La manière y est, pas encore le résultat

Après trois rencontres au Champion’s Trophy, le bilan de nos Red Lions en terme de jeu est plus que satisfaisant. Ils n’avaient plus joué la moindre rencontre internationale depuis janvier et montent en puissance au fil du tournoi. Après avoir partagé l’enjeu contre l’Allemagne, les Belges ont tenu la dragée haute aux Australiens en maîtrisant le milieu de terrain et en se montrant difficile à passer en défense. Reste l’attaque, qui malgré de nombreuses pénétrations dans le cercle et plusieurs pc, n’est pas arrivée à tromper la vigilance adverse. A la veille du match contre la Grande-Bretagne, qui pourrait leur offrir une place en finale, Jérôme Truyens revient sur le début de tournoi des Red Lions et sur la forme actuelle de nos internationaux.

On imagine que vous ressentez  un sentiment partagé après le match d’hier.  Vous avez réussi à maîtriser l’Australie mais au final vous perdez tout de même 2-0?

Nous sommes bien entendu un peu déçus du score final car nous avons fait un très bon match. C’est donc malgré tout très positif et encourageant de les avoir dominés de bout en bout. Vu que nous voulons progresser en vue des JO, c’est ce dernier aspect que nous retenons.

L’équipe monte en puissance dans le tournoi. La défense et le milieu ont répondu présent mais cela manque toujours de finition, comment expliquez-vous cela ?

Marquer est la chose la plus dure et la dernière étape à franchir pour définitivement prétendre faire partie des meilleures nations au monde. On joue contre des équipes qui défendent comme des cinglés aussi. C’est donc une évolution logique : nous nous créons énormément d’occasions et nous dominons les champions du monde. La prochaine étape sera de s’imposer face à ces grandes équipes. Nous savons sur quoi nous concentrer pendant le mois qui vient : notre réalisme dans le cercle.

Vous vous êtes à nouveau procurés plusieurs pc hier, sans en mettre un seul… Comment se fait-il qu’on ne marque pas sur cette phase alors que les Red Lions comptent d’excellents sleepers dans leurs rangs?

Je n’ai pas vraiment de réponse claire à cette question. Je peux difficilement mettre ça sur le compte des conditions climatiques ou la lenteur du terrain. Même si nous évolutions toute l’année sur un terrain rapide. Mais comme tu le dis, nous avons des excellents sleepers donc je garde entièrement confiance en leur capacité à mettre la balle au fond quand il le faudra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *