Le Daring dit au revoir au Top 4, l'Héraklès confirme ses ambitions de playoff

Cette seizième journée de championnat a livré deux leçons; les Molenbeekois du Daring, punis par les champions en titre, n’ont presque aucune chance d’accrocher le Top 4 tandis que les Lierrois de l’Héraklès ont, à nouveau, confirmé qu’ils avaient leur place pour les playoffs.

Daring-Dragons 0-7

Les buts : 3′ Van Aubel (0-1), 13′ Briels (0-2), 34′ Van Aubel (0-3), 56′ Rubens (0-4), 63′ Verheijen (0-5), 66′ Thys (0-6), 68′ Raes (0-7).

C’est une véritable fessée qu’ont pris les troupes de Grégory Herman contre les Anversois du Dragons. Si les Molenbeekois sont toujours les seuls à avoir battu Denayer&cie sur leurs terres, ils n’ont clairement pas fait le poids ce dimanche. Après un quart d’heure de jeu, les troupes de Jean Willems avaient déjà annoncé la couleur à leur adversaire en menant de deux buts, signés Van Aubel puis Briels. « On avait une petite revanche à prendre sur notre défaite à l’aller et on s’est très vite mis à l’abri« , confirmait Florent Van Aubel, qui inscrivait le 0-3 juste avant la pause. Déjà assommés par un tel score, les hommes d’Herman allaient ensuite sombrer en deuxième période en encaissant quatre nouveaux buts, tous inscrits dans le dernier quart. Rubens mettait son équipe sur la bonne voie avant que Verheijen, Thys puis Raes ne scellent le score à un terrible 0-7, qui ravit naturellement Van Aubel. « Nous étions la meilleure équipe et c’est très positif d’avoir mis sept buts de plein jeu. Petit à petit, on commence à se concentrer sur l’EHL et c’est en jouant comme cela en équipe que nous y arriverons« , souriait l’international belge.

Louvain-Racing 3-3

Les buts : 9′ Pokorny (1-0), 22′ Truyens (1-1), 44′ Romeu sur pc (2-1), 50′ Boon sur pc (2-2), 59′ Versluys (3-2), 68′ Degroote (3-3).

Les Ucclois, en déplacement chez les Universitaires se sont fait surprendre en concédant le match nul à l’issue d’un match fort décousu. Dès le début de la rencontre, les locaux imposaient une pression fort haute à leur adversaire et leur tactique s’avérait rapidement payante puisque Pokorny ouvrait le score après neuf minutes de jeu (0-1). « Depuis le début du premier tour, on encaisse en premier. Ce n’est pas normal« , regrettait Cédric Charlier. Truyens égalisait à la 22e (1-1), mais le Racing jouait de malchance et se voyait être privé de Colin Denayer, blessé lors de la première période. Après la reprise, c’était au tour de Max Lootens de se blesser. La défense du Racing était alors décimée et Tom Boon devait jouer libéro! Dix minutes après la reprise, Romeu en profitait sur pc pour mettre son équipe devant sur pc, mais six minutes plus tard, Boon ripostait sur la même phase (2-2). A onze minutes du terme, Versluys pensait avoir fait le plus dur en inscrivant le 2-3. Malgré plusieurs occasions franches pour les Ucclois, ils ne parvenaient pas à tuer le match et se faisaient même rattraper à deux minutes du terme, lorsque Tom Degroote égalisait pour sceller le score à 3-3. Un résultat qui ne fait clairement pas les affaires du Racing, qui voit la première s’éloigner un peu plus, même si le Rats ne sont qu’à trois points de la place de leader occupée par le Dragons.  » Il y a une mi-temps pour chaque équipe mais je pense tout de même que nous aurions dû être plus efficaces, que ce soit dans le jeu ou sur pc« , soulignait Charlier. « On perd donc plus deux points qu’on en gagne un ici« , concluait l’attaquant belge.

Watducks-Antwerp 5-2

Les buts : 7’ Van Valburg sur stroke (0-1), 15’ Boccard sur pc (1-1), 17’ Boccard sur pc (2-1), 28’ Boccard (3-1), 52’ Van Valburg sur pc (3-2), 54’ Ghislain (4-2), 61’ Van Lierde (5-2).

En déplacement au Watducks, l’Antwerp jouait peut-être l’une des rencontres les plus difficiles de son deuxième tour. Les Waterlootois, solides deuxièmes de la compétition, font preuve d’une belle régularité depuis la reprise, mis à part une mauvaise surprise contre l’Orée.

Les prévisions allaient s’avérer justes dès le début de la rencontre puisque le Watducks dominait tout le premier quart du match. Les troupes de Xavier de Grève allaient imposer leur jeu et pénétrer à de nombreuses reprises d’un Antwerp dépassé par la vitesse de son adversaire. Après deux minutes, les locaux s’octroyaient un double pc mais la phase n’était pas concluante. A la 4e, Panchia trouvait le poteau avant que ce ne soit l’Antwerp qui trouve le chemin des buts, contre le cours du jeu. Le stroke était pourtant logique, Boccard commettant une faute volontaire dans le cercle. Van Valburg s’occupait de mettre son équipe devant en plaçant la balle dans le coin droit du but (0-1). Imperturbable, le Watducks continuait à assiéger le cercle adverse et allait être récompensé au quart d’heure. Boccard envoyait la balle parfaitement dans le coin du but sur pc pour tromper Gryspeerdt. Deux minutes plus tard, le défenseur international remettait le couvert et plaçait la balle exactement au même endroit pour donner l’avance à ses couleurs (2-1). « Nous n’avons pas douté après avoir mené. On a eu la bonne réaction et on marque au bon moment », soulignait Boccard à l’issue de la rencontre.

Le deuxième quart allait ensuite être tranquillement dominé par les Canards. Sans forcer, ils faisaient tourner la balle avant de s’engouffrer dans l’espace au moment opportun. A la 22e, le centre de Cabuy ne trouvait personne. Six minutes plus tard, Boccard était au bon endroit au rebond d’un arrêt de Gryspeerdt pour smasher la balle au fond d’une jolie reprise en revers. Le Red Lion venait de s’offrir un hat-trick en un peu plus de dix minutes (3-1). Il n’y avait ensuite plus grand-chose à signaler jusqu’à la pause si ce n’est quelques centres repoussés par la défense anversoise. Juste avant la pause, Dohmen tentait sa chance mais son envoi n’était pas assez puissant pour tromper le gardien de l’Antwerp qui sortait la balle en touche. L’Antwerp, de son côté, n’avait quasiment pas su rentrer dans le cercle adverse de tout le deuxième quart.

La reprise n’était pas franchement plus passionnante avec des Waterlootois sûrs de leur avance et qui ne voulaient pas spécialement prendre de risques pour alourdir le score. Seuls quelques pc et de rares occasions franches venaient animer le 3e acte. Malgré trois pc, le Watducks ne parvenait pas à faire le break et l’Antwerp faisait mieux que se défendre. La rencontre était plus équilibrée et les Anversois allaient revenir à un but juste avant la fin du 3e quart. Le sleep de Van Valburg était bien placé même si Vanasch en avait déjà stoppé des plus difficiles (3-2).

Le dernier quart allait voir le Watducks prendre définitivement l’ascendant. Deux minutes seulement après être remontés sur le terrain, les Canards assomaient leur adversaire grâce à Ghislain. Le jeune attaquant recevait la balle dans le cercle, se retournait et tirait en revers d’un angle fermé. Son envoi filait tout droit dans le plafond du but. Gryspeerdt ne pouvait absolument rien faire. « C’est un magnifique but et là à 4-2, c’est très difficile pour nous de relever la tête », concédait le gardien anversois. Le Watducks continuait en effet à contrôler les débats et à dix minutes de la fin, Van Lierde scellait le score à 5-2 d’un flat puissant. Le portier anversois devait encore s’interposer à plusieurs reprises mais le score en restait là. Les Waterlootois, emmenés par un très bon Boccard pouvaient se satisfaire de trois bons points acquis à l’issue d’un match relativement tranquille. « Ça aurait pu être un match piège mais nous avons bien géré la rencontre, même après avoir été mené 0-1. Sans vouloir critiquer notre adversaire, il n’y avait pas vraiment d’opposition ni de pression. C’était à nous de diriger la rencontre et de hausser le rythme quand il le fallait. C’est ce que nous avons fait », expliquait Boccard tandis que Gryspeerdt regrettait le manque de rigueur défensive de son équipe. « Tactiquement, ça se passe mieux et nous sommes en place mais nous concédons encore beaucoup trop de pc », regrettait le gardien anversois. « On manque aussi de vrais leaders et notre équipe est jeune. C’est difficile de relever la tête et de poursuivre jusqu’au bout. Il faudra bien plus soigner notre rigueur défensive pour pouvoir rivaliser contre l’Héraklès la semaine prochaine ».

Héraklès-Braxgata 4-1

Les buts : 2′ Inglis (0-1), 13′ Leclef sur pc (1-1), 22′ Leclef sur pc (2-1), 29′ Legrand (3-1), 65′ Smith (4-1).

La rencontre contre le Braxgata avait tout du match piège pour les Lierrois. Un adversaire qui a absolument besoin de points, un derby anversois contre une équipe capable de pratiquer un excellent jeu. Le match avait des allures de test pour l’Héraklès, clairement devenu un sérieux candidat au Top 4 ces dernières semaines. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que Reckinger&cie ont passé l’examen avec succès. Ils ont pu compter sur un pc offensif efficace et une défense que l’on sait maintenant très solide. « Le Braxgata n’a jamais été vraiment dangereux, nous avons bien contrôlé la rencontre et les arbitres ont été très bons« , souriait Xavier Reckinger. Malgré un but initial d’Inglis après deux minutes de jeu, les locaux réagissaient de la meilleure des manières pour reprendre l’avance avant la demi-heure de jeu, grâce à un doublé de Leclef sur pc (2-1). A six minutes de la pause, Legrand donnait un peu plus d’air à l’Héraklès en inscrivant le 3-1. Smith scellait le score à 4-1 à cinq minutes du terme pour offrir une victoire plus que méritée à l’Héraklès et qui donnera certainement beaucoup de confiance aux Lierrois pour leur candidature au Top 4.

Beerschot-Orée 3-0

Les buts : 15′ Mortelmans (1-0), 64′ Paton (2-0), 70′ Rossi sur stroke (3-0).

Le Beerschot, qui voulait absolument prendre le large par rapport à la zone rouge affrontait, une semaine après le Wellington, un adversaire clairement à sa portée et se devait de l’emporter pour commencer à se mettre à l’abri. Les hommes de John Goldberg avaient visiblement rapidement compris l’enjeu, malgré un nouveau système défensif qui offrait plusieurs occasions franches à l’Orée. Mais les Ours résistaient, grâce à un excellent David Van Rysselberghe et prenaient même l’avance au quart d’heure de jeu, Mortelmans ouvrant le score pour les locaux (1-0). La rencontre était ensuite partagée et les occasions se multipliaient de part et d’autre. La deuxième période voyait le Beerschot prendre définitivement l’ascendant, même s’il fallait attendre le dernier quart pour que les Anversois ne prennent le large, via Paton qui scellait une belle action collective. En toute fin de match, Rossi transformait le dernier stroke pour conclure une victoire méritée selon Harrisson Peeters. « La première mi-temps était assez serrée et on s’en sort notamment grâce à David Van Rysselberghe. En deuxième période, on domine vraiment donc les trois point sont mérités selon moi« , concluait le médian du Beerschot.

Wellington-Léopold 0-4

Les buts : 5′ M. Plennevaux sur stroke (0-1), 18′ Zimmer sur pc (0-2), 45′ Zimmer (0-3), 64′ M. Plennevaux sur pc (0-4).

Le Léopold est reparti de son déplacement chez son voisin avec les trois points, ce qui est l’essentiel, même si la manière n’était pas au rendez-vous. Maxime Plennevaux et Tanguy Zimmer ont été les deux artisans de cette victoire en inscrivant chacun un doublé lors de ce derby ucclois. Plennevaux ouvrait le score après cinq minutes de jeu, sur stroke , imité un quart d’heure plus tard par Zimmer, qui inscrivait le 0-2 sur pc. Il fallait ensuite attendre la deuxième période pour voir le Léopold réellement se détacher, à nouveau via Zimmer. A six minutes du terme, Maxime Plennevaux scellait le score à 0-4  pour offrir une victoire tout à fait logique pour le Léopold, mais pourtant pas totalement satisfaisante pour les Uccclois, selon Elliot Van Strydonck. « Nous avons bien joué mais nous n’arrivons toujours pas à concrétiser nos temps forts. Nous aurions du plus marquer mais on n’a pas marqué lorsqu’on a dominé« , expliquait le défenseur du Léopold.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *