des points ». Surtout que le Brax ne peut s’en vouloir qu’à lui-même.

Si le jeu progresse, la finition n’est toujours pas là. Tout l’inverse de l’Antwerp, pour qui tout a fonctionné aujourd’hui. Presque tout est rentré pour les visiteurs qui prenaient l’avance dans le 1er quart via Neal (1-0). Laddyn doublait la mise juste au début de la 2e mi-temps. « Un bête goal qu’on prend », pestait Luypaert, qui sauvait l’honneur de son équipe à la 69e sur pc (1-2).

Racing-Beerschot 4-3

Les buts : 8e Charlier (1-0), 10e Doherty sur pc (1-1), 13e Doherty sur pc (1-2), 18e Boon sur pc (2-2), 20e Boon sur pc (3-2), 50e Vanneste (4-2), 58e Perez (4-3).

Après sa défaite concédée au Daring la semaine passée, les troupes de Simon Letchford avaient à cœur de se rattraper face à un adversaire plus abordable, du moins sur papier. Les Rats auront pourtant renoué avec leur mauvaise habitude de commencer la rencontre en mode mineur. Si Charlier ouvrait le score après huit minutes (1-0), les locaux concédaient des pc qu’ils allaient payer cher. Doherty réalisait le doublé en trois minutes pour porter son équipe devant, jusqu’à la fin du premier quart (1-2). « On manque d’agressivité et on a besoin d’être menés pour réagir et bien jouer », regrettait Charlier.

Le Racing retrouvait son niveau de jeu dans le 2e acte et Boon répondait à Doherty en plantant également un doublé sur pc (3-2). Vanneste mettait son équipe un peu plus à l’abri à vingt minutes du terme (4-2). Le dernier quart ressemblait plus à un match de ping-pong et les occasions fusaient d’un cercle à l’autre. Perez concluait un contre rapide à la 58e. « Ça aurait pu très bien être 4-4 ou 5-3, mais je pense que le score est logique, au vu de notre domination générale de la rencontre », concluait Charlier.

Wellington-Daring 1-3

Les buts : 17e Uher sur pc (1-0), 26e D. Michielssen (1-1), 40e Saladino (1-2), 46e Van Linthoudt (1-3).

Il s’agissait peut-être là du véritable match piège pour l’équipe en forme de ce début de saison. Après avoir battu deux prétendants au Top 4, les Molenbeekois se déplaçaient chez un adversaire qui n’allait certainement pas faire le jeu. « Nous avons toujours du mal contre ce genre d’équipe et ça n’a pas été facile aujourd’hui. Ils étaient bien regroupés derrière », soulignait Geoffroy Cosyns. Les hommes de Kholopov trouvaient pourtant la faille sur pc via Dominic Uher, qui ouvrait le score juste avant le premier break (0-1). A dix minutes de la pause, le Wellington parvenait pourtant à revenir au score via Michielssen, qui ponctuait un contre rondement mené (1-1).

Malgré le score nul, le Daring ne paniquait pas à continuait à développer son jeu. Cosyns&cie pouvaient également compter sur la technique de Saladino qui s’offrait un solo le long de la ligne avant de placer la balle au-dessus du gardien (2-1). Un but qui a eu le don de libérer le Daring, et le jeu par la même occasion. Forcé à un peu plus se découvrir, le Well offrait alors des espaces dans la défense, dont Van Linthoudt profitait à la 46e minute pour sceller le score à 1-3.

Les Ucclois auront pris moins de buts que les semaines précédentes mais n’ont pas pu faire grand-chose contre un adversaire décidément très solide, mais qui veut absolument garder les pieds sur terre. « Avec le niveau de jeu affiché, on doit prétendre à un playoff. On a un groupe très équilibré et fort dans toutes lignes. Mais avec les expériences des années précédentes, il faut se méfier et se remettre en question. Il faudra voir également notre réaction après notre première défaite », expliquait Geoffroy Cosyns.

Orée-Héraklès 2-2

Les buts : 17e Leclef sur pc (0-1), 19e Leclef sur pc (0-2), 62e Bergner sur pc (1-2), 68e Simar (2-2).

Les Lierrois, en visite chez les promus peuvent se mordre les doigts d’avoir laissé revenir leur adversaire alors qu’ils menaient de deux buts à la mi-temps. Si les coéquipiers d’Amaury Keusters n’ont pas réussi à tuer le match, l’attaquant anversois regrette le comportement du public et la pression qui a été mise sur les arbitres. « Cela fait longtemps que je n’ai plus vu cela… Les arbitres ont bien géré la première période mais après, sous la pression du public, ils ont pris des décisions qui n’étaient pas forcément les bonnes selon moi… ». Leclef avait pourtant mis son équipe à l’abri grâce à deux buts sur pc (0-2). L’Héraklès retournait au vestiaire satisfait de sa bonne première période, mais allait se déconcentrer lors du 2e acte. Le public, les arbitres et les joueurs s’excitaient et les cartes jaunes allaient rapidement tomber, si bien que les Lierrois se retrouvaient en infériorité numérique pendant presque toute la deuxième période. L’Orée en profitait dans les dix dernières minutes, d’abord via Bergner sur pc (1-2) puis grâce à Simar en fin de rencontre (2-2). « Nous avons dû nous débrouiller à dix alors qu’on était pas censés prendre ces jaunes. C’est vraiment dommage mais c’est comme cela, il faut passer au match suivant maintenant », relativisait Keusters.

Léopold-Louvain 2-2

Les buts : 17e Turner (1-0), 48e Sanchez (1-1), 63e Degroote (2-2), 65e Poncelet sur pc (2-2).

Au vu du score, les supporters avertis auraient tendance à dire que Louvain peut repartir satisfait grâce à ce match nul contre un prétendant au Top 4. C’est pourtant l’état d’esprit inverse qui régnait à la fin de la rencontre, le Léopold s’en sortant bien avec ce point gagné contre les Universitaires. Très bien regroupés en défense et dominateurs dans le jeu, les hommes de Beunen ne laissaient que peu d’espace derrière, même si Turner ouvrait le score contre le cours du jeu lors du 1er quart (1-0). Louvain poursuivait son travail de sape et était finalement récompensé lors du 3e quart, lorsque Sanchez égalisait (1-1). Les dix dernières minutes étaient relativement équilibrées et Tom Degroote donnait l’avance à son équipe à sept minutes du terme (1-2). Il pensait alors avoir offert les trois points à son équipe mais Poncelet égalisait deux minutes plus tard sur pc (2-2) et scellait le score d’un match que les Universitaires auraient dû remporter, au vu de la physionomie de la rencontre.

Le classement: 

classement-25-09

 

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Suivez-nous également sur les réseaux sociaux:

facebook_logo-7 logo-insta twitter-logo-square

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *