Inspiring stories #1: Jérôme Truyens, un leader à l'épreuve de tout

Réalisée en collaboration avec Laurent Jacquet, ancien joueur de division d’honneur, Inspiring Stories, la nouvelle rubrique de Tip-in Hockey News part à la rencontre de ceux qui font le hockey, de ceux qui ont inspiré leur génération et inspireront peut-être bien les générations futures de hockeyeurs belges. L’histoire de ces personnes qui s’érigent en exemple, balaient les obstacles d’un revers de la main pour atteindre leurs objectifs, malgré les sacrifices, les coups durs. Ces joueurs, joueuses, bénévoles, entraîneurs, coachs, qui écrivent l’histoire du hockey belge, tout simplement.

Tchouk Truyens. Lorsqu’on évoque le nom du capitaine du Racing, les superlatifs ne manquent pas. Exemplaire, efficace, sobre, discipliné, rayonnant, leader. Il faut dire que l’ex-international belge s’est maintenu au plus haut niveau du hockey belge et mondial pendant plus d’une décennie. Trois Jeux Olympiques dont une médaille d’argent à Rio, douze ans en équipe nationale, une médaille d’argent européenne et de nombreuses places d’honneur avec les Red Lions, le palmarès est éloquent, la carrière brillante. Il ne manque plus que ce fameux titre avec le Racing, même si Tchouk peut se targuer d’avoir disputé de nombreuses finales de championnat. Son histoire d’amour avec le hockey pourrait presque faire l’objet d’un livre.

Mais l’homme n’est pas que joueur de hockey. Père de famille comblé, brillant étudiant puis employé à responsabilités au sein d’une prestigieuse banque et également co-fondateur de Rising Track, une plateforme de crowfunding pour sportifs. L’histoire de l’homme est fascinante, à se demander quel est le secret de ce travailleur acharné, qui a tout mené de front, sans presque jamais connaître l’échec. « Je suis relativement discipliné », explique-t-il humblement. « Je me mets toujours des ambitions assez élevées, atteignables, mais assez élevées. Et une fois que j’ai fixé les objectifs, je me donne tous les moyens pour y arriver et même si ça demande des sacrifices, beaucoup de travail, je ne me cherche aucune excuse et je fais tout pour y arriver ».  Indispensable pour réussir tout ce qu’il entreprend.

Se remettre en question, la clé de la réussite ?

« C’est quelque chose qui est vraiment sain je pense, que ce soit pour un sportif ou au sein d’une entreprise. Cela permet de faire un pas en arrière pour analyser ce qui va ou ne va pas et ensuite de s’améliorer. Je trouve ça vraiment important », répond le capitaine du Racing.

Mais d’où lui vient ce goût de l’effort, du travail bien fait et du succès ? Il faut pour cela remonter dans l’enfance de Jérôme Truyens. « J’ai eu cette éducation de toujours vouloir être le meilleur dans tout ce que j’entreprends. A l’école, c’était d’avoir les meilleures notes, de ne pas se contenter d’un 6 mais de viser le 10. Et dans le hockey, je voulais être d’abord le meilleur de mon équipe, puis en provinciales, en nationale, puis aller aux JO etc. Je voulais chaque fois être le meilleur », se souvient l’ex-international. N’allez pourtant pas croire que le travail est le seul secret d’une carrière remplie de succès. Se remettre en question, analyser ses forces et ses faiblesses, utiliser ses propres capacités au maximum. Le chemin vers la réussite est long, semé d’embûches et ça, Tchouk l’a rapidement compris. « Si jamais je vois que je n’y arrive pas,  je vais voir comment faire pour y arriver, changer de voie peut-être. Analyser quelles sont mes forces, mes faiblesses. Je sais que je ne suis pas le meilleur technicien, ni celui qui a un gros shot ou un gros sleep. C’est ma vision de jeu, ma défense,  ma capacité à relancer en contre, à mettre mes partenaires en confiance que je dois utiliser au mieux. Il fait faire le maximum, mais avec ses propres capacités. Si on veut en faire trop, cela altère la performance », analyse le médaillé d’argent de Rio.

Indispensable entourage

Alors qu’il parcourait le monde avec l’équipe nationale, s’entraînait plusieurs fois par semaine avec son club ou avec les Red Lions, sans parler des nombreuses séances de fitness, le Bruxellois trouve encore le temps pour combiner tout cela avec ses études. Une fois de plus, le succès est au rendez-vous. Diplômé en bachelier avec grande distinction à la VUB puis en Master à l’ULB, à Solvay, une fois de plus avec la grande distinction, Jérôme Truyens a une nouvelle fois obtenu ce qu’il voulait : être le meilleur. Et lorsqu’on analyse le parcours professionnel, sportif et privé du capitaine du Racing, force est de constater qu’il est un des seuls hockeyeurs en activité à avoir réussi mener cette vie à cent à l’heure.

Discipline, travail, remise en question font bien évidemment partie de la recette Tchouk Truyens. Mais tout cela n’aurait peut-être pas été possible sans un autre ingrédient indispensable, son entourage. « Je me suis entouré des gens qui m’aidaient à pouvoir atteindre ça et qui comprenaient mes choix. Je n’y serais jamais arrivé si je n’avais pas eu une petite amie qui me laissait autant jouer au hockey, travailler et ne pas savoir partir souvent en vacances avec elle », confirme ce père de famille, qui souligne également l’importance de son employeur. « Je n’avais pas à taper des mains et des pieds pour pouvoir partir en stage etc. Je me suis donné les moyens pour pouvoir choisir un employeur flexible mais j’ai aussi été entouré par des gens qui comprenaient mes choix. Est-ce que j’aurais quitté ces personnes-là si elles n’avaient pas compris mes choix ? Je ne sais pas. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain et je pense que cela s’est fait comme ça parce que justement ils se rapprochaient de mon caractère etc. Je suis au hockey comme je suis au boulot, comme en vie de famille».

Tomber neuf fois, se relever dix

Atteindre ses objectifs est une chose, se relever d’échecs ou de blessures en est une autre. Certainement plus difficile, plus éprouvant, mais Tchouk, comme d’autres grands sportifs s’inspire de ses échecs pour en ressortir grandi,
meilleur. Et plus déterminé que jamais. Après la Coupe du Monde 2014, le Red photo-ehlLion traverse une période difficile. Il ne joue presque pas de la saison, son retour est chaque fois repoussé, à cause de blessures à répétition. Surtout que la World League 3 au Dragons se profile à l’horizon. Une compétition auquel Jérôme veut absolument participer. Le coach national, Jeroen Delmee lui met la pression pour qu’il revienne à niveau.

Tchouk traverse la pire période de sa carrière. « Ça aurait pu être décourageant mais j’ai toujours eu la motivation de revenir parce que je voulais aller à Rio et essayer d’avoir la médaille. Il y avait des petits contrebas mais il fallait les surmonter pour pouvoir atteindre ses objectifs ». Beaucoup auraient alors pensé à arrêter, remis en question tous ces sacrifices. Mais l’homme n’est pas du genre à abandonner. Cela ne lui traverse même pas l’esprit. « Je n’ai jamais même pensé à abandonner, il n’y avait pas à en discuter. Dans ma tête, c’était hors de question que j’arrête. On essaye de se reposer un peu sur ce qu’on peut. Quand on ne sait plus jouer au hockey, plus courir, on essaye de passer plus de temps avec sa famille, qui est là pour te soutenir. Je voulais y arriver et c’était comme ça ».

La suite de l’histoire vous la connaissez. 18 août 2016, Jérôme Truyens, l’un des plus grands hockeyeurs que la Belgique ait connu, monte sur le podium olympique et reçoit la médaille d’argent. tchouk-medailleLa consécration d’une carrière hors norme, que ce soit sur et en dehors du terrain. Après près de quinze ans de bons et loyaux services, l’homme et le joueur peuvent partir sur une dernière victoire, un dernier succès. Et consacrer plus de temps à sa famille et à son emploi. «J’ai passé douze ans avec les Red Lions. Cela fait cinq ans que je travaille. Je peux consacrer maintenant plus de temps à la famille et il faut que je travaille un peu plus (sourire). Le gens qui m’ont encadré et qui ont accepté tout cela, je leur dois bien ça de leur consacrer du temps. Il y a un moment où il faut rendre la pareille ».

L’un des piliers et leaders de l’équipe nationale belge de hockey se retire du hockey international, pas encore belge. Mais avec des souvenirs, des leçons et des expériences qui lui serviront toute sa vie. « Cette notion de quête  de la  performance, comment le hockey s’est professionnalisé. Il y a énormément de leçons à retirer de l’évolution du hockey qu’on peut transposer à la vie professionnelle, à la vie humaine etc. J’ai vécu des expériences énormes, que ce soit des déceptions ou des joies. Ça m’a fait grandir en tant que personne, tout simplement ».

________________________________________________________________________________

L ’analyse de Laurent Jacquet (son blog: http://leadyourway.net/)

jacquet

“Tchouk, Leading by example”

Tchouk est un vrai leader des temps modernes car selon moi il présente des caractéristiques typiques de ce que le monde a besoin aujourd’hui afin d’inspirer et de donner envie aux gens à donner le meilleur d’eux-mêmes. Que ce soit dans nos familles, nos clubs de hockey ou nos sociétés:

  • Il met la barre haut, se fixe un objectif et se donne les moyens d’y arriver.  Il a compris que le progrès ne se fait pas en un jour, et qu’il est important créer une discipline et routine qui vont l’aider à atteindre ses objectifs (hygiène de vie, …).
  • Il a une excellente connaissance de lui-même, de ses forces et ses faiblesses. Il fait des erreurs et a des points faibles, mais il se base principalement sur ses forces afin de contribuer aux objectifs de l’équipe. Il voit les choses telles qu’elles sont. Il ne se surestime pas, mais à la fois a confiance en ses capacités.
  • Il a eu la capacité de s’entourer de gens qui l’on soutenu dans ses projets. Son entourage et lui ont formé une équipe. Pour cela il a dû les inspirer et les convaincre de croire en sa vision.
  • Il a attaché suffisamment d’émotions à ses objectifs, ce qui lui a donné la force de faire les sacrifices qu’il fallait, et l’énergie de surmonter les obstacles sur sa route.
  • Il est authentique. Il n’essaie pas d’être quelqu’un d’autre. Il montre l’exemple et inspire les générations futures à suivre ses pas.

 

10846501_10152461387752478_8067253999159919928_n

Bertrand Lodewyckx

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *