Le Daring prend la tête, le Braxgata au plus mal

La 5e journée de championnat a vu émerger un nouveau leader, le Daring, qui a battu le champion en titre sur ses terres, alors que le Braxgata, malgré toute la volonté du monde, n’a toujours pas empoché le moindre point…

Dragons-Daring 1-3

Les buts : 7′ Hendrickx sur pc (1-0), 35′ Uher sur pc (1-1), 50′ Uher sur pc (1-2), 55′ Van Linthoudt (1-3).

Quelque chose a définitivement changé au Daring cette année. Après avoir brillamment battu le Léopold chez eux et le Racing à domicile, les Molenbeekois ont réussi leur troisième test face à la redoutable équipe du Dragons. « Ce qui change, c’est que nous jouons beaucoup plus en équipe», expliquait Victor Wegnez. Lors d’une rencontre tactique et fermée, « notre gardien n’a pas touché beaucoup de balles aujourd’hui», précisait le médian du Daring, les hommes de Kholopov sont parvenus à venir à bout de leur adversaire grâce à un jeu collectif et à nouveau beaucoup d’efficacité, tant sur pc qu’en phases de jeu.

Si Hendrickx était le premier à marquer, sur pc à la 7e, le Daring allait ensuite devoir patienter jusqu’à la 2e mi-temps pour égaliser. Uher y allait de son sleep devenu quasi hebdomadaire (1-1). Un quart d’heure plus tard, la recrue autrichienne du Daring mettait les visiteurs devant (1-2). Van Linthoudt scellait le score à un quart d’heure du terme, sur un service de Wegnez (1-3), qui se réjouissait évidemment du sans-faute de son équipe. « Je n’avais jamais eu un match contre le Dragons avec autant de possession de balle. Je pense clairement qu’il y a eu un déclic de battre le Léo chez eux et le Racing chez nous, ce que nous n’avions jamais fait. Cela nous a mis en confiance pour aborder ce match et arriver avec moins de pression », souriait le Red Lion.

Racing-Louvain 3-3

Les buts : 1′ S. Gougnard sur rebond de pc (1-0), 19′ Garcia (1-1), 39′ Lootens csc (1-2), 48′ Boon (2-2), 56′ Boon sur pc (3-2), 66′ Romeu sur pc (3-3).

Louvain n’en finit plus d’étonner en ce début de saison. Alors qu’on ne savait pas réellement pronostiquer où seraient les Universitaires début septembre, les voilà cinquièmes avec autant de points que le Léopold et le Racing, contre qui ils auraient même pu prendre trois points ce dimanche. Gougnard ouvrait le score dès la première minute après un double arrêt de Reynaud sur pc (1-0). Ce but était pourtant loin d’effrayer Louvain, qui était arrivé au Racing le plein de confiance. Auteurs d’une bonne première période, « je trouve même qu’on joue mieux qu’eux en 1ère mi-temps », soulignait Degroote, les troupes de Joeri Beunen égalisaient logiquement à la 19e via Garcia (1-1). Les Universitaires faisaient mieux que résister face aux finalistes de la saison passée et allaient même passer devant au score lorsque Lootens déviait malheureusement la balle dans son propre but au terme d’une phase confuse (1-2). Boon se chargeait pourtant de remettre les pendules à l’heure et inscrivait un doublé en huit minutes (48e et 56e, 3-2). Mais Louvain est désormais une équipe confiante et qui sait réagir en cas de coup dur et Degroote&cie égalisaient logiquement en fin de rencontre via Romeu, qui envoyait son sleep dans le plafond du but (3-3). « Nous avons vraiment un bon jeu d’équipe et nous jouons bien l’un pour l’autre », résumait Tom Degroote. « On est déçus, pour le même prix on prenait les trois points. On ne se met pas la pression et on s’amuse sur le terrain. L’état d’esprit est excellent ».

Braxgata-Héraklès 3-5

Les buts : 6’ Smith sur pc (0-1), 28’ Smith (0-2), 34’ Reckinger sur stroke (0-3), 39’ Keusters (0-4), 50’ Luypaert sur pc (1-4), 55’ Adriaensen (2-4), 66’ Smith sur pc (2-5), Luypaert sur pc (3-5).

Le Braxgata n’y arrive décidément pas et n’a toujours pas remporté le moindre point depuis le début de la saison. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir dominé la rencontre, mais l’efficacité devant le goal fait toujours cruellement défaut. « Je pense qu’on peut dire honnêtement qu’on domine du début à la fin. Mais nous n’arrivons pas à marquer. Il y a peut-être aussi quelque chose de psychologique, quand ça ne rentre pas, on finit par douter », regrettait Mc Aleese. Tout l’inverse de l’Héraklès qui a fait preuve d’un sang-froid impressionnant devant le cercle pour vaincre le Braxgata pour la première fois depuis de nombreuses années.

Le scénario a tout simplement été idéal pour l’Héraklès en première période. Dominés dans le jeu, les Lierrois menaient pourtant de trois buts à la pause. «  Nous savions qu’on allait devoir beaucoup défendre et nous étions prêts pour cela », expliquait Reckinger, de retour sur ses anciennes terres. Dès son premier pc, l’Héraklès annonçait la couleur à son adversaire grâce à un sleep puissant de Smith qui terminait sa course au fond (0-1). Après l’ouverture du score, leBrax réagissait bien et multipliait les occasions de but. Adriaensen, Inglis, Luypaert et Dubois tentaient tous leur chance lors du premier quart. La balle passait soit à quelques centimètres du but ou était bien sortie par Timmermans.

Les visiteurs retrouvaient quelque peu leur jeu lors du 2e acte. Les occasions de but se faisaient alors plus rares. Mc Aleese tirait sur le gardien  à la 20e alors que la volée de Devis passait juste à côté. A force de vendanger ses occasions, le Brax allait voir son adversaire s’envoler au score. Smith, bien servi par un centre de Devillé, mettait la balle en pleine lucarne à la 28e  (0-2). Juste avant la pause, Reckinger faisait le 0-3 sur stroke en plaçant son envoi à mi-hauteur, côté stick. Les troupes de Bisley rentraient avec une large avance, alors que le Braxgata avait pourtant dominé les débats dans le jeu.

Keusters enfonçait le clou quelques minutes après la reprise grâce à un shot revers dont il a le secret. Placé à droite du goal en bordure du cercle, il ne laissait aucune chance à Verhoeven en le fusillant d’un beau tir croisé (0-4). On aurait pu croire que Luypaert&cie allaient baisser les bras mais les Boomois faisaient preuve d’une belle mentalité pour revenir dans la partie. A vingt  minutes du terme, Luypaert sauvait l’honneur sur pc (1-4). Cinq minutes plus tard, Adriaensen, bien placé au point de stroke après un débordement d’Inglis, tirait à bout pourtant. Timmermans ne pouvait rien faire (2-4). Le public local se réveillait enfin et se mettait à croire à une remontée miraculeuse. Le bloc défensif adverse était néanmoins solide et ne laissait que peu d’espace aux Boomois.

Le dernier quart était peut-être le plus intense du match, le Brax donnant tout ce qu’il pouvait. Robinet, Inglis et Brouwer manquaient à nouveau le but de très peu. A quatre minutes du terme, Philippe Goldberg sortait son gardien. L’Héraklès obtenait un pc quelques instants plus tard et Smith sleepait tout droit dans le but sans gardien (2-5). Malgré toute la volonté du monde, les locaux n’y arrivaient pas. Luypaert scellait tout de même le score dans les dernières secondes du match d’un sleep rageur dans le plafond (3-5).

« Il faut savoir créer les opportunités en étant plus agressif dans le cercle. C’est très bien de dominer une rencontre, ce qu’on a déjà fait plusieurs fois depuis le début de la saison. Mais si tu ne marques pas, ça ne sert à rien, surtout que nous n’avons pas assez bien défendu », pestait Mc Aleese. Reckinger, qui affrontait son ancienne équipe, était lui satisfait de la prestation de son équipe, qui voit plusieurs jeunes s’améliorer de semaine en semaine. « C’est la politique du club et cela porte ses fruits. C’est un peu mon rôle de les encadrer et de les guider. Nous sommes en tout cas à notre place en ce moment, même si on est conscients qu’il faudra se battre chaque dimanche pour prendre des points », souriait l’ex-international.

Antwerp-Watducks 0-3

Les buts : 22′ Hilton (0-1), 34′ Charlet sur pc (0-2), 50′ Kina (0-3).

Les semaine se suivent et se ressemblent presque pour le Watducks, qui, sans trop se faire remarquer, est pourtant deuxième au classement. Après avoir battus le Braxgata 3-0 dimanche passé, les Canards ont accroché une nouvelle victime anversoise à leur tableau de chasse. Les visiteurs menaient déjà de deux buts à la pause, des oeuvres d’Hilton et de Charlet. Ils repartaient au vestiaire avec une avance logique, au vu du contrôle du Watducks sur la rencontre.

A vingt minutes du terme, Kina scellait déjà le score à 0-3. L’addition aurait pu encore être plus salée pour les Anversois mais Panchia et Capelle ne concrétisaient pas.

Orée-Beerschot 3-2

Les buts : 2′ Ibarra sur pc (0-1); 30′ Dekeyser sur pc (1-1); 48′ Paton sur pc (1-2); 52′ Dekeyser sur pc (2-2); 68′ Bigaré (3-2).

De l’aveu de l’international Alex de Paeuw, l’Orée n’a clairement pas fait le meilleur match de sa saison et repart donc du terrain très heureux d’avoir pu remporter la victoire. Un promu qui parvient à gagner, même en jouant mal, la performance est aussi rare que pour être soulignée. Les choses avaient pourtant mal débuté pour les Woluwéens qui encaissaient déjà après deux minutes de jeu via Ibarra (0-1). L’Orée se battait alors pour revenir et Dekeyser égalisait sur pc à cinq minutes de la mi-temps (1-1). Une dizaine de minutes après la reprise, le Beerschot reprenait l’avance, également sur pc, grâce à un sleep de Paton (1-2). Mais les Woluwéens étaient loin de s’avouer vaincus et faisaient tout pour l’emporter devant leur public. A la 52e, Dekeyser transformait un stroke pour à nouveau revenir au score (2-2). Bigaré arrachait la victoire à deux minutes du coup de sifflet final (3-2). « Les joueurs clés étaient pas à leur meilleur niveau, mais nous avons bien défendu et nous sommes restés calmes, alors que le Beerschot s’est énervé en fin de match. Leurs joueurs clés ont peut-être moins bien géré leurs émotions que nous.  On a franchi un palier aujourd’hui en gagnant sans faire un bon match », soulignait Alex de Paeuw. « Nous avons maintenant trois victoires à domicile et c’est très positif. Cela veut dire qu’il faut se lever tôt pour venir nous battre chez nous ».

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *