Barbara Nelen: "Nous n'avons pas assez osé jouer"

Hier soir, les Red Panthers n’ont pas su évoluer à leur niveau et se sont inclinées 0-1 contre l’Espagne, le tout sous un véritable déluge. Barbara Nelen s’est confiée à Tip-in à l’issue du match sur ce qui a manqué aux Red Panthers pour l’emporter et préface le quart de finale face à la Corée. Interview.

Barbara, contre la Nouvelle-Zélande, l’équipe a relevé le défi physique imposé par les Néo-Zélandaises. Ici, on a l’impression que les Red Panthers ont perdu la bataille tactique et surtout technique en première mi-temps. Que s’est-il passé ?

On n’a clairement pas joué notre jeu. Nous n’avons pas respecté notre plan et sans jouer stick à stick. Techniquement, on a beaucoup de déchets. Le terrain était lent et il y avait des passes qu’on n’osait pas faire comme d’habitude.

Le terrain, très lent, convenait peut-être mieux au jeu fort patient des Espagnoles ?

Non pas spécialement. Nous n’avons pas assez osé jouer en première mi-temps. Ca a mieux été en seconde période mais on a des grosses occasions et il faut les marquer.

Vous avez manqué de réalisme comme face à l’Australie alors que la finition était au rendez-vous contre la Malaisie et la Nouvelle-Zélande, comment expliques-tu cela ?

Nous avons toutes joué en dessous de notre niveau. Les passes n’étaient pas assez fortes et nous n’avons surtout pas respecté le plan. Si on ne fait pas ça, c’est normal qu’on n’y arrive pas.

Le plan tactique consistait en quoi exactement ?

Plus changer de côté. Nous étions à trois derrière et deux milieux plus bas pour passer par elles et changer de côté pour attaquer. Cela a été difficile en première mi-temps parce que le terrain était lent et après on a commencé à jouer et c’est comme ça qu’on a eu des occasions.

Vous avez beaucoup joué en flick lors des précédentes rencontres, ici un peu moins. Pour quelle raison ?

On avait beaucoup plus d’espace au milieu. On avait vu ça aussi contre la Nouvelle-Zélande mais n’avons pas assez osé le faire et c’est pour ça qu’on a dit qu’il fallait plus jouer avec le milieu. C’est ce qu’il faudra faire lors du prochain match, essayer de ne pas tout le temps balancer des flicks devant. 

Cette défaite vient peut-être au bon moment, après trois excellents matchs et juste avant un quart de finale difficile contre la Corée ?

Oui, c’est ce qu’on s’est dit après le match. On va beaucoup plus apprendre comme cela. Ce n’est pas fini, c’est maintenant le plus important.

Contre la Corée, qui vous avait barré la route vers les Jeux de Rio à quelques secondes près, il y aura une envie en plus ? Ou une pression d’affronter une nation qui ne vous réussit pas spécialement ?

Nous allons analyser ce qu’on n’a pas bien fait aujourd’hui et on ne peut que mieux faire. Si nous avions super bien joué ce soir, il y aurait alors peut-être un peu plus de pression mais on doit se donner bien plus et il y a clairement cette motivation en plus de jouer contre la Corée.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *