"Impatientes d'entamer la compétition"

A la veille de débuter la demi-finale de la World League à la Rasante, Anouk Raes s’est confié à Tip-in par rapport aux derniers résultats des Red Panthers et à leurs ambitions pour ce tournoi à domicile. Interview.

Anouk, l’équipe est satisfaite des matchs de préparation? Les résultats sont là. La manière aussi ?

On est globalement contentes de la préparation. Face à l’Italie, on se devait de l’emporter donc on ne fait pas trop attention aux résultats mais plus au jeu. Il y a beaucoup de progression et le plan de jeu est bien mieux suivi. On a aussi eu des situations où on devait réagir et on l’a bien fait. C’est le gros point positif. Maintenant, c’était contre des adversaires plus faibles donc c’est difficile de s’évaluer par rapport aux équipes qu’on va devoir affronter pendant le tournoi. Des matchs contre l’Italie, ça nous permet de mettre des choses en place. Des rencontres contre des équipes un peu plus fortes, on va devoir réagir à une situation de domination de l’autre équipe. C’est différent mais on a un plan qui fonctionne contre différentes équipes et nous arrivons donc en confiance.

Jill Boon et toi êtes les deuxièmes et troisièmes plus capées de la compétition, mais la moyenne d’âge de l’équipe (22,5 ans) est tout de même jeune. C’est une force ou une faiblesse ?

Je ne pense pas que ça soit une faiblesse. C’est vrai qu’on ne sait pas comment les jeunes vont réagir à des matchs stressants mais ce n’est pas parce qu’on est une équipe jeune qu’on va mal réagir forcément. Les nouvelles dans le groupe prennent leurs responsabilités sur le terrain. Plusieurs sortent d’une Coupe du Monde U21 donc je pense que c’est bien de varier et de leur laisser prendre leurs responsabilités.

Cela fait longtemps que vous n’avez plus joué de réels matchs à enjeu. C’est une pression en plus de retrouver la compétition de haut niveau, devant son public ?

C’est plutôt quelque chose qui nous booste. L’été passé, on a fait un tournoi amical à Dublin alors que les autres partaient à Rio. Cela a été deux ans d’attente pour retrouver ce genre de compétitions et c’est pour cela qu’on joue aussi. On est impatientes d’entamer la compétition et en plus chez nous, ça donne encore plus d’envie. Même si on a mal géré à Brasschaat lors de la demi-finale de la World League, à quelques secondes près nous étions aux Jeux Olympiques. Le fait de jouer en Belgique, ça nous réussit. On sait que le public vient en nombre pour nous voir. C’est clairement un plus.

Quel est l’ambition de l’équipe ? Viser directement les quarts de finale ou prendre match par match ?

L’objectif, c’est de se qualifier en terminant quatrièmes. Après oui on joue match par match. Nous affrontons l’’Australie aujourd’hui et on y va pour gagner. Mais à long terme, c’est la qualification pour la Coupe du Monde et après aller plus loin est toujours mieux.

Je ressens vraiment cette excitation de retrouver une grosse compétition. Même si certaines découvriront ce genre de tournoi, on est toutes très impatientes que ça commence !

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *