Le Brax en playoffs, le Pingouin en D1

Le Watducks loupe les playoffs de justesse

Les Waterlootois n’ont pas su s’imposer contre un Léopold retrouvé.

Léopold-Watducks 1-1

Cela faisait longtemps que ce n’était plus arrivé aux Canards. Une non-qualification pour le tour final et aucun ticket européen, c’est presque inédit dans les quinze dernières années du Watducks. A cause de la météo, la rencontre a dû être arrêtée pendant près de 45 minutes, après la première mi-temps. Les Waterlootois connaissaient donc le résultat du Braxgata et savaient qu’ils devaient marquer au moins deux buts. Avant cette interruption, les visiteurs avaient déjà inquiété plusieurs fois Romain Henet, mais le gardien ucclois ne laissait rien passer. Le tir de Sidler et l’envoi de Louis Cappelle butaient sur les protections du dernier rempart tandis que Plennevaux avait essayé par deux fois de tromper Flamand, sans succès.

Les deux équipes rejoignaient les vestiaires alors que d’épais nuages menaçaient la suite de la rencontre. Quelques minutes plus tard et c’est un vrai déluge de grêle qui s’abattait sur le terrain. Après quasiment trois quart d’heure d’attente, le Watducks remontait sur la pelouse avec un seul objectif : marquer deux buts et se qualifier pour les playoffs.

Les Canards poussaient et poussaient mais Henet était l’homme fort de la rencontre et stoppait les tentatives de Max Capelle et de Boccard. La balle ne voulait pas rentrer et il n’en fallait pas plus au Léo pour trouver les espaces. Mazzilli manquait la déviation devant le but vide avant que Dorian Thiéry ne parte seul de la moitié des terrains pour accélérer comme à ses plus grands jours et ne décoche un tir croisé imparable pour Flamand (1-0). A quelques instants du coup de sifflet final, Cabuy servait Van Lierde qui se retournait et plaçait dans le coin du but (1-1). Mais il était trop tard pour le Watducks. Un point ne suffisait pas à garder sa quatrième place, perdue au profit du Braxgata. « Nous avons très bien démarré le match en imposant notre jeu et le résultat final est encourageant. Nous avons retrouvé notre rythme de jeu et on concède  moins de goals donc on est très confiant », expliquait Cuvelier tandis que Gauthier Boccard regrettait, au micro de Telenet, les points perdus au cours de la saison. « Ça ne s’est pas forcément joué aujourd’hui, nous avons perdu pas mal de rencontres pendant la saison qu’on pouvait peut-être gagner. Le niveau du championnat s’est vraiment élevé et nous n’avons pas fait assez pour soigner les détails qui font la différence ».

Le Brax accède à ses premiers playoffs !

Le Braxgata a fait le travail avant d’attendre le résultat de Léo-Watducks.

Braxgata-Héraklès 4-1

C’est peut-être l’une des images marquantes du week-end, les joueurs du Braxgata, ensemble avec leurs supporters, étaient tous devant le petit écran du club-house du club pour assister à la fin de la rencontre qui allait décider de leur sort. Une victoire des Waterlootois avec deux buts d’écarts offrait les playoffs au Watducks. Tout autre résultat inférieur menait les Boomois tout droit vers le tour final pour la première fois de leur histoire. La fin de l’histoire, vous la connaissez, et c’est tout un club qui célébrait son accession aux playoffs à coups de « Braxgata olé olé ».

Avant cela, les locaux avaient assuré l’essentiel en s’imposant contre l’Héraklès. Mais la tâche leur a été rendue difficile par une solide défense des Lierrois ainsi qu’une très bonne prestation d’Amaury Timmermans. Bams avait été même le premier à surprendre le Brax en ouvrant le score après seulement trois minutes (0-1). C’était pourtant les coéquipiers de Luypaert qui dominaient le jeu et se créaient de nombreuses occasions, toutes sorties par la défense. Il fallait même attendre le 7e pc, à la 14e minute de jeu, pour que la phase ne soit enfin conclue par Arana. Le sleep de Dekeyser était à nouveau repoussé par le 1er sorteur et Reckinger smashait de volée en revers. Sa balle rebondissait très haut sur le sol et l’attaquant espagnol tendait son bras pour dévier au fond du bout du stick (1-1). Les Boomois devaient attendre la seconde période pour enfin dérouler. Luypaert sur stroke à la 44e, Van Biesen à un quart d’heure du terme puis Dekeyser à la 60e scellaient le score à 4-1 et devaient attendre la fin de l’autre match décisif pour enfin savourer leurs premiers playoffs.

Le Pingouin fait l’ascenseur

Les Nivellois n’ont jamais réellement pu inquiéter les Rats et redescendent en D1.

Pingouin-Racing 0-2

L’équation était simple pour le Pingouin. Il fallait absolument l’emporter contre le Racing pour se sauver. Tout autre résultat était synonyme de descente. Peut-être paralysés par l’enjeu, les Nivellois connaissaient le pire des départs puisque Charlier ouvrait le score après quatre minutes de jeu sur un tir revers pourtant loin d’être imparable (0-1). Gougnard, après une belle percée, voyait son centre repoussé par Dallons. Vanneste puis Harte sur pc ne parvenaient pas à doubler la marque. Le Pingouin se créait également des occasions, mais à l’instar de Vandiest qui tirait au-dessus, les locaux ne parvenaient pas réellement à se montrer dangereux. « On a rapidement mené au score aujourd’hui. Après, sans parvenir à réellement jouer à notre niveau, nous avons contrôlé les échanges et laissé très peu d’occasions », expliquait Charlier. « Je pense qu’ils ne sont pas parvenus à totalement gérer la pression qu’il y avait autour de ce match. On sentait bien leur envie de tout donner mais ils n’ont pas réussi à la retranscrire au niveau du hockey, si bien que nous n’avons jamais été réellement mis en difficulté ».

A la 55e, Charlier inscrivait un doublé d’un revers bien placé dans le coin du but (0-2). Avec deux buts de retard et quelques occasions de plus concédées, le Pingouin n’y était pas et n’arrivait pas à inverser la tendance. Reynaud devait même sortir quelques beaux arrêts du stick pour limiter la casse tandis que seuls Alexis Lemaire et Valentin Thiéry parvenaient à se montrer dangereux. Trop peu pour espérer battre un Racing qui arrive en confiance aux playoffs. «Ça nous tenait à coeur de préparer les demis finales de façon optimale. Cela passait par une victoire aujourd’hui devant un public acquis à la faveur des locaux. On a géré les débats et cela nous donne confiance pour la semaine prochaine. Tom est blessé et c’est évidemment une tuile à ce moment ci de la saison. Cependant, l’équipe a suffisamment de ressources que pour prester à haut niveau malgré son absence», confirmait le double buteur d’hier, tandis que Quentin Lemaire revenait longuement sur la rencontre et la saison du Pingouin. « Quand ils ont inscrit le 0-2 ça nous a coupé les jambes, il restait cinq grosses minutes et on a continué à tout donner pour notre public qui était venu en masse et qui a fait beaucoup de bruit. C’était quelque chose de spécial de voir autant de monde du club mobilisé dernière nous », confiait-t-il. « Les enseignements de cette saison, c’est le rythme des rencontres. Tout va plus vite. Notre équipe a gagné en maturité c’est sûr, on a grandi ensemble et c’était une belle saison mais notre deuxième tour n’était pas du tout assez bon que pour espérer rester.C’est dommage de se dire qu’on descend avec 18 points. J’espère qu’on va vite revenir dans cette division et y rester pour de bon, il ne nous a pas manqué grand- chose ».

A signaler qu’Edgar Reynaud et Julien Dallons quittent le club. Benedikt Swiatek s’en va lui à Rot-Weiss Cologne.

Louvain dit adieu à deux de ses piliers

Louvain-Daring 2-2

Le seul enjeu de la rencontre était un Top 6 anecdotique et une belle fin de carrière pour Fabrice Bourdeaud’hui et Audry Renaer.

La première période n’était pas la plus disputée du week-end mais les occasions de but étaient tout de même au rendez-vous. Quemada plaçait son sleep au fond à la 23e, mais Mesa lui répondait sur la même phase juste avant la pause (1-1).

En deuxième mi-temps, la rencontre s’emballait un peu et les spectateurs avaient plus à se mettre sur la dent. A la 52e,  Brunet permettait à son équipe de mener au score (1-2). A un quart d’heure du terme, Bourdeaud’hui s’offrait de beaux adieux avec son public en égalisant et en scellant le score à 2-2.

Le Dragons gagne, sans convaincre

Les Anversois ont battu la lanterne rouge, mais n’ont pas offert leur meilleur jeu.

Dragons-Gantoise 3-1

L’histoire se répète pour la Gantoise. Des occasions, mais peu de buts. Contre le Dragons, cela ne pardonne pas, même quand les leaders de la compétition ne sont pas au top. Il aura pourtant fallu peu de temps pour voir le score rapidement évoluer. En quinze minutes, trois buts avaient déjà été inscrits. O’Donoghue déflorait le score à la 10e sur pc (1-0), avant que Stockbroekx ne double la mise deux minutes plus tard (2-0). Mvimbi, attentif au rebond sur pc à la 15e, réduisait l’avantage adverse à un  but (2-1). «On a fait une très bonne première mi-temps. Nous ratons deux très grosses occasions dans les premières minutes puis on revient à 2-1. Mais en deuxième période, nous avons eu plus de mal physiquement», soulignait Antoine Kina. Stockbroekx confortait logiquement l’avance à onze minutes du terme au bout d’un joli solo (3-1). Si la Gantoise dit au revoir à la division d’honneur, cela ne sera pas le cas du fils de Pascal Kina, qui a beaucoup progressé cette saison. « J’ai beaucoup appris cette année parce que je devais prendre beaucoup de responsabilités. On s’est donné à fond cette saison mais c’est comme cela… ».

L’Antwerp termine sur une excellente note

Les Rouge et blanc ont écrasé le Beerschot et finissent huitièmes.

Beerschot-Antwerp 1-6

Auteurs d’un excellent second tour, les Ours se sont fait surprendre par l’Antwerp et peuvent remercier le Racing de l’avoir emporté au Pingouin. Malgré une bonne entame de match et un but de Perez dans le 1er quart (1-0), le Beerschot a bu la tasse en secondé période. Avant la pause, Van Wanrooj puis Garriga avaient donné l’avance à l’Antwerp (2-1).

« Nous n’avons pas du tout joué notre jeu en deuxième mi-temps et on fait des bêtes erreurs défensives », regrettait Saeys. L’Antwerp profitait des espaces pour s’engouffrer dans la défense adverse et offrir un vrai festival offensif. Briels, De Winter et un doublé de Nelis permettaient aux Nord-Anversois de s’imposer 6-1, alors que les Ours étaient soulagés d’apprendre que le Pingouin avait perdu contre le Racing. « Nous sommes soulagés oui. Mais je pense que nous avons prouvé qu’on a notre place en division d’honneur grâce à notre excellent second tour », concluait Saeys.

______________________________________________________________________________

Tableau récapitulatif des transferts:

Club Départs Arrivées
Antwerp Sander Baart (Oranje Zwart)
Braxgata Michiel Van der Struijk, Jérôme Dekeyser (Orée), Xavier Reckinger (Héraklès) Philippe Goldberg (T1), Hugo Inglis (Nouvelle-Zélande)
Beerschot Dennis Dijkshoorn John Goldberg (T1)
Daring Bele ( ?)
Dragons Emmanuel Stockbroekx (Bloemendaal)
Gantoise Pol Solano (Orée)
Héraklès Rob Haantjes (ex T2, Tilburg) Xavier Reckinger (Braxgata)
Léopold Mazzilli (Oranje-Rood), Dabanch (Australie)
Louvain Hugo Genestet, Tom Genestet, Guillaume Deront (France), Fabrice Bourdeaud’hui (arrêt), Audry Renaer (arrêt).
Orée Arnaud Flamand (Watducks), Charles Masson (Watducks), Alexandre de Paeuw (Watducks), Jérôme Dekeyser (Braxgata), Pol Solano (Gantoise)
Pingouin Swiatek (Rot-Weiss Cologne)
Racing
Watducks Charles Masson, Alexandre de Paeuw, Arnaud Flamand (Orée) Vincent Vanasch (Oranje Zwart).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *