Les dames du Braxgata championnes de Belgique après une terrible séance de shoot-outs

Braxgata-Gantoise 1-1

Braxgata : Simons, Fobe, Meulemans, Ikegwuonu, Hillewaert, Leclef, J.Vandermeiren, Nelen, Versavel, Coppey, Bonastre puis Albertyn, A.Vandermeiren, Hillewaert, Steenackers et Stribos.

Gantoise : De Ryck, S.Vandenborre, A-S Vandenborre, Begue, Gerniers, Vermeersch, Lanckneus, Beernaert, Chamberlain, Rogeau, De Naeyer puis Sergant, De Naeyer, Vandergracht.

Les arbitres : A.Mahieu et C. Martin-Schmets.

Les buts : 46’ A.Vandermeiren (1-0), 57’ Rogeau sur pc (1-1).

Après la finale aller qui avait accouché d’un match nul, tout était encore possible pour la Gantoise et le Braxgata, en route pour le doublé. Lors de la saison régulière, le Braxgata l’avait emporté à la Gantoise tandis que Gerniers&cie s’étaient imposées en terres anversoises. On pouvait donc difficilement faire mieux en termes d’égalité avant cette finale décisive. Après quatre minutes totalement dominées par la Gantoise et un pc à la clé, la rencontre s’équilibrait, sans qu’aucune des deux équipes ne puisse réellement créer le danger devant. A la 7’, De Ryck s’interposait sur le tir de Coppey. Simons l’imitait sur la tentative de Sergant puis sur le sleep de Chamberlain à la 12e. Le premier quart se jouait à un rythme élevé mais les occasions de buts franches n’étaient pas nombreuses.

Le 2e acte était clairement à l’avantage des Gantoises qui multipliaient les entrées de cercle. Les Anversoises du Braxgata procédaient surtout en contre. A la 18e, Stephanie Vandenborre perdait la balle et Bonastre filait tout droit vers le but. Elle plaçait la balle juste à côté. Le reste de la mi-temps était totalement dominé par la Gantoise. Malgré de nombreuses pénétrations dans le cercle adverse et quatre pc, les Gantoises ne parvenaient à ouvrir le score et les deux équipes se quittaient sur un score vierge à la pause. « On a beaucoup de mal en première mi-temps mais on est resté solidaires et on s’est battues« , expliquait Fobe.

Le  Brax’ remontait sur le terrain avec des intentions bien plus offensives et les Anversoises prenaient le jeu à leur compte. A la 41e, Stribos tirait à côté. Chamberlain l’imitait quelques instants plus tard en manquant le but de peu. A la 46e, Astrid Vandermeiren lançait Bonastre, qui débordait avant de passer à Vandermeiren qui avait bien suivi. L’attaquante passait devant sa défenseuse et plaçait en un temps au fond des filets (1-0). Une minute plus tard, Sergant trouvait le poteau. Peu avant la fin du 3e acte, Bonastre perdait son duel contre de Ryck.

Le dernier quart était le plus animé et les deux équipes se créaient des occasions franches. Bonastre plaçait juste à côté. Quelques instants plus tard, Gerniers débordait mais butait sur Simons. Sur le 7e pc de la Gantoise, Vandenborre flattait fort et Rogeau déviait au fond. En toute fin de match, De Ryck s’interposait devant Versavel à deux reprises pour conserver l’égalité. Il fallait alors procéder à une terrible séance de shoot-outs.

Vermeersch et Nelen loupaient les deux premiers essais de la séance avant que Stephanie Vandenborre n’ouvre le score d’un flat bien placé. Judith Vandermeiren égalisait directement. Chamberlain, Fobe, Lanckneus et Bonastre manquaient leurs tentatives. Gerniers, 5e à s’élancer inscrivait le 2-1. Si Versavel ne marquait pas, les Gantoises étaient sacrées championnes de Belgique. L’attaquante filait vers De Ryck et se mettait dos à elle puis chutait. Les joueuses de la Gantoise couraient vers leur gardienne pour célébrer le titre mais le Braxgata faisait appel à la vidéo et obtenait un stroke. Bonastre ne tremblait pas et plaçait au fond. Gerniers se voyait obligée de marquer. Celle qui aura certainement été la meilleure joueuse des finales mettait trop de temps à marquer.

Après avoir cru avoir perdu le titre quelques instants plus tôt, Nelen&cie sautaient de joie et fêtaient leur deuxième titre consécutif. « Ça a été très serré et la Gantoise a vraiment très bien joué et elles auraient pu l’emporter aussi. Aux shoot-outs c’est toujours une loterie« , souriait Aline Fobe à l’issue de la rencontre.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *