Felix Denayer: "Cela va une fois de plus se jouer sur les détails"

Après avoir conquis un troisième titre consécutif il y a un peu moins de deux semaines, les troupes de Jean Willems se remettent en route ce weekend pour tenter de conquérir un trophée européen à domicile. Felix Denayer s’est confié à Tip-in Hockey News à la veille de la demi-finale contre Cologne.

Felix, il a fallu directement se remettre au travail après le titre?

On en a un peu profité et c’est normal mais la décompression n’a pas été trop difficile puisque les finales n’ont pas été tellement serrées. On a continué à s’entraîner la semaine et puis nous avons eu le weekend de libre. Nous nous sommes retrouvés cette semaine mardi et mercredi. Depuis hier soir, on est à l’hôtel ensemble et on s’entraîne une dernière fois aujourd’hui. Ces deux semaines se sont vraiment très bien passées.

Dans quel état d’esprit le Dragons aborde-t-il sa demi-finale, sachant que vous avez déjà battu Cologne deux fois lors de l’EHL?

C’est vrai qu’on les a battus mais c’était chaque fois des matchs très serrés et l’équipe n’est plus la même. Il y avait beaucoup d’anciens à l’époque tandis que Cologne est maintenant une équipe très talentueuse avec beaucoup de très bons jeunes. Je ne pense pas qu’il y ait de favoris. On a vu leur match contre le Polo lors des KO16 et ils ont très bien joué. Il y a quand même presque la moitié de l’équipe de l’Allemagne à Cologne et si tu es en demi-finale de l’EHL, c’est que tu es une très bonne équipe. C’est 50-50 et cela se jouera sur les détails.

Outre ces détails, sur quelles forces le Dragons peut-il se baser pour l’emporter et à quoi faudra-t-il faire attention?

Les Allemands défendent très bien en général et ils sont très efficaces. Contre le Polo de Barcelone, ils ont marqué un but avec un joueur au deuxième poteau et un autre en faisant une passe dans le cercle. Nous devrons donc être très rigoureux en défense. Notre équipe joue très bien lorsqu’elle garde la balle calmement et il ne faudra pas forcer vers l’avant. Avec leurs attaquants très rapides comme Ruhr ou Grambusch, c’est dangereux si le jeu devient un peu comme du ping pong. Chacun a son système et je ne crois pas qu’une équipe va écraser l’autre. C’est à nous de contrôler la rencontre et de provoquer nos chances.

Jouer le Final 4 à domicile, c’est une pression ou une motivation supplémentaire? 

De la pression, je pense qu’il y en a déjà assez (rires). C’est clairement une motivation supplémentaire. On a gagné le titre à domicile l’année passée. C’était incroyable donc forcément on pense aussi à ce que ça pourrait être de gagner l’EHL au Dragons. Mais nous avions surtout beaucoup de pression pour se qualifier pour le Final 4. Face au Racing, en huitièmes, je pense qu’on a pas joué libéré. Maintenant qu’on est en demis, on peut jouer libéré. De toute façon, ça sera tout ou rien.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *