Le Dragons en EHL, la Gantoise en D1

Le Dragons rafle le premier ticket pour l’EHL

Les Anversois l’ont emporté de justesse contre le Racing lors d’un match spectaculaire.

Racing-Dragons 1-2

Lorsque les deux premiers du classement, à égalité de points, s’affrontent, on s’attend à du spectacle, un niveau de jeu exceptionnel et du suspense. Visiblement, les spectateurs n’ont pas été déçus hier. Et si c’est le Dragons qui a pris les trois points hier, les locaux auraient pu très bien arracher la victoire, sans un Loic Van Doren en très grande forme et qui s’impose comme l’un des meilleurs gardiens de la compétition. Fidèle à son habitude, le Dragons était présent dans les rendez-vous importants et prenait le match en main dès le 1er quart. Après seulement six minutes de jeu, O’Donoghue déflorait la marque pour récompenser les efforts de son équipe (0-1). La première pause tombait à pic pour les visiteurs qui ne parvenaient pas à se montrer dangereux jusque-là et qui remontaient sur le terrain avec de meilleures intentions. Le Racing parvenait souvent à passer le milieu adverse mais butait systématiquement sur la défense de fer des Anversois. Boon et Charlier ne parvenaient pas à égaliser avant la mi-temps, mais on sentait que les Rats revenaient bien dans le coup.

C’est même les Ucclois qui allaient prendre le jeu à leur compte durant la seconde période. «Nous n’avons vraiment pas subi le jeu du Dragons. Que du contraire, nous avons dicté le tempo pendant le trois quart de la rencontre et nous avons senti que notre adversaire souffrait », confirmait Charlier. Mais voilà, lorsque la balle ne veut pas rentrer, il n’y a pas grand-chose à faire, surtout face à un gardien de la trempe de Van Doren, qui était partout lors du 3e quart. Charlier, Truyens et Versluys avaient beau joliment tenter leur chance, ils ne parvenaient pas à égaliser. «Loic Van Doren a été incroyable, sans lui, on aurait pu gagner 4 ou 5-2 et il n’y aurait rien eu à dire. Malheureusement, il fait partie du jeu…», expliquait Charlier.  Les Rats se faisaient même piéger dans les dix dernières minutes. Thys doublait la marque à neuf minutes du terme (0-2). Les occasions étaient franches de part et d’autre, mais il fallait attendre la dernière minute pour que Beckers trouve la faille et ne sauve l’honneur de son équipe (1-2). Trop tard pour les Ucclois qui voient le premier ticket pour l’EHL leur passer sous le nez, même s’ils sont satisfaits de leur prestation d’hier et confiants pour la suite. « On est content de  notre match oui. Je pense que les deux équipes ont disputé une bonne rencontre. On est parvenu à se créer énormément d’occasions mais on a simplement échoué en zone de conclusion », soulignait l’attaquant international. « C’est assez bizarre mais c’est une défaite qui nous donne beaucoup de confiance pour la suite. Au match aller, on s’était pris une véritable dérouillée. Quelques mois plus tard, l’intégration des jeunes est là et nous constatons que nous sommes totalement à niveau et que nous aurons nos chances en playoff. Il nous reste deux semaines pour peaufiner quelques détails, notamment sur pc et en zone de conclusion pour être fin prêt pour la demi-finale contre le Léo, qui s’annonce compliquée. Un derby en demi-finale c’est toujours spécial ».

Le Pingouin s’offre un dernier espoir

Les Nivellois ont battu l’Héraklès au terme d’un match fou.

Héraklès-Pingouin 3-4

Swiatek a été le héros de la fin de rencontre en inscrivant les buts de la victoire sur pc, dans les quatre dernières minutes. Jusque-là, la rencontre avait été très serrée, sans qu’aucune des deux équipes ne puisse prendre le large au score. Lors du premier quart temps assez partagé, c’est le Pingouin qui s’en sortait le mieux avec l’ouverture du score de Nicolas Vandiest après onze minutes de jeu. Entre temps, l’Héraklès s’était également créé quelques occasions, sans succès. « Le 2e quart a été assez catastrophique et ils mènent 2-1 à la pause. Je ne sais pas très bien ce qu’il s’est passé. Peut-être un excès de confiance et un peu de déconcentration », regrettait Vandiest. Les deux buts en deux minutes (31e et 33e) de Keusters offraient un court avantage aux visiteurs, qui retournaient au vestiaire avec la confiance retrouvée.

Dès la reprise, les Nivellois se reprenaient, mais il fallait tout de même attendre le dernier quart temps pour revoir du spectacle. Vandiest décalait Dallons qui égalisait dès les premières secondes du dernier acte (2-2). Six minutes plus tard, Nicolas de Kerpel redonnait l’avance à ses couleurs sur pc (2-3). Le Pingouin avait le choix de sombrer et de voir la division d’honneur s’éloigner ou de créer l’exploit. Les visiteurs ont choisi la seconde option et Swiatek offrait les trois points dans les cinq dernières minutes en inscrivant deux pc. «On s’est fait peur jusqu’au bout, surtout qu’ils ont un pc à la dernière seconde. Ils ne le marquent pas heureusement et on sort la balle un peu à la sauve-qui-peut », expliquait l’attaquant nivellois. «On a tout donné dans le dernier quart parce qu’on devait absolument avoir les trois points. Nous avons un peu changé les habitudes et la balle tourne en notre faveur depuis quelques semaines. Cette année, au contraire des saisons précédentes, nous avons notre sort en main puisque nous devons l’emporter contre le Racing pour nous sauver. On a tout à gagner ».

Le Braxgata déroule

Les Boomois ont dû batailler en première période avant d’assurer à la reprise.

Daring-Braxgata 1-3

«Le score ne reflète pas vraiment la rencontre. En première mi-temps, Harry Verhoeven nous garde dans le match plusieurs fois», avouait Luypaert. Et si le Daring a montré beaucoup d’envie lors du premier acte, la seconde période aura été  de bien moins bonne facture, les Molenbeekois étant certainement quelque peu désabusés. Luypaert était le premier à marquer après 14 minutes de jeu sur pc (0-1), mais Tanguy Cosyns ripostait dans la minute suivante sur la même phase (1-1). Le score était tout à fait logique au vu des nombreuses occasions de part et d’autre. Verhoeven et Reckinger sauvaient le Brax sur plusieurs balles difficiles avant qu’Arana ne fasse définitivement tourner le match pour les visiteurs. L’attaquant recevait la balle dans le coin du terrain et s’en allait dribbler plusieurs joueurs avant de tirer dans le coin (1-2). « Ce but est le tournant du match. Il tombe un peu de nulle part alors que c’était très chaud. Le Daring n’y croyait plus à ce moment-là », soulignait le Red Lion.

La seconde période allait voir le Braxgata dérouler et gérer tranquillement son avance. A la 45e, Dekeyser scellait le score à 1-3 sur pc, alors que l’addition aurait même pu être plus salée pour le Daring. Loick Luypaert est en tout cas très satisfait de la nouvelle excellente prestation de sa défense et se montre confiant pour la suite. « Une fois de plus, on a été très solide défensivement et c’est comme ça depuis le début de la saison. C’est vraiment notre force. On est cinquièmes, on ne peut qu’avancer et nous ne ressentons donc pas trop de pression. Honnêtement, le Léo voudra sûrement bien jouer contre le Watducks et ça sera difficile pour eux.  Notre objectif est de gagner et si on ne passe pas à cause du goal average, tant pis. Mais on ne va pas essayer de gagner 8-0 parce qu’en voulant trop attaquer, on prendra certainement des buts ».

L’Antwerp garde son sort en main

Les Anversois ont profité d’un Léo peu inspiré pour prendre un point précieux.

Antwerp-Léopold 1-1

Dire que la rencontre entre l’Antwerp et le Léopold était un match fantastique serait exagéré. Un déplacement au nord d’Anvers n’est jamais facile, surtout que lorsqu’on n’est pas particulièrement inspiré… Les Ucclois l’ont appris hier face à un Antwerp bien regroupé défensivement. Après un premier quart pauvre en occasions de but, Sax déflorait la marque en tirant entre les jambes de Henet après 26 minutes de jeu (1-0). Juste avant la pause, Dabanch profitait d’une percée de Thiéry pour pousser la balle au fond et égaliser (1-1). C’était à peu près tout pour la première mi-temps, qui aura surtout vu les deux équipes multiplier les déchets techniques et ne pas trouver la bonne passe en zone de conclusion.

Le 3e quart ne s’annonçait pas plus excitant et les pénétrations dans le cercle du Léo n’étaient pas assez tranchantes  pour réellement inquiéter Gryspeerdt. Les Ucclois sortaient facilement de défense mais c’est une fois dans les 25 adverses que les espaces se refermaient, à cause d’une bonne défense locale. A douze minutes du terme, Max Plennevaux se mettait dans son revers et décochait une frappe puissante. Matteo Gryspeerdt plongeait parfaitement pour repousser l’envoi. Les dix dernières minutes étaient plus animées que toute la rencontre mais les deux défenses étaient attentives et sauvaient le match nul. «Nous ne sommes toujours pas sûrs de nous maintenir. On aurait pu faire mieux mais on a fait match solide et ça donne de la confiance pour le dernier match contre le Beerschot », concluait le gardien anversois.

La Gantoise fait l’ascenseur

Il s’agissait de la dernière chance pour les hommes de Pascal Kina qui ont du s’incliner contre le Beerschot

Gantoise-Beerschot 1-3

«Comme d’habitude nous avons bien joué mais nous n’avons pas concrétisé nos occasions… C’est la même chose depuis le début de la saison », regrettait Antoine Kina, qui annoncera son départ de la Gantoise et sa destination avant les playoffs. Les deux adversaires du jour jouaient là un véritable match à six points pour se maintenir, et la décision allait surtout se faire au niveau mental selon Jérôme Saeys. « Jouer à la Gantoise sur un terrain qui n’est pas plat et lent n’est jamais facile. Nous savions que nous n’allions pas jouer notre plus beau et que ça allait se jouer au mental ». Logiquement, la première période était assez fermée avec peu d’occasions franches. Le Beerschot imposait tout de même son jeu et était récompensé à la pause par les buts de Mortelmans et Deruyttere (0-2).

Avec un retard de deux buts, les Gantois n’avaient plus le choix et prenaient les choses en main dès la reprise. Kina réduisait le score à la 41e sur pc (1-2). Le Beerschot ne lâchait rien et reprenait son avance à la 47e grâce à Doherty (1-3). Antoine Kina avait l’occasion de redonner un peu d’espoir à ses couleurs, mais David Van Rysselberghe repoussait sa tentative sur stroke pour garder le score en faveur du Bee, qui n’aura pas joué son plus beau hockey selon Saeys. «On ne peut pas toujours développer son meilleur jeu, c’est comme ça. Nous aurons encore une autre finale dimanche contre l’Antwerp. Nous devons absolument tout donner et l’emporter. On n’est pas favoris puisqu’on a perdu 4-3 à l’aller. Cela sera notre dernière finale de la saison ».

Le Watducks reste accroché à sa 4e place

Les Waterlootois n’ont pas trop dû forcer face à Louvain, même s’ils ont eu chaud.

Watducks-Louvain 3-1

Même s’ils n’ont plus rien à jouer, les Universitaires ont trouvé la motivation pour inquiéter le Watducks, qui ont géré leur avance pour garder leur place qualificative pour les playoffs. Masso était le premier à marquer peu après le quart d’heure (1-0). Louvain ne s’avouait pas vaincu et se créait de nombreuses occasions dans le 2e quart. Logiquement, Bourdeaud’hui égalisait à la 24e minute. Personne n’avait rien à redire sur le score à la pause tant les équipes s’étaient toutes les deux montrées dangereuses.

En seconde période, le Watducks prouvait qu’il devait absolument gagner la rencontre tandis que Louvain baissait quelque peu sa garde. Si bien que Boccard faisait le 2-1, deux minutes seulement après la reprise. Quemada voyait son envoi s’échouer le poteau et les chances de revenir au score s’amenuisaient au fil des minutes qui passaient. Sidler alourdissait le score à 3-1 dans les dix dernières minutes et offrait la victoire à l’équipe qui avait le plus envie hier. « Ce n’est jamais très facile de se motiver quand on n’a plus rien à jouer », concédait Tom Degroote. « On compte en tout cas se motiver à 100% pour dimanche prochain pour d’une part finir la saison à la 6eme place devant le Daring mais surtout pour finir sur une belle note pour la fin de carrière de Bourdeaud’hui et de Renaer. Il sera ensuite temps de préparer la saison prochaine».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *